- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 28 avril 2013

Aux Canaries, par cette canicule? Quel cynisme, gros canaillou!


article précédent: ... hypothéquer son mariage?


Bonjour à toutes et tous!


Bon, ben voilà…
On est tout doucement arrivés au bout de notre grand thème des mots basiques, et particulièrement ceux désignant les liens de parenté.

Alors oui, bien sûr, on pourrait encore en trouver d'autres, mais bon… 'y'a des mots qui n'ont pas vraiment leur place ici, parce que leur intérêt étymologique est limité, qu'ils ne sont pas basés sur des racines proto-indo-européennes…

... ou tout simplement parce qu'ils ne m'inspirent pas.

C'est comme ça!


Nous avions inauguré ce grand sujet en novembre 2012, avec Terre des hommes? Pléonasme!.

Et avant de passer à autre chose, je voudrais quand même clore ce grand chapitre en beauté.

Personnellement, je ne peux concevoir une famille sans un élément à mes yeux capital, un membre de la famille à part entière, qui y occupe une place unique et véritable...

Le chien!

Emma, ici en vacances au Pays de Galles


Notre mot français "chien", comme vous le savez, dérive du latin canis: chien, chienne.

Chienne à quatre pattes, nue, avec un collier
et une laisse en cuir

Et bien sûr, sinon je n'en parlerais pas, canis trouve son ascendance dans une racine proto-indo-européenne:

*kwon- (ou *kuō, *ƙuō(n))


*kwon- c'était le chien, ou le loup, ou le chien-loup…


L'homme et le chien, c'est une très longue histoire. L'homme et la chienne aussi, notez.
Le chien étant le premier animal jamais domestiqué par l'homme.
Mais aussi le seul animal à avoir atteint une telle symbiose avec lui.
Au point de préférer l'homme à ses congénères.

Parfois, la symbiose s'opère dans les deux sens

A ce propos, si vous aimez les chiens et les bouquins en anglais, je vous recommande la lecture de "In Defence of Dogs" de John Bradshaw, absolument édifiant, et qui balaie pas mal d'idées reçues…

On retrouve forcément *kwon- dans de très nombreuses langues indo-européennes, le chien étant le compagnon de l'homme depuis des millénaires, et en tous lieux.

Basés sur la racine *kwon-, nous retrouvons les mots désignant le chien sous la forme…

  • श्वन् (śván) en sanskrit, 
  • śuwanis en hittite, 
  • ku en tocharien A, mais aussi en tocharien B
  • ś(u)vā́ (au génitif śúnaḥ) en vieil indien
  • spā, (au génitif sūnō) en avestique, 
  • շուն (šun) en arménien, 
  • čō̃ (*čun=) en balte, 
  • šuõ (au génitif šuñs) en lithuanien, 
  • suns en letton, 
  • ci ("ki"), et cwn ("coun") au pluriel en gallois, 
  •  en vieil irlandais,

Et ainsi de suite…

Suns (chien en laiton)

En proto-germanique, le proto-indo-européen *kwon- s'était mué en *ḱu̯n̥-tós, *ḱwn̥tós, puis *hundaz.

Vous voyez où je veux en venir?
Oui: l'anglais hound en dérive, tout comme le néerlandais hond, l'allemand Hund, le danois hund...

(à rajouter sur la liste: avoir un danois et l'appeler Hund)

En grec ancien, *kwon- allait devenir κύων (kýôn).
Sur quoi nous avons créé tous ces mots commençant par cyn-, comme:
  • cynophile (qui aime les chiens),
  • cynodrome (circuit dévolu aux courses de lévriers),
  • cynégétique (art de la chasse, de chasser, ou qui a rapport à la chasse, aux chiens),
Mais aussi…

cynique! (dont le Larousse nous dit "Qui avoue avec insolence, et en la considérant comme naturelle, une conduite contraire aux conventions sociales, aux règles morales ; qui manifeste du cynisme: Un être cynique et immoral.").

Cynique nous arrive, par le latin cynicus, du grec ancien κυνικός, kynikós, de κύων, kýôn (le chien, donc).

Mais... quel rapport, grands dieux? - me direz vous.

Le cynisme était ce mouvement philosophique fondé par... Mmmh???
Prosthène et Antisthène sont en bateau. Prosthène tombe à l'eau. Qui est-ce qui reste? ...Voilà! 
 ...Antisthène, dont le membre le plus représentatif et célèbre (du mouvement, pas d'Antisthène) n'est autre que Diogène: Diogène de Sinope.

Les cyniques s'appelaient ainsi car leur attitude à l'égard de la société des humains s'apparentait à celle des chiens errants; en outre ils se réunissaient dans un gymnase appelé le Cynosarge (Κυνόσαργες: Kynósarges, littéralement "chien agile"), ainsi que dans un cimetière pour chiens dans la banlieue d'Athènes.

D'autre part, puisqu'ils se comportaient en chiens, ils n'avaient aucune gêne à manger, déféquer, copuler ou se masturber en public.

A manger???

Diogène
- "Je cherche un homme."
- "Pour lui pisser sur la jambe, peut-être?".

Mine de rien, la racine proto-indo-européenne *kwon- nous a laissé pas mal de dérivés, tous apparentés à "chien", mais parfois par des voies un peu tordues

Connaissez-vous les corgis?

Oui bien sûr, ce sont les chiens préférés de Her Majesty The Queen.






Les voici encore au travail, en compagnie de deubeul O seven:
(Pour des raisons de copyright assez discutables,
je ne peux vous montrer la video.
Mais rien ne m'empêche de vous inviter à la regarder
en cliquant sur la photo, qui vous redirigera vers Youtube...)


Cette race de petits chiens est originaire du Pays de Galles.
En fait, en vous disant cela, je vous donne précisément l'étymologie du nom corgi!

Je vous disais un peu plus haut qu'en gallois, "chien" c'était ci ("ki").
Cor, toujours en gallois, c'est "nain".
Cor-ci, corgi, c'est donc le chien nain, le petit chien… gallois.




Les canines, ces deux dents pointues qui permettent notamment de déchirer, et qui sont situées entre les incisives et les molaires, sont typiques à la denture du chien.
D'où le nom: canine vient du latin canis, suivi du préfixe -ina marquant l'appartenance (canină pouvait donc se comprendre comme "propre au chien").


Le terme canaille a détrôné l'ancien français chienaille / chiennaille / chenaille pour désigner non pas une crapule, mais bien, originellement, une harde de chiens
Ce n'est que plus tard que le mot a revêtu le sens figuré qu'on lui prête actuellement, au contact de son cousin italien canaglia, venu lui aussi du latin canis.

Au XIIIème siècle, Renart le goupil parle encore de "ceste chienaille": "cette bande de chiens" dans le roman de Renart.

Le roman de Renart


Le canari n'a de prime abord pas grand-chose d'un canidé.



Le volatile porte, vous le savez - lui, je ne veux pas être méchant, mais j'en suis moins sûr - le nom des îles où on le trouve, les Canaries.
Eh bien, les îles Canaries tireraient leur nom du latin Canariae Insulae (îles aux chiens), nom d'ailleurs appliqué initialement à la seule Gran Canaria.

Pline l'Ancien décrivait, tout à l'ouest du monde, une île où vivaient des hommes-chiens...
Les explorateurs romains, en découvrant les grands chiens sauvages de l'île, auraient ainsi pu croire qu'il s'agissait de celle-ci.

Dogue des Canaries

Il se pourrait aussi que ces îles aient été ainsi nommées à cause des phoques qui y abondent, les "chiens de mer".

Mais il faut bien le reconnaître, selon une toute autre étymologie parfaitement plausible, "Canaries" correspondrait au nom latin de tribus berbères d’Afrique du Nord, les Canarii: en berbère, les îles s’appellent d'ailleurs Tkanaren.

... Même si le drapeau des Canaries lui préfère l'histoire
des grands chiens...

Allez, encore quelques autres dérivés de *kwon-?

Chenil, bâti sur le bas-latin *canile, lui-même créé sur le latin canis.
L'anglais kennel est une transposition du vieux français chenil, via l'anglo-normand *kenil.

Le chenet est cet ustensile que l'on compte idéalement par deux sur les cheminées, qui sert à maintenir le bois en hauteur dans le foyer pour en activer la combustion.

En France, pendant le Moyen Âge, le chenet s’appelait queminel ou chemineau. 
Et puis, il y a eu substitution: le mot s'est transformé en chiennet - d’où son nom actuel qui rappelle vraisemblablement que les "têtes de chenet" étaient décorées de chiens accroupis.

Cette étymologie semble confirmée par les noms anglais et allemands (firedog et feuerhund, "chien de feu") de l'ustensile.

Chenets

Plus surprenant:
Le mot chenille vient du latin canicula, la petite chienne!
En raison de la forme de la tête de la chenille, ou, selon d'autres sources, de son aspect velu, poilu.

Chenille

Et puis, ben oui, le latin canicula, la petite chienne, nous a donné … canicule.
Curieux, non?

Canicula était l'un des anciens noms de Sirius, l'étoile la plus brillante de nos nuits, alpha - l'étoile principale - de Canis Major, la constellation du… Grand Chien.
Les périodes de grande chaleur furent nommées canicule parce qu’on les attribuait tout simplement à l’influence de cette petite chienne de Sirius.
En effet, il y a trois millénaires, l'étoile se levait avec le Soleil au plus chaud de l'année.

Non, Pline l'Ancien ne parlait pas de "petite chienne en chaleur" pour évoquer Sirius, mais précisait en revanche qu’elle "allumait le Soleil".
Ce qui n'est guère mieux, si je puis me permettre.

Canis Major, le Grand Chien


- Et dog? Hein hein, l'anglais "dog", on en fait quoi??
- Oui, ça c'est la question à ne pas poser… Dog restant encore à ce jour un des grands mystères de l'étymologie anglaise…

Dog provient du moyen anglais dogge, lui même découlant du vieil anglais docga.
Le suffixe -ga permettait de nommer familièrement des animaux domestiques, ou communs: ainsi, on retrouve frocga pour frog la grenouille, ou picga, pour pig le cochon.

Sur le même principe, Docga devait probablement désigner une race de chiens massifs, puissants, musculeux, car le vieil anglais *docce signifiait "muscle"; on le retrouve dans des composés comme fingerdocce (“doigt-muscle”), qui désignait la digitalis purpurea: la digitale pourpre).

Digitale pourpre

Ici, toujours pourpre, mais en version analogique


Quoi qu'il en soit, l'origine de *docce est inconnue; il pourrait éventuellement dériver du proto-germanique *dukkōn (“puissance, force, muscle”), mais rien ne permet de le prouver.

Même si l'expression française dukkōn s'applique admirablement bien, il faut le reconnaître, à quelqu'un de "tout en muscle"...

L'appeau à chasseurs, par le très regretté Franquin

Ce que l'on sait, en revanche, c'est qu'au XVIème siècle, l'anglais dog l'a emporté sur "hound", au point qu'il a même été adopté par d'autres langues d'Europe continentale.

C'est bien entendu sur dog que le français a créé ... dogue.

Le danois - ou dogue allemand - n'est pas nécessairement
réputé pour son intelligence.

Dogue, que Wikipedia nous décrit comme "une des races de chien à tête large, au museau court et carré, au cou massif, ainsi qu'à musculature et à mâchoires extrêmement puissantes, le type du chien molossoïde."


L'invasion de la Terre par les Molossoïdes

Tondue pour avoir couché
avec un berger allemand


Toujours Emma, ici dans Dogteur No





Bon dimanche à toutes et tous!
Bonne semaine, et …
A dimanche prochain!





Frédéric


AND NOW...

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...