- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 21 juillet 2013

A un carrefour, contrecarrer un escadron!? Mais quelle carrure!


article précédent: troïka, sitar et trèfle




"L'autre jour au fond d'un vallon,
Un serpent piqua Jean Fréron ;
Que croyez-vous qu'il arriva ?
Ce fut le serpent qui creva."

Voltaire (qui, vous l'aurez compris, détestait ce pauvre Fréron)

Bon, 'faut dire aussi que Fréron avait dit de lui, Voltaire, qu'il était...
"sublime dans quelques-uns de ses écrits, rampant dans toutes ses actions"




Bonjour à toutes et tous!


Quatre!


Quatre


Toujours surprenant, vous allez le voir, de se rendre compte de tous ces mots qui n'ont plus pour nous de lien direct avec quatre, et qui pourtant sont bien basés sur la même racine proto-indo-européenne…

Cette racine, dont le sens est simplement "quatre", la voilà:

*kʷetwer-


Notre *kʷetwer-, sous une forme au degré o: *kʷetwor-, par le latin quattuor (quatre, groupe de quatre), nous a amené le français "quatre", mais aussi quatrain, ou évidemment, quatuor.

Un pt'tit quatuor de Mozart (k387)


Pour un exemple de quatrain, relisez l'épigramme de Voltaire, en exergue!


Et c'est toujours *kʷetwor-, en passant probablement par une forme germanique *fe(d)wor-, qui est devenue le vieil anglais fēower, sur lequel s'est bâti l'anglais four.

Jusque là, me direz-vous, rien de bien transcendant…


Certes. Mais par des formes particulières de la racine proto-indo-européenne *kʷetwer- (j'entends les formes multiplicatives *kʷeturs- et *kʷetrus-, que l'on pourrait traduire littéralement par "quadruple"), ainsi que par des formes particulières utilisées dans des expressions composées: *kʷetur- et *kʷetru-, nous sont parvenus, via le latin quătĕr: quatre fois, des mots parfois moins "prévisibles"…

Quaternaire, OK!

Mais saviez-vous que cahier nous vient de quatre?
Par le latin quaternio - quaternium: cahier de quatre feuilles.

Carnet! Du français médiéval quernet ("groupe de quatre feuilles"), du latin quaternum ("relatif à quatre", ou encore "plié en quatre").

Un carillon, c'est littéralement un groupe de quatre cloches
Le mot attesté en 1718, est basé sur l’ancien français quarrillon, issu lui-même du bas-latin quadrinio, quaternio ("groupe de quatre objets"), via quarellon (1345), et carenon (1178).


Un beau carillon


Il est d'ailleurs plus que probable que Quaregnon, le nom de cette coquette bourgade du Borinage, provienne du même bas latin quadrinio, pour "groupe de quatre".

Alors, quatre quoi??

'Sais pas: quatre malfrats, quatre blessés par balle, quatre voitures volées, quatre bagarres entre supporters, quatre interventions de la police lors d'une soirée, quatre échauffourées avec la police …

Il y a probablement aussi une relation à faire entre "Quaregnon" et "quart-monde"...

Criminalité et Quaregnon, une grande histoire d'amour


La gare de Quaregnon, entre deux agressions

Mais bref.

Une caserne était probablement, à l'origine, un poste de garde où dormaient (ou veillaient) quatre soldats…
Notons cependant que certaines étymologies ramènent simplement le mot au latin casa: la maison.
Mais on peut aussi le relier au militaire quartier: lointain souvenir des camps militaires romains divisés en quatre secteurs…

C'est d'ailleurs cette même acception de quartier qui est à l'origine de l'expression "pas de quartier", "ne pas faire de quartier" ;  les quartiers étant par définition des cantonnements où les troupes étaient en sécurité et où les soldats pouvaient se reposer.

Par extension, le mot en est venu à désigner une mesure qui permettait de laisser la vie sauve à des prisonniers, de les libérer, ou en d'autres termes, qui leur permettait de rentrer dans leurs quartiers.
On parlait donc de "faire quartier" ou "ne pas faire de quartier"…

Comme vous le savez, seule la forme négative a subsisté.

Camp romain et ses quatre quartiers


Tiens, et pourquoi parle-t-on de quartiers, dans le cas d'une ville??

C'est fou comme les gens n'attachent finalement que peu d'importance aux mots qu'ils utilisent...
Faites une recherche sur Internet, et vous verrez que tout le monde (urbanistes, architectes ...) utilise le terme "quartier", mais que pratiquement personne ne s'interroge sur son origine…

Encore plus fort: pour certains, quartier veut tout simplement dire "un quart, ou par extension une partie d'un tout".
Ce qui permet alors de ne plus se poser de questions…! Un quartier, c'est juste une partie!!

Allez, soyons sérieux, on parle de quartiers d'une ville, parce que, tout simplement, du temps des Romains, on divisait une ville en quatre parties!

On suppose que les Romains se sont à ce propos inspirés des méthodes étrusques, et particulièrement de l'Etrusco ritu: le rite sacré de fondation et d'emplacement d'une ville.


L'Etrusco ritu pour les Nuls 

  • Le fondateur choisissait un lieu géographiquement et topologiquement approprié (hauteurs, proximité d'un cours d'eau …).
  • Ensuite il demandait à un haruspice de prendre les auspices. 
  • Ce même haruspice déterminait précisément, en plantant la groma
    - perche verticale supportant à son extrémité supérieure un croisillon monté sur un tourillon: le croisillon pouvait ainsi tourner dans le plan horizontal ; chaque bras du croisillon supportait à son extrémité un fil à plomb -
    le point qui allait devenir le centre sacré et vital de la ville à venir ; c'est là bien souvent qu'allait s'ériger le forum.

Reconstruction d'une groma

  • Toujours par la groma- étymologiquement et fonctionnellement reliée au gnomon grec: l'équerre -
    l'haruspice déterminait alors les directions nord-sud, et est-ouest.
  • Enfin, le fondateur délimitait l'enceinte de la ville (limitatio: délimitation), ainsi que l'enceinte sacrée de la cité, le pomœrium, en traçant le sulcus primigenius, le "sillon primordial": une saignée ouvrant le sol, réputée infranchissable car sous l’influence des dieux infernaux
  • Pour creuser ce sillon, il utilisait un araire de bronze tiré par un taureau et une génisse blancs, un pan de sa toge rejeté sur sa tête, en prenant soin de rejeter la terre vers l'intérieur. C'est précis.

Eh oui, on ne créait pas une ville n'importe comment…

La ville devait être "orientée comme le monde", suivant un axe Nord/Sud, le cardo, et son correspondant Est/Ouest, le decumanus, respectant ainsi les quatre points cardinaux et leurs portes correspondantes (et où le soc de la charrue avait été soulevé de terre, porté par l'officiant, pour en marquer la place).

Cardo et decumanus


"Cardo"? c'est le pivot, la charnière, le gond de porte.
C'est sur son dérivé cardinalis ("relatif aux gonds", "cardinal, principal"), qu'a été créé le français cardinal, comme le point ou le nombre

  • La ville "régulière" devait de plus consacrer trois portes, trois rues et trois temples aux trois divinités majeures.

Mais ce n'est pas fini!

  • Un temple devait encore se dresser ensuite sur le point le plus élevé, et il fallait encore creuser le mundus: un fossé, un puits, défini par un axe vertical cette fois, qui allait équilibrer le cardo et de decumanus, les axes horizontaux et orthogonaux du monde, et constituer ainsi une image renversée du ciel.


Et donc, si vous vous représentez le schéma, nous avons bien quatre parties dans notre cité, délimitées par le cardo et le decumanus à l'intérieur, et par le sulcus primigenius à l'extérieur…

Les deux axes principaux de la ville vont en devenir les deux rues principales, le cardo maximus (nord-sud) et le decumanus maximus (est-ouest).


On a oublié tout ça!
Et pourtant nous parlons toujours, pour qualifier les rues de nos villes, d'axes!! Les grands axes, les axes ouverts à la circulation… …

C'est en se basant sur ces deux grands axes que les rues, enfin, seront construites, parallèles à l'un ou l'autre de ces axes: on parlera des cardines ou des decumani selon qu'elles sont parallèles à l'un ou à l'autre.

L’ensemble forme un quadrillage délimitant des espaces qui seront occupés par des bâtiments ou des habitations, les insulae.


Un exemple concret? Allez, pour mon ami Cyrille, prenons, au hasard... Paris! (enfin, Lutèce)

Il y avait plusieurs cardos à Paris (ben oui, les Romains devaient bien savoir qu'ils étaient sur le point de construire non pas simplement une ville, mais bien le centre du monde).

Le cardo maximus de Paris était l'axe nord-sud qui descendait de la montagne Sainte-Geneviève par la rue Saint-Jacques, bordé d'une série de bâtiments antiques étagés parmi lesquels, au bas de la colline, les thermes de Cluny.
Le cardo maximus franchissait ensuite une première fois la Seine par le Petit-Pont, traversait l'île de la Cité par la "rue de la Cité", puis enjambait une deuxième fois le fleuve par le pont Notre-Dame, pour emprunter un double cardo constitué par la rue Saint-Martin.

L'autre cardo de Paris est celui correspondant au boulevard Saint-Michel, sur la rive gauche, et la rue Saint-Denis, sur la rive droite.

Un troisième cardo sur la rive gauche suivait également la rue Valette.

Au sommet de la montagne Sainte-Geneviève, ces deux premiers cardos encadraient le bâtiment central de la Lutèce romaine: le forum.

Quant au decumanus, bien que le tracé ne soit pas très net, il correspondrait à l'actuelle rue Soufflot.


Cardo(s) et decumanus à Paris

Lutetia, avec le Forum au centre

... Et une autre vue du ciel


Allez, poursuivons!

Mais c'est passionnant, non, cette ritualisation de la fondation d'une ville!
Au Moyen-Age, on procédait encore selon des rites traditionnels et sacrés pour définir l'endroit et l'orientation d'une église, d'une cathédrale, en se servant d'un gnomon

La racine proto-indo-européenne *kʷetwor-, par le latin quadrum (carré), nous a donné des mots comme carré, ou l'anglais square, que nous avons repris pour en faire une place avec un petit parc.

Equerre nous vient de l’ancien français esquire ("carré"), issu du latin populaire exquadra, de exquadrare ("rendre carré").

Cadre nous vient aussi du latin quadrum!
Tout comme le carreau, de l'arbalète ou de la fenêtre...

Plus curieux:
Carrière! L'endroit où on extrait des minéraux…
Du vieux français quarrière, du latin populaire quadraria, "lieu où l’on taille les pierres",  de quadrus "carré". Ben oui, les pierres brutes on en fait des cubes, des pierres cubiques, bien carrées...

Ou encore...
Escadrille! Ou escadre, escouade ou encore escadron:
Tous créés sur l'espagnol escuadra: bataillon rangé en … carré!


Evidemment, tous les mots en quadri- proviennent de notre racine, par le latin quadri- quatre.
Et le latin quadrans (un quart) nous a donné le quart, bien sûr, ou encore le quadrant.


Le quadrant mobile d'Augustin Stark


Allez, encore une fournée:
Une variante de *kʷetwer-: *kʷet(w)r̥- a donné le grec pour quatre, tetra- à qui nous devons tous ces mots en tétra-, de tétragramme à tétralogie

Un célèbre tétragramme

Une tout aussi célèbre tétralogie


Une autre forme au degré zéro de *kʷetwer-: *kʷt(w)r̥, est à l'origine du grec tra- quatre, sur qui nous avons créé… trapèze, cet objet à quatre pieds



A l'adjectif ordinal proto-indo-européen *kʷetur-to-, via le germanique *fe(d)worthōn-, nous devons l'anglais fourth, dérivé du vieil anglais fēortha / fēowertha: quatrième.

Enfin par le latin quārtus quatrième, nous avons reçu…
quart, quatrain ou quarte, ou même quadrille ; le quadrille français pouvait être dansé par quatre couples formant un carré, ou par deux couples se faisant face, formant quadrette ; les couples se répartissaient alors, suivant les dimensions de la salle, en une ou plusieurs doubles lignes.

Quadrille


Une dernière salve de dérivés du proto-indo-européen *kʷetwer-:
bécarre: de l'talien bequadro, "b carré", où le b désigne la note si.

Un fa bécarre


Mais aussi écarter: à l'origine, séparer en quatre.
Sens que l'on retrouve plus clairement dans l'horrible écarteler!
Une variante: écarquiller, altération d’équartiller, dérivé de quart ("mettre en quatre"), écarteler.

Carrefour, enfin, vient de l’adjectif bas latin quadrifurcus, littéralement "qui a quatre fourches".
L’adjectif fut ensuite substantivé en "lieu où se croisent quatre chemins".

Cadran!
Ben oui, même si à présent la plupart de nos cadrans sont circulaires, les premiers cadrans, ce sont les cadrans solaires, bien carrés.


Et tellement vrai...


Carrelage, on peut le deviner, mais … carrure!?
Oui, étymologiquement, carrure désigne la forme carrée des épaules sur le buste!

Contrecarrer?
Fait de contre, et carre: face carrée ; contre-carrer est donc "mettre quelque chose de carré contre quelqu'un".
S'y opposer par sa carrure??


Là-dessus, on va préparer le barbecue...





Bon dimanche, bonne semaine à toutes et tous!
Et à dimanche prochain!





Frédéric

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...