- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 20 novembre 2016

Vous savez quoi? Votre armistice, là, eh ben on va l' ranger au placard!




“Le vainqueur ignore l'ironie, arme dérisoire du vaincu.”

François Cavanna, in La Hache et la croix, 1999

















Bonjour à toutes et tous!


Dimanche dernier, 13 novembre, nous nous étions intéressés à armistice, que nous pourrions traduire littéralement par “arrêt des armes”.
Armistice, du latin médiéval armistitium, composé du neutre pluriel arma (“les armes”), et du verbe sistō, sistēre, “mettre en place”, “faire se tenir debout”. Ou encore “cesser, arrêter, empêcher”.

Nous avions ainsi déjà découvert quelques dérivés bien connus de ce sistō, sistēre qui forme la seconde partie du composé.
Comme assister, insister, persister, résister, assister, se désister, consister, ou encore interstice.

(Oui, pour rappel, nous avions vu que le latin sistō dérivait d’une forme proto-indo-européenne *si-st(ə)-, réduplication de *st-, qui n’est autre que le degré zéro de notre *sta- bien aimée.)


Je vous propose, en ce dimanche (pluvieux, ou plutôt venteux, par ici), de poursuivre sur “armistice”, mais en nous penchant à présent sur le premier terme du composé: arma.

- Ben, et alors? Arma, c’est les armes, on va pas non plus en faire tout un plat, enfin??
- Bonjour! Bon dimanche! Vous avez parfaitement raison: arma, comme vous le dites si bien, c’est les armes.

Mais pas que ça…

Par extension, “arma” désignera les soldats armés.
Mais le latin arma désigne aussi les outils, les ustensiles, des instruments

Arma est un neutre pluriel, collectif.
En bas latin, on en fera un féminin singulier: classique! Comme d’habitude, nos ancêtres prendront le a terminal pour la marque d’un féminin singulier.

Gros malins.




Et ce arma latin ...
- c'est ici que ça devient intéressant -,
...il nous venait d’une racine proto-indo-européenne, mes amis! Eh oui! Le verbe...

*ar-

Qui, NON...
- et c'est encore plus intéressant -
...ne se traduirait pas par “armer”. Ni même outiller.

Non, plutôt par “assembler”, “mettre ensemble”, “ajuster”…

Ah ah…
Tiens tiens tiens…
Surprenant, ne trouvez-vous pas?

Même si Sherlock nous dirait ici...
Lorsqu'un fait semble contredire une longue suite de déductions, c'est qu'on l'interprète mal.



Allez, on va essayer de tirer tout ça au clair.

Le latin armus, dont découle vraisemblablement arma, désignait… l’épaule! 
Ou la partie supérieure du bras.

épaule. Difficile d'être plus clair


Mais ouiii! Armus reprend parfaitement le sens de sa lointaine parente *ar-, en ce sens que l'épaule permet d’ajuster, de joindre, d’assembler le bras au corps.

Et c'est, pour être précis, une forme suffixée de *ar-, *ar-mo-, qui nous a donné le latin armus.

C’est également cette forme *ar-mo- que l'on retrouve dans le proto-germanique *armaz-,
dont dérivera plus tard le vieil anglais earm,
puis l’anglais… arm, le bras!

bras anglais


- Mais?? Je ne comprends plus rien! Quel est le rapport entre le latin armus, l’épaule, et arma, les armes??
- On y arrive!

On suppose que sur armus, l’épaule, a été créé le verbe armō, armāre, qui n’aurait pas signifié en un premier temps “armer”, mais bien … “se couvrir les épaules”. 

Mais oui, par une cuirasse, un bouclier...
Quelque chose qui permettait de se protéger, de se défendre au combat.



Arma, en ce sens, désignait plutôt les armes de défense.

Par extension, “arma” aurait fini par désigner toutes les armes, celles qui restent près du corps, comme le bouclier, mais aussi tous les instruments pour le combat.

Beaucoup de hamburgers, de Coca-Cola, une démarche pro-life (hostile à la
contraception et à la légalisation de l'avortement), vous y rajoutez le fameux
deuxième amendement, et vous obtenez ça.

God bless America! (L'Amérique en aurait bien besoin...)


Sachez que dans La Chanson de Roland (1080), les armes désignent toujours l’... armure!
Ce n’est qu’à partir du XIIème que armes s’appliquera de préférence aux armes offensives.


On retrouve cependant toujours bien ce sens d’éléments de protection qu’avait à l’origine “armes” dans “armoiries”, qui se réfère au bouclier, ou plutôt à … l’écu.
Ensemble des emblèmes figurés d'abord sur l'écu des anciens chevaliers pour servir de signes distinctifs dans les batailles et les tournois, puis sur un écu (écu armorial) symbolique pour distinguer une famille noble ou une collectivité.
les armoiries de la ville d'Amiens





Je vais m'arrêter ici.
Mais rassurez-vous, nous continuerons dimanche prochain, car *ar- nous a donnés de ces dérivés que JAMAIS vous ne mettriez en relation avec "arme"...


Comme avant-goût,
- et parce que je vous aime bien, hein -,
je terminerai ce dimanche avec un mot qu’on ne rapprocherait aucunement d’arme, ou du latin arma.
Et pourtant…


Armoire!

Et oui, ne l’oubliez pas, le latin arma pouvait également désigner l’ustensile, l’outil.

Certes, le latin armarium, dont descend notre armoire, pouvait signifier “dépôt d’armes, arsenal”, mais il désignera surtout un espace de rangement, un placard.





Sur ce, je vous souhaite, à toutes et tous, un excellent dimanche, une très belle semaine!



Frédéric

Attention, ne vous laissez pas abuser par son nom: on peut lire le dimanche indo-européen CHAQUE JOUR de la semaine!
(Mais de toute façon, avec le dimanche indo-européen, c’est TOUS LES JOURS dimanche…).



Et nous nous quitterons sur un superbe standard
chanté divinement par Ella Fitzgerald et Louis ... Arm-strong


Louis Armstrong & Ella Fitzgerald - Dream A Little Dream Of Me

article suivant: l'artisan sonna l'alarme quand l'Armada fut en vue.

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...