dimanche 1 décembre 2019

... T'as voulu voir viēsuls, Et on a vu viēsuls ...




T'as voulu voir Vierzon
Et on a vu Vierzon,
T'as voulu voir Vesoul
Et on on a vu Vesoul,
T'as voulu voir Honfleur
Et on a vu Honfleur,
T'as voulu voir Hambourg
Et on a vu Hambourg,
J'ai voulu voir Anvers
Et on a revu Hambourg,
J'ai voulu voir ta sœur
Et on a vu ta mère
Comme toujours

Vesoul,

Jacques Brel, 1968














Bonjour à toutes et tous !



Cette semaine, comme annoncé la semaine dernière, nous clôturerons le chapitre balto-slave des dérivés de *ueh1-i-, “tisser, tresser.

Avec un bien joli étymon...


(bon, je le conçois, pour l'apprécier à sa juste valeur, il vaut mieux aimer les coups de glotte)





Je vous présente, Madame, Monsieur, 

...







...


l'étymon proto-balto-slave ...






...



*weɁiṣulos- / *weɁiṣuros- !



Pour la nième fois

- ah là là, si vous étudiiez un tant soit peu la matière entre chacun des articles, je ne serais pas obligé, ainsi, de systématiquement tout vous répéter. Je ne m'adresse pas ici à vous, bien sûr, mais bien à vous, là. Oui, oui, VOUS. Vous savez très bien de qui je parle -,
pour la nième fois, donc, je vous précise que ce curieux Ɂ représente un coup de glotte, ou une consonne occlusive glottale, particulièrement prisé des orthophonistes, qui
- il me paraît important de le souligner pour répondre aux commentaires tout naturellement, légitimement offusqués de certains de mes lecteurs qui, eux aussi, se reconnaîtront -
ne sont pas tous des pervers polymorphes.




Ah ça, il faut bien le dire, il tient la route, *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros-  ...

Il assure !


Alors, oui, les vétilleux, pinailleurs et autres coupeurs de cheveux en quatre 





auront déjà remarqué que ce mot balto-slave (non-attesté, hein, on se calme) se présente sous deux versions, l'une où apparaît un l, l'autre où ce l est remplacé par un r.

On ' va quand même pas en faire toute une histoire, hein ??


Pffff.


Il se fait que l'on retrouve dans les langues baltes des mots qui laissent supposer qu'ils proviennent d'une forme *weɁiṣulos-, alors que chez leurs cousins slaves, apparaissent des mots qui devraient, en toute logique linguistique, provenir, selon les lois de phonétique historique applicables, d'une forme *weɁiṣuros-.



Ah là là. 




Et voilà ! 




Avec tout ça,

avec mon rappel du pourquoi de ce Ɂ, 
et puis ces explications uniquement destinées aux plus ergoteurs d'entre vous, je n'ai toujours pas donné la signification de ce beau *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros ! 


(je l'adore !!)



À cause de quelques têtes brûlées, c'est tout le monde qui en pâtit.


Bref.



Le sens que l'on attribue à *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros-, c'était celui de ... tornade, trombe !





Eeeh oui, on est bien loin, ici, de nos si gentils français vin, vendange, viticole, vis, 

du doux, doux, sanskrit वयति, váyati, “tresser, tisser, entrelacer...”, 
du charmant perse bīd, “saule”, 
du bucolique hittite 𒌑𒂖𒆪, welku, “herbe”, 
du tranquille espagnol veta, “veine du bois”, 
du sympathique vieil arménien գինի, gini, “vin” !


Eh !
L'âme slave, l'âme balte, ça vous dit quelque chose ?



Ceux de mes amis qui partagent leur vie avec une délicieuse Russe, une si douce Polonaise, une a-do-ra-ble Ukrainienne sauront très bien de quoi je parle...








De *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros, étymon balto-slave, on reconstruit, comme à l'accoutumée, un étymon b...  ba... balte, voilà, merci à vous tous qui avez étudié, et un étymon s... sss... sllll... OUI, slave, parfait !


Respectivement, le proto-balte *viesulas- et le proto-slave *vixъrъ-.


Et, disons-le franchement, *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros, pour être issu de notre charmante *ueh1-i-, “tisser, tresser...” tout en respectant les lois de mutation phonétique, a dû vraisemblablement passer par une forme *ueh1i-s-.



Si nous devions résumer l'article jusqu'ici, je n'hésiterais pas à vous dire :




**************

*ueh1-i-, “tisser, tresser...”
forme *ueh1i-s-
proto-balto-slave *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros-“tornade, trombe
proto-balte *viesulas- et proto-slave *vixъrъ-

**************


Commençons par les dérivés baltes d
*weɁiṣulos- / *weɁiṣuros !


Nous devons à l'étymon balte *viesulas- ...

  • le lituanien víesulas, ou sa variante víesula, “tornade”,
ainsi que ...
  • le letton (mais, sans rire, l'est-on VRAIMENT ?) viẽsulis, et sa variante viẽsuls“tornade”.
Et comme ça, vous pouvez enfin, l'esprit apaisé, savourer pleinement et sereinement le titre de cet article.




Aux langues slaves, à présent.


L'étymon slave vixъrъ- nous a donné...

dans les langues slaves orientales,

  • le vieux slave oriental вихърь, vixŭrĭ,tornade”, d'où...
  • le russe вихрь, vixrʹ, “tornade”, mais aussi le russe вихо́р, vixór, toujours “tornade”, mais aussi, dans une acception dialectale - tiens, tiens -, “mèche, boucle de cheveux”,


dans les langues slaves méridionales,

  • le bulgare ви́хър, víhǎr,tempête”,
  • le macédonien виор, vior,
  • le serbo-croate vihor, toujours “tempête”,
  • le slovène vihȃr, tempête”, mais aussi, mais oui, “mèche de cheveux”,

dans les langues slaves occidentales, 

  • le tchèque vichr, “tempête”,
  • le polonais wicher, “tornade, tempête”,
  • le slovaque víchor, tempête”,
  • le haut-sorabe (ou Hornjoserbsce - à vos souhaits) wichor, “tempête”, et enfin ...
  • le bas-sorabe (ou Dolnoserbski - vous avez pris froid ?) archaïque wichor, et le bas-sorabe wichar, “tempête”.




Allez, la récap' !





**************

*ueh1-i-, “tisser, tresser...”
forme *ueh1i-s-
proto-balto-slave *weɁiṣulos- / *weɁiṣuros-“tornade, trombe
proto-balte *viesulas- et proto-slave *vixъrъ-

*

proto-balte *viesulas-
lituanien víesulas, víesula, “tornade”,
letton viẽsulis, viẽsuls“tornade

*

proto-slave *vixъrъ-

vieux slave oriental вихърь, vixŭrĭ, “tornade

russe вихрь, vixrʹ, “tornade”, russe вихо́р, vixór, “tornade, mèche, toupet

*


proto-slave *vixъrъ-

bulgare ви́хър, víhǎr, “tempête”,
macédonien виор, vior,
serbo-croate vihor, “tempête”,
slovène vihȃr, tempêtemèche de cheveux”,
tchèque vichr, “tempête”,
polonais wicher, “tornade, tempête”,
slovaque víchor, tempête”,
haut-sorabe wichor“tempête”,
bas-sorabe archaïque wichor,
bas-sorabe wichar, “tempête

**************



Euh... 


' faut bien vous rendre compte que tous ces mots baltes et slaves évoquant les vents forts, tourbillonnants, tempétueux, sont de simples cognats, des cousins, quoi !, ...
  • du latin vīnum
  • de nos vis, vétille et vendange
  • de l'anglais vintage
  • du sanskrit वयति, váyati, “tresser, tisser, entrelacer...”, 
  • de l'avestique vaēiti-, “saûle”, et en j'en passe...





Oui...
Avez-vous conscience des ponts vertigineux que l'indo-européen vous permet de franchir, 
que vous venez encore de franchir aujourd'hui,
entre des mots de langues diverses, qui, de prime abord, n'ont strictement rien à voir entre eux ?





Se plonger dans la linguistique indo-européenne, c'est certes remonter le temps, mais aussi, d'une certaine façon, non pas se replier sur soi dans sa tour d'ivoire, dans ses certitudes, mais bien aller vers l'autre.


Dieu sait combien ces petits pas vers l'autre sont devenus indispensables en nos temps où ce sont les extrémismes et les idéologies que je qualifie de puantes qui prennent progressivement le dessus sur la fraternité qui devrait tous nous unir...






Chères lectrices, chers lecteurs, 

Merci de me lire, merci de votre fidélité, merci de vos commentaires.

Je vous souhaite un EXCELLENT dimanche, et une très heureuse semaine !



Et, en ce 1er décembre, je souhaite également un beau lendemain d'anniversaire à quelqu'un qui se reconnaîtra, que je remercie tellement, sans les efforts de qui ce blog ne serait pas si bien suivi sur la toile...




À ... dimanche prochain,






Frédéric


Emma,
adorable labrador de bientôt 14 ans,
toujours là...




******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,


Ben oui,

une superbe version de

Vezoul.



Savourez le talent de ...

Jacques Brel et Marcel Azzola.




******************************************


Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/


******************************************

dimanche 24 novembre 2019

"*wɁi-, *vìti-, wić" (Jules César, rendant état au Sénat de sa rapide victoire sur Pharnace II, peu avant de désaouler)





 Vēnī, vīdī, vīcī

L'expression que l'Histoire a retenue, que 
Jules César a pu finalement prononcer correctement après avoir décuvé comme il convenait.
Ah ça, la bouche pâteuse...



Ce  je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu aurait été prononcé, selon Plutarque, par Jules César au Sénat Romain après son éclatante victoire sur Pharnace II (qui jusque là était roi du Pont, quand même), en Asie mineure en -47. 


Caius Iulius Caesar IV,
12 (ou 13) juillet 100 av. J.-C. - 15 mars 44 av. J.-C.























Bonjour à toutes et tous !




Nous avons découvert, la semaine dernière, deux superbes étymons,

  • le proto-slave *věja-, “branche
et
  • le proto-balto-slave *wɁitis-,
tous deux issus de notre jolie racine indo-européenne *ueh1-i-, “tisser, tresser...”.






Oui ?



Nous clôturerons trrrrrès bientôt ce chapitre balto-slave des dérivés de *ueh1-i-, “tisser, tresser, avec, non pas un, mais bien deux derniers étymons.





Oui, je sais.




En ce dimanche
- le tout dernier étymon, pas piqué des vers, ce sera pour la semaine prochaine -,
laissons-nous emporter par l'étymon balto-slave ... *wɁi-.
- t'es vraiment un comique, toi, hein ...


Il provient d'un degré zéro de notre douce *ueh1-i-, correspondant à une forme d'aspect aoristique.

Et non
- je vous connais -,
être aoriste n'est pas souffrir d'un handicap susceptible de vous faire traverser l'Atlantique à la voile pour sauver la planète. 

Aoriste, pas autiste, enfin !!

Voilà ! Á cause de vous, je vais encore devoir rendre des comptes à la bien-pensance, c'est malin. Comment osez-vous ? Vous m'avez volé mes rêves et mon enfance !

Aoriste, comme ce temps, cet aspect que l'on retrouve dans la conjugaison du grec ancien.
Qui l'a repris purement et simplement de l'indo-européen, hein, mais bon, c'est vrai que le grec ancien ne s'en vante pas trop... 

Il s'agit d'un aspect verbal perfectif, qui évoque donc une action sans référence aucune à sa durée, contrairement à l'imperfectif (qui décrit bien, lui, une action dans sa durée, si je puis me permettre). 

Si l'on devait transposer cette notion en français, eh bien nous pourrions dire,
  • au perfectif, je mange une pomme, 
ce qui donnerait,
  • à l'imperfectif, je suis en train de manger une pomme.


Au passé ? 
  • Je mangeai une pomme, perfectif, 

à comparer à 
  • je mangeais une pomme, imperfectif.


Oui ?

Oh, 'y a pas qu'le grec qui a conservé l'aoriste indo-européen ; on le retrouve avant tout en sanskrit, mais aussi en serbe, en bulgare, en croate, en bosnien, jusqu'en ancien tchèque.

Quant à l'emploi des aspects perfectifs et imperfectif, il se retrouve encore notamment en russe, même si, à proprement parler, le perfectif ne s'y exprime plus par l'aoriste.




Mais soit !


Reprenons:
L'étymon balto-slave *wɁi- provient d'un degré zéro de notre douce *ueh1-i-, correspondant à une forme d'aspect aoristique *uhi-t-.


Il a donné naissance
(nous sommes toujours, bien évidemment, dans un monde théorique, hein, il n'est pas question, ici, d'attestations de ces étymons ; c'est pas pour rien que je passe ma vie à taper des myriades de * devant tous les mots non-attestés)

  • au proto-slave *viti-“tordre, tresser, tourner...”,
ainsi qu'
  • au proto-balte *vyti- II, de même sens :  “tordre, tresser, tourner...”.
(oui, II, car il existe un étymon homonyme, intelligemment et subtilement nommé *vyti- I, de sens “chasser, poursuivre...”, sans aucune parenté avec le premier).


Alors, du balte *vyti II, “tordre, tresser, tourner...
- oui, lui d'abord -,
on fait descendre ...
  • le lituanien výti, “tordre, tresser, tourner...” (oui, je sais, c'est original),
Vilnius, capitale de la ... Lituanie
et 
  • le letton (mais l'est-on vraiment ?) vît, “festonner, tresser, enrouler...”.
Riga, capitale de la ... Lettonie, OUI !



Quant au slave *viti-“tordre, tresser, tourner...” , on en fait descendre ...
- mon dieu mon dieu mon dieu, ou plutôt Боже мой! - une flopée de mots.

Je ne passerai ici en revue que les dérivés directs de l'étymon slave *viti-, car sachez-le déjà
- et c'est tellement slave -
on a *vit- euh vite fait d'accoler une ch.ée débauche de ces fameux préfixes monosyllabiques 
terreur absolue des étudiants en russe -,
au verbe *viti- pour en altérer le sens.

C'est ainsi qu'un jour de blizzard, égaré dans la toundra, à bout de forces, transi, la neige jusqu'aux genoux, vous pourriez facilement tomber sur un ...

*perviti-, “plier”, ou sur un
*zaviti-, “tourner autour”, ou encore un
*naviti-, “enrouler, boucler”, ou même un
*poviti-, “emballer, envelopper”, un
*jьzviti-, “fléchir, courber”, voire carrément un
*orzviti, “développer”.

Et je vous le dis en toute honnêteté, mieux vaut tomber sur un ours affamé, ou sur une meute de loups.


Allez, on lui connaît comme descendance, à ce brave *viti-
- descendance dont le champ sémantique couvre toujours les notions de “tordre, tresser, tourner, tisser...”, ce genre de choses, quoi... -,
dans les langues slaves orientales,
  • le bielorusse віць, vicʹ, 
  • le russe вить, vitjʹ
  • l'ukrainien ви́ти, výty,
tenue traditionnelle ukrainienne

dans les langues slaves méridionales,
  • le - oooooouuuuiiIIIIIIIII - vieux savon d'église вити, viti, ou beaucoup mieux - en glagolitique !! - : ⰲⰹⱅⰹ, toujours viti,
  • le bulgare ви́я, víja,
  • le macédonien ви́е, víe,
  • le serbo-croate ви̏ти, vȉti,
  • le slovène víti,
tenue traditionnelle slovène

dans les langues slaves occidentales,
  • le tchèque vít,
  • le polonais wić,
  • le slovaque viť,
et enfin,
  • le bas sorabe wiś et, forcément,
  • le haut sorabe wić.
tenue traditionnelle sorabe (de Lusace)

Bon, finalement, ' sais pas vous, mais moi je préfère en rester à l'ukrainien
ou au slovène.




Et donc :


**************

*ueh1-i-, “tisser, tresser...”
degré zéro d'aspect aoristique *uhi-t-
proto-balto-slave *wɁi-
proto-slave *viti- et proto-balte *vyti- II, “tordre, tresser, tourner...”

*

proto-slave *viti-, “tordre, tresser, tourner...”

russe вить, vitjʹ,
vieux savon d'église ⰲⰹⱅⰹ, viti,
tchèque vít,
haut sorabe wić
(...)

*

proto-balte *vyti II, “tordre, tresser, tourner...”

lituanien výti, “tordre, tresser, tourner...”,
letton vît, “festonner, tresser, enrouler...”

**************









Chères lectrices, chers lecteurs, 

Merci de me lire, merci de votre fidélité, merci de vos commentaires.

Je vous souhaite un EXCELLENT dimanche, et une très heureuse semaine !





À ... dimanche prochain, pour la fin de notre chapitre balto-slave...






Frédéric

******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************


Tiens, si l'on devait associer tous ces tournoiements, ces virevoltes à une danse,
on pourrait se l'imaginer comme une valse, non ?


Pour nous quitter,


de Dmitri Dmitrievitch Chostakovitch,
Дмитрий Дмитриевич Шостакович,

le 7ème et avant-dernier mouvement de la 
Suite pour orchestre de variété n° 1,

la célébrissime Valse no 2,

mais ici ... dans une version peu banale
(et qui me plaît énormément),

interprétée
par un quintet composé exclusivement de violoncelles...





******************************************


Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/

******************************************

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...