- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 22 juin 2014

three witches watch three Swatch watches





  • Sir Bedevere: There are ways of telling whether she is a witch.
  • Peasant 1: Are there? Oh well, tell us.
  • Sir Bedevere: Tell me. What do you do with witches?
  • Peasant 1: Burn them.
  • Sir Bedevere: And what do you burn, apart from witches?
  • Peasant 1: More witches.
  • Peasant 2: Wood.
  • Sir Bedevere: Good. Now, why do witches burn?
  • Peasant 3: ...because they're made of... wood?
  • Sir Bedevere: Good. So how do you tell whether she is made of wood?
  • Peasant 1: Build a bridge out of her.
  • Sir Bedevere: But can you not also build bridges out of stone?
  • Peasant 1: Oh yeah.
  • Sir Bedevere: Does wood sink in water?
  • Peasant 1: No, no, it floats!... It floats! Throw her into the pond!
  • Sir Bedevere: No, no. What else floats in water?
  • Peasant 1: Bread.
  • Peasant 2: Apples.
  • Peasant 3: Very small rocks.
  • Peasant 1: Cider.
  • Peasant 2: Gravy.
  • Peasant 3: Cherries.
  • Peasant 1: Mud.
  • Peasant 2: Churches.
  • Peasant 3: Lead! Lead!
  • King Arthur: A Duck.
  • Sir Bedevere: ...Exactly. So, logically...
  • Peasant 1: If she weighed the same as a duck... she's made of wood.
  • Sir Bedevere: And therefore...
  • Peasant 2: ...A witch!
Extrait de Monty Python and the Holy Grail (1975)



Bonjour à toutes et tous!


Oui, on attaque maintenant le quatrième dimanche de notre série Magie et magiciens.


Nous avons déjà abordé les mots

mage (magique, magie …)

et

sort (sorcier, sortilège …).


Passons à présent à un mot anglais que je ne peux m’empêcher de traiter, au vu de mon inconditionnel attachement à l’oeuvre de Monty Python ; j'ai nommé: witch!


 - les articles précédents de cette série? Mais les voici: -
le mage qui roulait des mécaniquesles sorties du Prince consort et Saint Augustin et Lawrence d'Arabie étaient tous deux très assertifs


A witch!



Witch, vous le savez certainement, c’est la sorcière.

- Quoi, un mot anglais???
- Oui!
Et comme d’habitude, vous allez découvrir des liens insoupçonnés entre l’anglais witch et quelques autres mots anglais, mais aussi bien français!

Esbaudis que vous serez!


Mais bon, commençons par witch et son étymologie.



Witch” provient du vieil anglais wicce - la sorcière / wicca - le sorcier.

Jusque là, tout le monde est d’accord!

Et puis, ça se complique

Pour certains - qui ne se mouillent pas trop - l’origine du mot est incertaine, voire inconnue.
D’autres parlent encore d’une origine proto-indo-européenne - c’est déjà ça - basée sur des racines signifiant “savoir”, ou “sage”, “séparer, diviser”, ou “consacré, saint”.

Mooooouais.
Mais bon, pourquoi pas!

Mais bof.

Moi, de mon côté, je me baserai, comme souvent, sur les recherches de Pokorny, qu'en l'occurrence Watkins n’hésite pas à valider.
(Sans Watkins, sachez-le, il n'y aurait probablement pas de dimanche indo-européen...)

Pour Pokorny et Watkins, le mot provient d’une racine proto-indo-européenne dont le champ sémantique serait “être fort, être vif, animé”.

Et pour Watkins, la retranscription de la racine en question, ça donne …

*weg-2


C’est une forme suffixée de cette racine, *weg-yo- qui serait à l’origine de wicce / wicca, via le germanique *wikkjaz: nécromancier! 
Celui qui rend vif, qui ré-anime ; en d’autres termes, qui réveille les morts!

(La nécromancie désignant l’interrogation, dans un but de divination, des personnes décédées qui sont censées survivre et communiquer avec les vivants.)

D'ailleurs, dans la Bible hébraïque (premier livre de Samuel, chapitre 28:3–25), la Sorcière d'Endor est une femme qui possède un talisman avec lequel elle appelle le fantôme du prophète Samuel récemment décédé, à la demande de Saül, roi d'Israël.

Le pauvre roi Saül voulait demander un dernier conseil à Samuel, ne supportant plus tous ces "Saül, qui rit quand on l'enc*" et autres sobriquets infamants dont l'affublaient ces abrutis de Philistins.

La légende raconte que le prophète Samuel, depuis l'Au-delà, lui aurait alors recommandé de systématiquement appeler les Philistins des Syphilistins, et d'ordonner à tous les courtisans et notables de faire de même.
Outre le fait que désormais Saül devait se tenir les côtes chaque fois qu'il croisait un de ces malpolis, et que le palais entier riait à se pisser dessus de la déconvenue des Philistins - qui l'avaient bien cherché - ces derniers comprirent enfin qu'il ne fallait pas trop se jouer d'un roi d'Israël.

(Ca aurait été franchement plus marrant comme ça, mais non: Samuel va selon la Bible refuser de donner un conseil, mais annoncera à Saül sa chute imminente, entraînant celle de sa dynastie).

Saul and the Witch of Endor, par
Washington Allston (1779–1843)




Comme je vous le disais, cette racine *weg-2 s’est dérivée dans bien d’autres mots anglais.
Comme par exemple le vieil anglais wiċċa le sorcier, à l’origine de la dénomination de cette religion néo-païenne qu’est la Wicca, ou Wica.

Wicca


Toujours basé sur le vieil anglais wiċċa, nous avons encore wicked.
A l’origine une forme adjectivale du substantif wiċċa.

A présent, wicked signifie toujours malfaisant, maléfique, mais c’est surtout dans son acception argotique de “génial”, “super”, “cool”, “trop fort” qu’il est employé ; les gosses en usent et abusent.

Bewitch? Ensorceler!
Jeter un sort à quelqu’un, ou plus simplement - et communément - envoûter!

Ma Sorcière Bien-Aimée!
Tout le monde ou presque connaît cette série télé américaine des années 60 - début 70.

Dans sa version originale elle s'intitule Bewitched, qualifiant bien le mari de Samantha la sorcière: fasciné, envoûté, clairement sous le charme de sa … charmante … épouse.


Agnes Moorehead, Dick York et
Elizabeth Montgomery, Bewitched, 1964

Le générique de la troisième saison, 1966
(et non de la première comme indiqué, 
qui était lui en noir et blanc)


PS: Et maintenant, vous savez pourquoi la mère de Samantha, jouée par Agnes Moorehead, s'appelle Endora...

- euh? Mais je?
- Le lever fut difficile? La soirée d'hier trop arrosée? Endor! La sorcière d'Endor!



Mais bon, tous ces mots, witch, Wikka, wicked, bewitch... globalement, parlent de la même chose, de la sorcellerie.

Vous pensez bien qu’une racine dont le champ sémantique couvrait les notions de “être fort, vif, animé” doit nous avoir laissé autre chose


Et OUI, nous retrouvons *weg-2, via une forme au timbre o (où donc la voyelle pivot e se transforme en o) et suffixée: *wog-ē-, dans l’anglais wake: réveiller, ou, en tant que substantif, la veillée.


La veillée, (superbe) photographie de Constant Puyo, 1895


Mais c’est aussi *weg-2, cette fois par l’intermédiaire d’une autre forme suffixée au timbre o: *wog-no-, qui par le germanique *wakjan, a donné le vieil anglais wæccan: être éveillé.
Wæccan dont provient l’anglais moderne… … … watch!

Watch, dans une de ses acceptions désigne l’homme de garde, la sentinelle, l’homme de quart.
Ben oui, car c’est celui qui étymologiquement du moins doit rester éveillé.


le watchman, l'homme de garde, qui veille pendant
que vous dormez


Restons encore en anglais:
Vous connaissez certainement le verbe to wait: attendre.
Il provient de *weg-2 par le germanique *waht-.

OK. Mais figurez-vous que cette filiation n’est pas directe.

Oh non, car wait dérive du moyen anglais waiten, wayten, calqué sur le … vieux français du nord waiter, waitier.

L'eussiez-vous cru?

Et waiter / waitier provient du vieux-francique *wahtōn, *wahtjan: “surveiller, garder”. 
C’est lui, le dérivé direct du germanique *waht-!

Alors, le rapport sémantique entre to wait et notre racine *weg-2?
Oh, nous retrouvons toujours dans quelques emplois de wait cette notion de veille.
Wait up”, c’est attendre… avant d’aller se coucher, donc: veiller.

Notez aussi que “in wait” pourrait se traduire par “à l’affût”, où nous retrouvons le sens de watch: garder, surveiller


- Bon, c’est sympa, on sait bien qu’t’aimes bien l’anglais, mais bon, t’as rien en français??
- Ah là là! Mais enfin, notre français guetter (avec un g), il provient aussi du vieux-francique *wahtōn, *wahtjan (“surveiller, garder”)!


Emma notre labrador faisant le guet dans le jardin


Et puis, il y encore un dérivé proto-germanique de notre racine proto-indo-européenne *weg-2: *wahtwō, qui est devenu en vieux haut-allemand: wahta, qui a donné à son tour l’allemand Wacht: la garde.

Wacht à l’origine d’un mot tout ce qu’il y a de plus français, et bien connu des scouts, louveteaux, campeurs, alpinistes, trappeurs et j’en passe…

Je vous laisse chercher?











Ce mot provient d’un mot allemand du Moyen Age: biwacht.

Vous l’avez trouvé?


OUI! Bivouac! Campement provisoire pour passer la nuit en plein air.

L’allemand biwacht se décomposait en bie- (aujourd'hui bei-), « secondaire » et wacht, « surveillant ».

Le mot faisait référence à la surveillance externe des villes fortifiées, par opposition à la surveillance interne de ces mêmes villes, en d'autres mots la fonction de police.

Eh oui: les soldats chargés de cette mission de surveillance externe bivouaquaient hors de l'enceinte, en utilisant des abris temporaires.

Bivouac


Je n’arrête pas de vous le dire, le français a donné bien plus de mots à l’anglais que l’inverse!
Nous venons de le voir avec wait.
Eh bien c’est encore le cas avec bivouac!

Figurez-vous que notre français « bivouac » est passé à l’anglais, tel quel … par les guerres napoléoniennes!
Les Anglais ont probablement dû être impressionnés par les bivouacs de l'armée impériale sur les champs de bataille… Et il y en a eu quelques-uns, de ces champs de bataille, il faut bien le dire.

bivouac de l'empereur


Alors, c’est-y pas une belle petite racine que cette *weg-2, qui a donné les anglais witch, wicca, betwitch, mais aussi watch, wait, et puis aussi les français guetter et bivouac!?


Mais soyons clair, ce n’est pas tout.


Nous devons encore à *weg-2 une série de mots - bien français - et qui, j’en suis sûr, vous surprendront.
Mais bon, je préfère les mettre de côté pour l'instant et vous les présenter la semaine prochaine, en un article rien que pour eux!

Je vous le dis, vous ne pourriez jamais soupçonner le lien entre tous ces mots sans remonter à notre brave et proto-indo-européenne *weg-2...




Je vous souhaite à toutes et tous un excellent dimanche, et une TRES bonne semaine!


Moi, en ce dimanche, je suis à ... Paris!
Où j'assiste ma compagne (que j'accompagne), qui expose au SIMP - Salon International de la Maison de Poupée, à l'Espace Champerret,
Porte de - voyez comme les choses sont bien faites - Champerret, à Paris, donc (en fait, et précisément, dans la très agréable commune de Levallois-Perret).
Son stand, mais c'est le 93, celui de Blondie Creations!
Je dis ça, je n'dis rien...

Et si vous venez avec votre PC et un marqueur pour écran, je suis même prêt à vous dédicacer votre exemplaire du dimanche indo-européen!


Quelques-unes des réalisations d'Evelyne, de Blondie Creations?









A ... dimanche prochain?



Frédéric



Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...