dimanche 20 octobre 2019

Peut-on considérer "BACH" comme un acrostiche de si bémol-la-do-si bécarre?








François de Montcorbier dit Villon
1431 - après 1463
Vous portastes, Vierge, digne princesse,
Jesus regnant, qui n’a ne fin ne cesse.
Le Tout-Puissant, prenant nostre foiblesse,
Laissa les cieulx et nous vint secourir ;
Offrist à mort sa très clère jeunesse ;
Nostre Seigneur tel est, tel le confesse.
En ceste foy je vueil vivre et mourir.


(Vous portâtes, digne Vierge, princesse,
Iésus régnant qui n’a ni fin ni cesse.
Le Tout-Puissant, prenant notre faiblesse,
Laissa les cieux et nous vint secourir,
Offrit à mort sa très chère jeunesse ;
Notre Seigneur tel est, tel le confesse :
En cette foi je veux vivre et mourir.)

Ballade pour prier Notre Dame,
Le Grand Testament, 

François Villon





Bonjour à toutes et tous !



*heḱ-“piquant, acéré”.

... et l'orthographe qui va avec



Dites voir, les amis, êtes-vous bien conscients de la liste invraisemblable de dérivés en tous genres que cette charmante et plus que méritante petite racine indo-européenne nous a légués ?


Car rien que jusqu'à présent - ce n'est pas fini ! -, nous lui avons trouvé...
- et je ne serai pas exhaustif, loin s'en faut -

1. (du vin au vinaigre..., 14 juillet 2019)
  • le radical latin acu-, “acéré”,
d'où le latin acūtus, “aiguiséde ăcŭs, “aiguille”, 
d'où les français aigu et aiguille et l'anglais acute“aigu, grave”,
  • le latin ācer, ācris“aigu, pointu...”, 
d'où les latins 
acerbus“amer, âcre, sévère, austère, âpre, acerbe, et 
acrimonia, “âcreté, acrimonie”, acetum, “vinaigre”,


2. (On ne prend pas les mouches avec du vinaigre, 21 juillet 2019)
  • l'anglais eager, “empressé...”,
  • le néerlandais azijn“vinaigre”,


3. (“Le propre de la médiocrité est de se croire supérieur.” - La Rochefoucauld, 28 juillet 2019)
  • le latin dialectal ocris, “montagne escarpée”,
d'où le latin medi-ocris, d'où le français médiocre,
  • le moyen irlandais ochair“arête”,
  • le sanskrit अश्रि, azri“arête”,
  • le grec ancien ὄκρις, ókrispointe, arête acérée, proéminence, rugosité...”,


  • le grec ancien ἄκρος, ákros, “pointu, aiguiséà la pointe”, d'où “à la limiteextrême ...
  • le lituanien aštrùs et le letton (mais l'est-on VRAIMENT ?) ass, “coupant”,
  • le russe о́стрый, +/- “óstreuil”“pointu, acéré, fin, critique, piquant...”,
  • le serbo-croate öštar, acéré...”,


  • le lituanien akstìs, “épine, piqûre...”,
  • le russe ость, ost', en botanique “arête, barbe”,
  • le tchakavien ȍsti, “harpon”,
  • le lituanien ākstinas, “bâton pointu pour diriger le bétail”,
  • le tchèque osten“pointe, penne...”,


6. (Comme un coursier indompté hérisse ses crins..., 18 août 2019)
  • le  lituanien āšutascrin de cheval”,
  • le russe осот, osót, chardon”,


  • le same du Nord ávju, tranchant d’une lame, fil” (emprunt),
  • l'anglais edge“bord, arête, marge, tranchant, orée, arête...”,
  • l'allemand Ecke,


8. (Deux moineaux sur le même épi ne sont pas longtemps unis. - Miguel de Cervantes, 1er septembre 2019)
  • l'allemand Ähre, “épi”,
  • l'anglais ear, “épi”,


9. (the mote in thy brother's eye, 8 septembre 2019)
  • le grec ancien ἄκων, akon, “javelot, fléchette”,
  • le latin agna, “épi de blé”,
  • l'anglais awns“arêtes, barbes”,
  • l'allemand Ahne“fibre du chanvre ou du lin”,


10. (et la loi de Verner, t'as lu ?, 15 septembre 2019)
  • le vieil irlandais ér, élevé, noble, grand”,
  • le gaulois axro- dans le composé Axrotalus, “(qui possède un) front haut”,


  • le grec ancien Τρινακρία, Trinakríalitt. trois pointesdésignant la Sicile,


12. (question épineuse, 29 septembre 2019)
  • les français églantier et églantine,


  • les français acéré et acier,


  • le grec ancien ἀκμή, akmḗ, “pointe, point culminant, sommet, zénith”,
d'où (emprunts) l'anglais acme et le français acmé, et peut-être aussi le français acné.



Ouuuuuuuuuuuuuuf.




Et maintenant que tout ça a été remis en perspective


(source)
- que vous concevez clairement que tous ces mots sont cousins, qu'ils proviennent TOUS d'une seule lointaine racine indo-européenne -,
en ce quinzième (!!) article consacré à la délicieuse racine indo-européenne *heḱ-“piquant, acéré”,

je vous propose de revenir en arrière...

... et de creuser un filon que j'avais nonchalamment ouvert, sans pour autant le visiter, le 4 août 2019.

En effet, dans l'article en question, je m'étais contenté de citer,
sans plus,
au nombre des dérivés de notre adorable *heḱ-, le grec ancien ... 


ἄκρος, ákros,

“pointu, aiguiséà la pointe”, d'où “à la limiteextrême ...


Et la semaine dernière, ne voilà-t-il pas que je vous parle du grec ancien ἀκμή, akmḗ, dérivé en -μή du radical grec ἀκ-, “pointu”...

Ah ben  ça !

Que voilà l'occasion parfaite de repartir de ce fameux radical grec ἀκ-, “pointu” pour
- enfin - 
nous intéresser de plus près à ce fameux ἄκρος, ákros, “pointu, aiguiséà la pointe”, d'où “à la limiteextrême”, à peine effleuré en ce 4 août 2019.


Car, bon, il va bien falloir que l'on se l'avoue...

C'est pas rien, évidemment, mais voilà, oui, on va devoir en parler...

Les anciens Grecs, pour désigner un village fortifié,  une citadelle construite sur une élévation de terrain
- souvent d'ailleurs un mont escarpé -,
utilisaient un terme qui pourrait se traduire par “la ville la plus haute, la cité la plus élevée”...  

Ce composé, c'était ... κρό- (il s'agit bien de ἄκρος, ákros) -πολις, -polis, ἀκρόπολις, akropolis, que nous avons francisé en ... acropole.


(photo trouvée ici)


Akropolis ! 

Eh !  Notez donc qu'il s'agissait d'un nom commun ; on parlait bien d'un acropole, le noyau, le centre sacré autour duquel une ville se développerait, s'étendrait bientôt. 


l'Acropole et Athènes

Même si, ben oui, le plus célèbre d'entre eux était, et est toujours l'Acropole, ZE Acropole, celui d'Athènes.



Non mais, ... vous vous rendez compte ??

Ce formidable lien qui existe entre acropole et le néerlandais azijn, les français acieréglantier ou médiocre, l'anglais eager, le prénom gaulois Axro-talus, le russe осот, osót, chardon” ???

C'est dingue, non ?





Oui oui, vous pouvez remercier l'indo-européen.


Tiens, au sujet de la façon dont les anciens créaient une ville, je vous convie à relire A un carrefour, contrecarrer un escadron!? Mais quelle carrure!, article de juillet 2013, où je mentionnais la façon traditionnelle dont les Romains créaient leurs villes, vraisemblablement inspirée des Étrusques.

Comme avec un acropole, il fallait avant tout déterminer le centre sacré de ce qui deviendrait la ville...

La tradition s'est perpétuée encore lontemps. 


Même si, à présent, on ne sait même plus qu'un quartier était l'une des quatre parties d'une ville romaine...









- Quoi !? Mais ça alors !








- Hého, quand je mets un hyper lien dans le texte, c'est pour cliquer dessus, hein...

Ainsi, le centre sacré de Bruxelles, son berceau historique, est un ancien îlot de la Senne au centre de la ville, non pas l'îlot sacré, mais bien l’îlot Saint-Géry.

C'est là précisément que le gnomon du fondateur de ce qui deviendrait Bruxelles fut planté...
(Brussell, hein, pas bruKSellaaanh ; merci de penser à nos oreilles non parisiennes)
C'est d'ailleurs à l'endroit très précis où le gnomon cérémoniel fut planté en terre que s'érigera l'autel de la chapelle Saint-Géry, qu'on agrandirait plus tard pour en faire l'église Saint-Géry, hélas aujourd'hui détruite.


l'église Saint-Géry, démolie au début du XIXème


Et donc, le acro- de acropole est toujours un beau dérivé de notre *heḱ-“piquant, acéré”.




*heḱ-“piquant, acéré”
radical grec ancien ἀκ-, “pointu”
grec ancien ἄκρος, ákros, “élevé, extrême”


grec ancien ἄκρος, ákros, “élevé, extrême” -πολις, polis, “cité” ⇒ ἀκρόπολις, acropolis“la ville la plus haute, la cité la plus élevée”...
emprunt et francisation
acropole




Pour terminer, passons donc en revue, voulez-vous, quelques-uns de ces mots français en acro-
- acro-, “élevé, extrême”,
emprunts savants au grec ancien...


Comme, voyons, voyons ...

  • acrocéphale
qui a le crâne en pointe,


  • acronyme,
sigle prononcé comme un mot ordinaire (“radar”...), -onyme pour nom, et acro- ici dans le sens d'extrémité, voire, par extension, de début.


  • acrostiche,
emprunt au grec ancien ἀκροστιχίς, akrostikhís, composé  acro- a toujours valeur d'“extrêmeet στίχος, stikhos“rang, ligne, vers”, de ... vers,
l'acrostiche désignant un poème dont les lettres à l'extrémité des vers, lues verticalement, forment un mot ou une expression,
ce qui est précisément le cas dans la Ballade pour prier Notre Dame, tirée du Grand Testament, de François Villon, que Villon marque de son nom, comme Bach le fera dans ses testaments musicaux, où l'on retrouvera son empreinte, si bémol - la - do - si (bécarre), en notation musicale germanique, ... B-A-C-H... 



et enfin...

  • acrobate
emprunt savant (1751) au grec grec tardif ἀκροβάτης, akrobátês, où βαίνω, baínô signifie “marcher”, et ἄκρος, ákros désigne non pas un point élevé, non, mais la pointe, l'extrémité !, ἀκροβάτης, akrobátês, se traduisant littéralement par qui marche sur la pointe ... des pieds, tel le danseur de corde...




Miss Bird Millman (1890-1940)
(source)




À toutes et tous, un beau dimanche, une belle semaine !



Frédéric


******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,

le surhumain Ricercare a 6,
de
l'Offrande musicale, BWV 1079,
marqué de la signature musicale de Bach,

à l'origine, improvisation à six voix.



Le mot ricercare, rechercher en italien, désignant une forme archaïque de la fugue,
se retrouve, en acrostiche, orthographié « RICERCAR »
sur la page de garde du manuscrit autographe de
l’Offrande musicale (1747) :

« Regis Iussu Cantio Et Reliqua Canonica Arte Resoluta »

(« À la Demande du Roi, le Chant et le Reste Résolus selon l'Art Canonique »).


Ci-dessous, une animation qui permet de suivre visuellement les six voix du morceau.

Je vous le dis: improviser à six voix, ce n'est pas humain.
Mais Bach n'était vraisemblablement pas de ce monde.


La musique de Bach est à la musique ce que l'acropole était aux cités grecques

Frédéric Blondieau



******************************************


Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/
******************************************

dimanche 13 octobre 2019

Les reprises de chansons d'Adele dans le métro, ça peut donner des boutons





`But I don't want to go among mad people,' Alice remarked.
`Oh, you can't help that,' said the Cat: `we're all mad here. I'm mad. You're mad.'
`How do you know I'm mad?' said Alice.
`You must be,' said the Cat, `or you wouldn't have come here.'



("Mais je n'ai nulle envie d'aller chez les fous", fit remarquer Alice.
"Oh ! vous ne sauriez faire autrement, dit le Chat : Ici, tout le monde est fou. Je suis fou. Vous êtes folle."
"Comment savez-vous que je suis folle ?" demanda Alice.
"Il faut croire que vous l'êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici.")


Alice's Adventures in Wonderland
CHAPTER 6: Pig and Pepper 

Lewis Carroll


Charles Lutwidge Dodgson, dit Lewis Caroll,
27 janvier 1832 - 14 janvier 1898

















Bonjour à toutes et tous !



*heḱ-“piquant, acéré”.

ici, plutôt piquant


Au menu d'aujourd'hui, un mot que, personnellement, j'adore...

Ce mot que j'adore n'est pas français, non, mais bien anglais.

En fait, il n'a rien de particulier, ce brave mot, mais c'est le contexte dans lequel j'ai appris à le connaître qui fait qu'il me plaît, mais à un point ...! 

C'est un mot que vous devez TOUS connaître, si du moins vous avez eu la chance, le bonheur, de pouvoir regarder, comme moi, les vieux dessins animés de la Warner, en particulier ceux où interviennent
- création du tandem Chuck Jones / Michael Maltese, 
l'un à l'animation, l'autre au script -
Chuck Jones

Michael Maltese

Bip Bip et ce pauvre Coyote

Dans la version originale, Wile E. Coyote and the Road Runner.






Ouvrons ici une courte parenthèse...

Le savez-vous ?
Le second prénom du coyote, dont l'initiale était donc E, était... ... ... Ethelbert ! 

Ethelbert, comme dans, par exemple, Æthelberht de Kent, roi de, de, de ... Kent
- oui, bien, bravo ! -,
de 580 (ou 590) jusqu'à sa mort, en 616.




Le premier souverain anglo-saxon à se convertir au christianisme. Rien que ça.

Il a d'ailleurs été canonisé


mais non, oh !!

ce qui est vraiment la moindre des choses ; franchement, 'manquerait plus qu'ça.








C'était déjà très bien, de la part de ces deux grands malades qu'étaient Jones et Maltese, d'affubler ce pauvre et pitoyable coyote d'un second prénom aussi anachronique et prestigieux !

Mais il y a encore mieux ... Ethelbert signifie en réalité “noble brillant” !

En effet, le vieil anglais Æþel-beorht se composait d'une part...
  • de l'adjectif æðele, “noble”,
issu de l'adjectif germanique *aþulja-, “noble”,
construit, lui, sur l'étymon germanique *aþala-, auquel on attribue le sens de “nature”. 
Entendez-y essence, nature des choses, certains de ses dérivés se traduisant au sens littéral par moelle des arbres, essence”, et d'autres en venant à désigner “(ce qui est propre à une essence particulière :) race, noblesse...”, 
issu d'une racine indo-européenne “née sur le tard”, car propre (et unique) au domaine germanique, *h2/3et-olo-,
et de l'autre...
  • de beorht“brillant”, qui donnera l'anglais bright, “vif, brillant, radieux, éclatant, intelligent...”,


issu, lui, du germanique *berhta-, “brillant”,
lui-même descendant d'une forme indo-européenne de sens identique, *bʰerh1ǵ-to-.  
Ouf.

Tant qu'à parler de prénoms, notez encore que ...
  • c'est toujours du germanique *aþala- que l'on fait descendre ...
  • les prénoms féminins Ethel et Adèle, littéralement “noble”, ainsi que 
  • le mimi diminutif d'Adèle, Adeline, ou même encore 
  • le prénom Aline (lui-même contraction d'Adeline), et enfin ... 
  • Alice“de noble caractère”, le joli Alice provenant du vieux haut-allemand Adalheidis, où l'on peut retrouver, adossé à *aþala-, le germanique *haiduz-, qui signifierait “caractère”,

Aaaaargh, n'en jetez plus !

et que ...
  • Ethelbert, francisé, a donné... Adalbert, mieux connu à présent sous sa forme courte... Albert.
Saint Adalbert de Prague
(en polonais Wojciech, en tchèque Vojtěch),
955 - 997, le sympathique patron des
petits gros poilus qui aiment porter des robes.

On raconte qu'il eut en rêve la révélation d'être
un nain de jardin, et depuis, il est aussi le saint patron
des brouettes.



Et je ferme ici la parenthèse.


Mais hormis l'énormité d'un second prénom aussi prestigieux, aussi majestueux pour un si vil et pitoyable coyote, il existe une autre raison à ce second prénom... 

Mais oui !

Son initiale, justement. 
Car Wile E. se prononce comme le péjoratif wily“rusé, malin”.

C'est là, d'ailleurs, que vous pouvez admirer l'art des traducteurs qui ont fait de Wile E. Coyote... Vil Coyote, en rendant ainsi, de l'original - brillamment -, et la forme, et le sens.


Mais ne nous égarons pas - enfin, moi, surtout...




Si je vous parle de Wile E. Coyote and the Road Runner, 
de Bip Bip et Vil Coyote,
c'est qu'un SUPERBE dérivé de notre formidable racine indo-européenne *heḱ-“piquant, acéré”, s'y retrouve, et qui plus est, abondamment...


Une idée ?


Si vraiment vous ne trouvez pas, c'est que vous n'avez jamais vraiment bien regardé ces purs chefs-d'oeuvre d'humour absurde et de répétition...



Vous l'avez, ce mot ?

ACME.

ACME, de Acme Corporation.

Mais oui, oh !
Cette entreprise de vente par correspondance, parfaitement fictive, où se fournit invariablement le coyote en accessoires les plus douteux, les plus invraisemblables qui puissent exister, et surtout les plus ... foireux.




Immanquablement, ils lui exploseront à la tronche,
immanquablement, il en sera précipité au fond du ravin,
immanquablement, ils se retourneront contre lui, et il finira par être enseveli sous un gigantesque bloc de pierre ...








Quant aux résultats des manoeuvres du coyote ...







L'anglais acme n'est qu'un calque du grec ancien ... ἀκμή, akmḗ, “pointe, point culminant, sommet, zénith”.

Et ἀκμή, akmḗ est simplement un dérivé en -μή du radical grec ἀκ-, “pointu”
- radical ἀκ- dont nous n'avons pas fini de parler..., je dis ça... -
issu,
bien évidemment,
de notre imperturbable *heḱ-“piquant, acéré”.





Mais
- question suivante -
comment se fait-il que l'on retrouve ce singulier acme dans tous ces dessins animés ?

Eh bien, c'est Chuck Jones lui-même qui nous donne la réponse, dans une interview qu'il donna en 2009...

Dans les années 1920, aux Etats-Unis, beaucoup de sociétés se dotaient d'un nom en “Acme” (Acme Cosmetics, Acme Drugs...), d'abord pour le sens du mot,
évidemment,
qui évoquait le sommet de la qualité,

mais aussi parce qu'à l'époque, posséder un nom de société en AC- vous garantissait d'être dans les toutes premières entrées des annuaires téléphoniques...








Et Chuck Jones se souvient... 
Quand il était gamin, qu'il jouait avec les gosses de son âge, et qu'il leur fallait imaginer un magasin universel où ils pouvaient se procurer absolument tout ce dont ils avaient besoin dans leur monde imaginaire - d'une baguette de chef d'orchestre à une épée -, ils l'appelaient, invariablement, ... ACME Corporation.

Il ne l'oubliera pas au moment de l'écriture de ces petits bijoux animés...



Ah ça, l'ACME de Chuck Jones a marqué les mémoires...
Aaaaah, l'ACME... 

Lakmé de Delibes, le duo des fleurs.

Oui, je sais, c'est facile.

Duo des fleurs interprété ici,
pour notre plus grand plaisir, mmmh
par Sabine Devieilhe et Marianne Crebassa...




Savez-vous que dans un des couloirs du célèbre M.I.T.,
le Massachusetts Institute of Technology,
figure une fresque murale représentant un de ces fameux tunnels instantanés de ACME Corporation faits d'une peinture très spéciale ...,




et reprenant, en son centre, la silhouette du pauvre Wile E. qui,
forcément,
s'y encastre la-men-ta-ble-ment.








(Pour rappel:)





















- Mais ... 

Eh , oh !, acmé est aussi un mot français, enfin !!










- Ah boooooon ??





Oui, je sais....
[gros soupir]
Mais moi, gamin, ce sont les 

Looney Tunes




qui me l'ont fait connaître, et forcément, dans sa version anglaise.



Mais vous avez raison ! Nous aussi, avons emprunté notre français acmé au grec ἀκμή, akmḗ
- jusque là ... -,
mais spécialement dans le vocabulaire médical, vers le milieu du XVIIIème, dans le sens de “point critique (d'une maladie)”.

Ce n'est que fin des années 1920 que son sens se généralisera, pour signifier “point culminant, extrême”.



et voici, avec ses infranchissables 322,4 m,
le point culminant des Pays-Bas,
Vaalserberg (en néerlandais, « mont de Vaals »).

Ce n'est pas bien de se moquer.
D'autant que rares sont ceux qui en atteignent le sommet,
souvent au prix de longues et pénibles années d'intense préparation,
et d'un véritable dépassement de soi.

Il faut surtout bien lever les pieds, sinon on trébuche dessus.



Et si on faisait le ... point ?



*heḱ-“piquant, acéré”
radical grec ancien ἀκ-, “pointu”

grec ancien ἀκμή, akmḗ, “pointe, point culminant, sommet, zénith”

emprunt (calque)

anglais acme“point culminant”, français acmé




Ah, et encore une dernière chose, avant de nous quitter...

Tant qu'à parler d'emprunts et de médecine...

Il est possible (mais pas certain, du tout, du tout) que acné
- oui oui, je parle bien du nom de cette
affection de la peau (dermatose) due à des lésions inflammatoires des follicules pilosébacés ; 
oh mais que ferais-je sans toi, ô toi ©Le Grand Robert de la langue française -
ne soit qu'une grossière erreur de copiste,

le grec akmé,
lamentablement retranscrit avec un n à la place du m,
étant à comprendre ici dans le sens d'éruption, d'efflorescence... 






Mais sachez-le, rien n'est sûr quant à l'étymologie de acné

On pense encore, toujours dans l'idée d'une erreur de copie, que acmé, qui a aussi désigné l'adolescence en tant que telle
(comme le summum de la c.nnerie, le suprême degré de la glandite aiguë, le paroxysme du je-m’en-foutisme, le pinacle du déferlement hormonal débordant et malvenu, le nec plus ultra du comportement d'une tête à claques ?),
aurait pu, par simple métonymie, désigner cette éruption cutanée si typique des nouvellement pubères, rendus boutonneux et si insupportablement c.ns par leurs propres hormones.

Ou alors, rien à voir
- mais ce serait bien dommage -,
acné ne serait qu'un banal dérivé du grec a-knêsis, knêsis désignant la démangeaison. 

Aknêsmos désignerait alors quelque chose, comme une affection cutanée ... 

... sans
(c'est un peu l'idée de l'alpha privatif, hein, mais je ne voudrais pas me montrer pédant) ...
... démangeaison.






Allez, là-dessus, je vous laisse.

À vous toutes, à vous tous, 
je vous souhaite un excellent dimanche, une très bonne semaine, 

portez-vous bien !











Frédéric


******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,

Adele,

bien sûr !

Dans une brillante version live de

Skyfall


Et comme le dit - ou le chante - si bien Adele, 



******************************************


Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/
******************************************

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...