- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 23 février 2014

siroter un Laphroaig sur le gazon d'Epsom Downs...





"Nous n'avons pas étudié le cheval dans les mêmes écoles, Monsieur!
Vous étiez à Vaugirard quand j'étais à Saumur.
J'apprenais le pas espagnol quand vous débitiez du saucisson sur votre étal, et vous en étiez probablement au steack haché quand j'enseignais le trot raccourci!"

Richard Briand-Charmery (Jean Gabin), in
Le Gentleman d'Epsom (1962), de Gilles Grangier, dialogues de Michel Audiard


Le Gentleman d'Epsom



Bonjour à toutes et tous!


Pour tout vous dire, j’avais pas trop d’idées pour ce dimanche…

Alors voilà, je vous propose un dimanche, certes, mais … aux courses!



Vous connaissez, bien entendu, le Derby! 

Un derby, c’est une course hippique généralement réservée aux chevaux de trois ans.

Le plus beau Derby du monde, le plus posh, c’est bien entendu LE Derby, celui d’Epsom, également appelé le Derby Stakes.

Derby d'Epsom


D’une façon surprenante, le Derby d’Epsom, dont la première édition date de 1780, se déroule chaque année au mois de juin à … Epsom, au champ de course de Epsom Downs, en Angleterre évidemment, dans le Surrey.

Epsom Downs


Comme ça, vous savez enfin pourquoi on appelle le Derby d’Epsom, Derby d’Epsom.


Epsom n'est pas qu'un champ de courses!
Ici se trouvait jadis l'atelier de l'imprimeur d'Epsom, le
fameux Epsom Printer.
L'attendant, au volant de son bolide, son chauffeur,
l'Epsom Printer Driver


Mais pourquoi appelle-t-on le Derby d’Epsom, Derby d’Epsom?

Aa-aah!
Eh bien, il s’agit d’une antonomase!

- … ?
- Oui, l'antonomase est cette figure de style par laquelle un nom propre est utilisé comme nom commun, ou inversement.

Pensez à poubelle, nom devenu commun, mais à l’origine patronyme d’Eugène Poubelle, préfet de la Seine à partir de 1883, qui prit une série de décisions importantes en vue d’améliorer l'hygiène de la ville de Paris et y généralisa notamment l'usage de cet objet (la poubelle, hein!) à des fins de salubrité publique.


Poubelle


Ou pensez encore à don Juan, macadam, gavroche, mécène … …

D'accord, ce n'est peut-être pas très marrant d'avoir son nom associé à des poubelles, mais pensez surtout qu'avant Monsieur Poubelle, on ne disait pas "Chou, tu sors les poubelles?", mais bien "Chou, tu sors les récipients munis d'un couvercle et d'une anse ou de poignées, en tôle ou le plus souvent en matière plastique, destinés aux ordures ménagères d'un bâtiment, immeuble ou maison"?

Ou encore: "J'ai encore vu le chien du voisin faire les récipients munis d'un couvercle et d'une anse ou de poignées, en tôle ou le plus souvent en matière plastique, destinés aux ordures ménagères d'un bâtiment, immeuble ou maison", ou même, à celui qui vous a vendu votre Grand Scénic: "espèce d'escroc, la voiture que vous m'avez vendue est un véritable récipient muni d'un couvercle et d'une anse ou de poignées, en tôle ou le plus souvent en matière plastique, destiné aux ordures ménagères d'un bâtiment, immeuble ou maison"...

- "Je ne retrouve plus mon fichier!"
- "Tu ne l'aurais pas fait glisser dans le récipient muni d'un couvercle et d'une anse ou de poignées, en tôle ou le plus souvent en matière plastique, destiné aux ordures ménagères d'un bâtiment, immeuble ou maison?"


Donc: MERCI Monsieur Poubelle!

Eugène Poubelle


Et le Derby tire son nom du douzième Earl of Derby (le comte de Derby), celui-là même qui institua l'épreuve en 1780.

Le 12ème Earl of Derby



Notre racine du jour, ce sera …

*derbh-



Racine qui, très étrangement ne s’est absolument pas dérivée en Derby.
Nan, rien à voir.
Aucun rapport!

Ah oui, encore un truc: Derby, si vous voulez le prononcer à l’anglaise, se dit “daarwbie”, et avec un r très léger...
Ou alors, si un jour de Derby à Epsom Downs vous voulez vous faire passer pour un Yankee aisé mais inculte (un Yankee, quoi), vous direz “Deurwby”.

Et si vous voulez tout savoir, Derby (la ville comme le comte), qui n’a donc rien à voir avec le proto-indo-européen *derbh- - j'insiste - tirerait son nom soit du vieil anglais Deorby: le village aux chevreuils, ou "aux cervidés" en tout cas, composé de deor - devenu l’anglais deer: le cervidé, et de by: ferme, ou propriété… 
Ou alors de Deoraby, composé de la racine celtique *dwr- désignant l’eau, et du même by… 
Il s'agirait alors d'un village entouré d'eau, ou dans les eaux... 
J'aime bien cette dernière version, d'autant que The Anglo-Saxon Chronicle (écrite autour de l'an 900) raconte que "Derby est divisé par les eaux".

The Anglo-Saxon Chronicle


Bref!

Pour en revenir à notre racine proto-indo-européenne *derbh-, elle devait signifier quelque chose comme “enrouler, compresser”…

C’est elle qui est à l’origine du mot … turf!


Le mot désigne, en français, comme vous le savez, les courses hippiques, et naturellement - et surtout - les paris qui s’ensuivent - ou plutôt qui les précèdent.


Le PMU, ou une certaine idée de la classe...


Mais à l’origine, l’anglais turf désigne le gazon, d’où par extension le champ de course dont il est constitué…

On rigole pas avec le gazon, en Angleterre...


- Euh... Et quel rapport avec l'idée d'enrouler, de compresser???
- Oui, je le reconnais, le lien n'est pas manifeste, si ce n'est que ...

...l’anglais turf provient lui-même du vieil anglais turf, désignant une motte de gazon, certes, mais aussi un morceau de tourbe.

Et la tourbe, produit de la fossilisation de débris végétaux, se présente bien comme de la matière compressée...

Les tourbières étant souvent herbues (et humides) en surface, on peut supposer que par assimilation, herbe et tourbe se confondaient ; on trouvait la précieuse tourbe, utilisée dans la construction ou comme combustible, en cherchant l'herbe...

Alors oui, herbe et gazon c'est pas pareil! Mais on pourrait dire que le gazon est à l'herbe ce que le sanglier est au cochon:  sa version domestiquée, apprivoisée...

Tourbe mise à sécher, Ecosse

C’est par le germanique *turb- que *derbh- s’est transmise à l’anglais, via une forme au degré zéro de la racine: *dr̥bh-.

Et oui, c’est aussi par le germanique *turb- que nous arrivent les français tourbe ou tourbière, via cette fois le latin médiéval turba: la tourbe, calqué sur le francique turba.

Les tourbières des Hautes-Fagnes, Belgique


Le proto-germanique *turb- s’est également transformé pour devenir le néerlandais turf (gazon), l’allemand Torf (gazon, ou tourbe), le suédois ou l’islandais torf (gazon)…

Oh, citons encore le danois tørv, ou le vieux frison turf, mais c’est juste parce que c’est vous.

Danois au regard tørv


Mais la racine proto-indo-européenne *derbh- ne se retrouve pas que dans les langues germaniques ou latines: en sanskrit, दर्भ (darbha) désigne une touffe d’herbe considérée comme sacrée…



Notez enfin qu’en anglais d’Irlande, on parle encore de turf pour la tourbe, mais pour désigner celle qui a été extraite du sol et découpée.

(Un peu comme timber désigne le bois de construction ou que mutton désigne le plat de mouton, sheep désignant l'animal sur pieds...)


Sinon, en anglais on parlera, pour désigner la tourbe d’une manière générale, de peat, mot bien connu des amateurs de Scotch Whiskies particulièrement vigoureux, comme ceux de l’île d’Islay (“Aïela” prononcé à l’écossaise)…

La distillerie Laphroaig, Islay


- Et peat vient bien entendu d'une racine proto-indo-européenne...!?
- Eh ben non. Enfin on n'en sait rien. On sait pas d'où ça vient, et c'est très bien comme ça. D'autres questions?

En fait, le mot peat pourrait provenir d'une racine celtique *pett- qui aurait désigné le morceau de tourbe, ou alors carrément d'une source picte ou brittonique non-attestée...


- Bon OK, et quid de gazon, alors?
- Oui, certainement, voilà!

Le français gazon nous vient bien, lui d’une racine proto-indo-européenne:

*weis-


A *weis- était associée la notion de flux, d’écoulement
Ouais je sais, c’est pas très précis…


Le rapport avec gazon? Il n’y en a pas vraiment, du moins directement

Sachez seulement qu’elle s’est déclinée dans le proto-germanique *wisōn-, *waisōn-.

Et qu’en vieil anglais, elle est devenue wāze, pour donner l’anglais moderne ooze: boue, bourbe.


Bourbier

C’est par là seulement que l’on peut comprendre cette notion d’écoulement attachée à la racine…


Un Land Rover se joue de la boue comme par magie:
The Wizard of Ooze.
Sorry

Et bon, c’est par le francique *waso « gazon, fange », souché sur le germanique, qu’elle est apparue en français, aux XIIème ou XIIIème siècles, via une forme wason puis l’ancien français gason

Encore une fois, la notion de gazon devait se confondre avec celle d'étendue herbeuse et humide ; il n'était évidemment pas question du gazon manucuré des parcours de golf actuels.


gazon anglais



Et voilà!
Un dimanche aux courses, mais en restant chez soi!

On récap?
  • Derby ne vient pas de *derbh- 
- Même si la piste y est faite d'herbe?
- NON! 
  • Turf et tourbe: même racine proto-indo-européenne *derbh- et même origine germanique
  • Gazon et ooze: même constat, tous deux basés sur *weis-

Merci qui?
Merci le proto-indo-européen!




A toutes et tous, je vous souhaite un excellent dimanche, et une très belle semaine!

A dimanche prochain!





Frédéric


Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...