dimanche 13 juin 2021

два́дцать пе́рвый век

 



два́дцать пе́рвый век
("dvadzat' pierveuil viek")

le 21ème siècle, version russe



même dans la Russie du XXIème siècle,
il y a encore de formidables babouchkas.

Et heureusement.




Bonjour à toutes et tous.

 

Sans surprise aucune, nous poursuivons en ce dimanche notre étude des dérivés de la fascinante racine indo-européenne...




*ueik-, “vaincre, triompher de”.




Le point ?

🜛🜛🜛















Nous avons passé en revue, le 25 avril, une série de dérivés germaniques de notre *ueik-, “vaincre, triompher de”, dont notamment 
  • le gotique 𐍅𐌴𐌹𐌷𐌰𐌽, weihanse battre”,
  • le vieil anglais wīganse battre, faire la guettre, batailler”, d'où...
  • les vieux anglais... oferwīgan, “l'emporter au combat, conquérir”, 
  • wīgend, “soldat, guerrier”, et 
  • wigian, “se battre”,
  • le vieil anglais wīġ, “guerre, bataille” et son composé ānwīġ
  • duel
  • le vieil anglais poétique wiga“guerrier, combattant”, “héro, homme”, 
  • le vieux francique *wīg, combatsecond terme du prénom *Mārīwīg, fameux (*mārīau combat(*wīg)”, latinisé pour devenir... Meroveus, d'où Mérovingiens,
  • le vieux norois vegase battre”, dont seront issus...
    • le danois archaïque vejeoccire, tuer au combat”, l'islandais vega...,
  • le vieux norois... vígcombat, bataille, homicide, meurtre” dont descend probablement le prénom Viggo, Wiggo,
Oft ic wig seo, frecne feohtan, 25 avril 2021.
 
Le 2 mai, il était question des dérivés celtiques de *ueik-,
ou pour être précis, de sa forme de base et au degré zéro *uik- (ou *wyk-),


au nombre desquels nous pourrions citer :

  • le vieil irlandais fichid,
     se battre, combattre”,
  • le moyen gallois amwyn, “entourer, défendre”,
  • le gaulois 
    Adcovicus, qui est fortement avec les vainqueurs”,
  • le gaulois Blandovicu, qui combat avec douceur”,
  • le gaulois Exalbiovix, qui combat en dehors du monde céleste”, 
  • l'ethnonyme gaulois Lemovices(ceux qui) combattent / vainquent avec l'orme”,
  • le celte Aquincum, qui a eu la victoire rapide”...


Le 9 mai, nous abordions les dérivés italiques et romans de *ueik- (ou *wyk-), passés en proto-italique par l'étymon *wink-(e/o-)lier, plier” puis l'emporter sur :
  • le latin vincō, vincere, “vaincre...”,
  • l'osque uincter“prouver la culpabilité de quelqu'un (emprunt probable au latin),
  • le pélignien uicturei“vainqueur” (emprunt au latin),
  • l'osque vikturrai, “victoire” (emprunt au latin),
et puis, issus du latin, citons, dans les langues romanes...
  • le français vaincre,
  • le catalan vèncer,
  • l'espagnol vencer,
  • l'italien vincere,
  • (Gérard) le normand veincre,
  • le picard vinke,
  • le portugais vencer,
  • ...
Jules César, On l'appellait Jules César, Il mettait pas d'falzar - Le Grand Jojo, 9 mai 2021.


Le 16 mai, nous étions en plein dans les dérivés latins de *ueik-, avec le latin 
vincō, vincere, 
“vaincre...” et ses propres dérivés, 
  • le français vaincre
  • l'anglais vanquish“vaincre...”,
  • le latin victor, conquérantvainqueur ; victorieux, triomphant...”,
  • le latin victōria“victoire”, et ses dérivés comme le français victoire et l'anglais victory,

Buona pulcella fut Eulalia ; Bel avret corps, bellezour anima., 16 mai 2021.


Le 23 mai, nous poursuivions notre étude des dérivés latins de la belle *ueik-“vaincre, triompher de”, ainsi que des mots - notamment - français qui en provenaient :
  • vincibilis, “qui peut être vaincu ; qu'on peut vaincre ; (d'un procès) facile à gagner”
    • d'où notre français vincible,
  • invincibis,
    • d'où invincible,
  • convincō, “prouver la culpabilité de...”,
    • d'où l'acception française d'amener quelqu'un à reconnaître sa culpabilité,
  • convictio,
    • d'où notre conviction, action de prouver la culpabilité de quelqu'un, et de preuve de culpabilité”,
  • convictus“dont la culpabilité à été prouvée...”,
    • d'où le moyen français convicter, au sens (juridique) de convaincre,
      • d'où l'anglais convict déclarer coupable”, “prisonnierdétenu”,
  • pervincō, pervincere, “venir à bout de”, “vaincre complètement”, “finir par persuader quelqu'un de”, “amener (quelqu'un) à croire, à vouloir, à faire...”,
    • d'où le roumain obsolète previnge“triompher sur, conquérir, vaincre...”,
  • le latin pervicāx, “déterminé, tenace“entété, tétu, obstiné, archarné...”n
    • d'où des emprunts 
      • en portugais : pervicaz,
      • en italien : pervicace,
      • en anglais (rare) : pervicacious.
  • le latin evincere, “triompher de”“déposséder juridiquement”,
    • d'où notre emprunt savant évincer,
  • le latin evictio“recouvrement d'une chose par jugement”,
    • d'où notre éviction,
  • les latins victus, vaincu”, et invictus, invaincu”.
il sera pendu s'il est de ce convicte par xij, 23 mai 2021.


Le  30 mai, nous découvrions
  • le verbe latin vinciō, “lier, attacher, courber, plier...”, probablement issu également de notre ueik-“vaincre, triompher de”. 
Nous avons emprunté son dérivé vinculum.

Et en descendent encore probablement...
  • le français pervenche,
  • l'italien et le catalan pervinca.

En revanche, n'en descendent PAS...
  • ni province
  • ni victime.

Le 6 juin, nous découvrions, interdits, quelques dérivés italiens du latin vinciō, vincīre, “lier, attacher, courber, plier...” :
  • vincoli di parentela“liens de parenté”,
  • svincolo, mainlevée ; déliement ; échangeur d'autoroutebretelle”,
  • vinco, “saule”,
  • vincastro, “crosse pastorale”,
  • toponyme Vinci...
Hélas, c'est aussi en ce funeste 6 juin que nous cherchâmes en vain des dérivés grecs anciens de notre *ueik-.

🜛🜛🜛



Aujourd'hui, chers lecteurs, je vous propose d'aborder les dérivés... balto-slaves de notre belle racine *ueik-, “vaincre, triompher de”.


Et, comme à l'accoutumée, ce sera principalement Rick Derksen


qui nous servira de guide dans notre entreprise, grâce à ses imposants
Etymological Dictionary of the Slavic Inherited Lexicon


 et 

Etymological Dictionary of the Baltic Inherited Lexicon.



Commençons par des dérivés propres aux langues baltes ; pour lesquels, en d'autres termes, aucun cognat n'est connu dans les langues slaves.

Ben oui, ça arrive.




Et on va pas en faire un plat, non plus.


Rick Derksen nous raconte que...
  • le lituanien veīkti,
ainsi que 
  • le letton (mais l'est-on VRAIMENT ?) vèikt...
descendent bien de notre vaillante *ueik-, “vaincre, triompher de”, 
et ce par un étymon proto-balte (donc reconstruit) *veikti-.



Ma foi.


Mais bon... la sémantique de ces deux verbes pourrait sembler quelque peu éloignée de celle de notre *ueik-, vaincre, l'emporter sur”...

Ainsi, le lituanien veīkti signifie faire, fonctionner, avoir un effet sur...”.




Quant au letton vèikt, il peut se traduire par accomplir, vaincre, l'emporter sur, prospérer, réussir...”




Rick Derksen,
qui a bien évidemment anticipé vos questions,
n'y voit que la trace de deux développements somme toute assez classiques de la sémantique originale l'emporter sur”, 
  • l'un la transformant dans le sens de vaincre, se battre” (comme cela s'est passé dans les langues germaniques et celtiques),
  • l'autre en faisant glisser le sens vers celui de accomplir, fonctionner, travailler...”.


Ces glissements de sens peuvent surprendre,

je vous l'accorde,
mais sachez-le déjà... ça ne va pas s'arranger...


Car voici, issus d'un étymon (reconstruit, on se calme) proto-balte *veikus-, deux adjectifs, 
  • le lituanien véikusvif, fort, ferme...”,
et
  • le letton veīklsvif, rapide, appliqué, habile...”.

Eh !
Je vous avais prévenus.

Oui, il s'agit encore de bien belles évolutions sémantiques, dans la même veine que celle par laquelle l'emporter sur” se transforma en accomplir, fonctionner, travailler...”.

Je me permettrais, très subjectivement, une petite réflexion sous forme d'aphorisme qui pourrait peut-être mieux éclairer ces surprenants glissements de sens :
accomplir quelque chose suppose avoir vaincu (l'adversité et les obstacles) ; celui qui parvient à son but (à accomplir ce qu'il veut) ne peut être que ...vif, appliqué, fort, habile...


Je vous le dis : si les glissements de sens vertigineux vous rendent nauséeux,


arrêtez la lecture ICI.



Et puis, et puis, il y a l'étymon balto-slave *woikos-.

Il nous arrive, lui, d'une forme substantivée de timbre o de notre époustouflante *ueik-, 
j'ai nommé *uoik-o-.

Ouais.
Jusque là...

Mais attention...

En lituanien, via l'étymon proto-balte *viekas-, *woikos- donnera viēkas,
où vous retrouvez bien cette idée déjà exprimée de force,
le lituanien viēkas pouvant signifier force physique, siècle, âge, (durée de) vie...”.


Vous l'aurez compris - ou pas -, si le lituanien viēkas évoque l'âge, la durée de la vie
voire le siècle, ce qui est ma foi une très belle durée de vie -
il nous faut comprendre ici que c'est la force vitale, la vitalité qui permet la longévité, le grand âge.


Et à présent, vous êtes enfin prêts

enfin !

à entendre ce qui suit sans vouloir me frapper, et surtout à établir le lien sémantique qui, de prime abord, paraît totalement déplacé, entre notre jolie racine *ueik-, vaincre, l'emporter sur” et certains de ses dérivés slaves, que je vous présente d'ici quelques lignes...


Je vous le disais, *ueik-, vaincre, l'emporter sur”, via une forme *uoik-o-, nous a donné le proto-balto-slave *woikos-.

Et de là, l'étymon proto-balte *viekas-, dont sera issu le lituanien viēkas, force physique, siècle, âge, (durée de) vie...”

Schématiquement :
 
racine proto-indo-européenne *ueik-
, “vaincre, triompher de”
substantif de timbre o *uoik-o-
proto-balto-slave *woikos-
proto-balte *viekas-
lituanien viēkas, force physique, siècle, âge, (durée de) vie...”



Mais notre proto-balto-slave *woikos-
- ouh le coquin -,
eh ben, il a aussi donné naissance à un étymon proto-... proto-s..., proto-sl... Ouiiii, bravo !! proto-slave, *věkъ-.


C'est lui qui est à l'origine, de, par exemple...
  • le - aaaaaaaaah - vieux slavon d'église вѣкъ, věkŭ, “âge, ère...”,
  • le russe век, viek“siècle, âge, (durée de ) vie...”,
  • le tchèque věk“âge, (durée de) vie...”,
ou encore (soyons fous)
  • le serbo-croate vijȇk, “siècle, ère, (durée de) vie...” .


racine proto-indo-européenne *ueik-
, “vaincre, triompher de”
substantif de timbre o *uoik-o-
proto-balto-slave *woikos-
proto-slave *věkъ-
vieux slavon d'église вѣкъ, věkŭ“âge, ère...”,
russe век, viek“siècle, âge, (durée de ) vie...”,
tchèque věk“âge, (durée de) vie...”,
le serbo-croate vijȇk, “siècle, ère, (durée de) vie...”




Eh oui ! Voyez comment on a réussi, à partir d'une racine toute mimi dont le sens initial est vaincre, triompher de”, à obtenir des dérivés slaves évoquant une longue durée, voire... l'éternité.

Oui, comme avec le russe век, viek“siècle, âge, (durée de ) vie...”, sur lequel s'est construit l'adjectif вечный, vietchneuil, “éternel”.


Et s'il y a bien quelqu'un qui est éternel, c'est la babouchka.

Вечная бабушка, l'éternelle babouchka...







Et en plus, bande d'ingrats, vous qui recevez cet article comme sur un plateau, en sirotant nonchalamment votre café du matin, vous n'avez même pas idée du temps qu'il m'a fallu pour assembler toutes les pièces dudit article dans l'ordre approprié, de glissement de sens en glissement de sens
- c'est pas une chanson de Lama, ça ? -,

pour que
- c'était mon but, ce que je voulais accomplir -
le sens du russe век, viek, “siècle, âge, (durée de ) vie...” vous paraisse tellement naturel, vous saute aux yeux, alors qu'il descend quand même de notre *ueik-, vaincre, triompher de”





Protégez-vous, prenez soin de vous et de vos proches, 
Portez-vous bien.




Frédéric


******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom :
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,

du Bach.


Une splendide version, par la

Netherlands Bach Society,

 du

Concerto en la mineur BWV 1065,

concerto que Bach avait repris et transposé à partir du Concerto en si mineur pour quatre violons et orchestre de Vivaldi.


De mauvaises langues prétendirent même que Bach avait choisi la mineur comme nouvelle tonalité pour montrer au monde à quel point le pauvre Vivaldi, avec ça, il l'avait laminé.

C'est évidemment totalement faux ; Bach vouant une admiration sans bornes à Vivaldi.

cassé, le Vivaldi




******************************************

Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par email dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
******************************************

dimanche 6 juin 2021

Sachez vous éloigner car, lorsque vous reviendrez à votre travail, votre jugement sera plus sûr.





Sachez vous éloigner car,
lorsque vous reviendrez à votre travail,
votre jugement sera plus sûr. 

Léonard de Vinci.


Eh oui, même le télétravail, il l'avait imaginé.





Bonjour à toutes et tous.

 

Aujourd'hui, il sera encore question des dérivés de la charmante racine indo-européenne...




*ueik-, “vaincre, triompher de”.




Le point :

🜛🜛🜛















Nous avons passé en revue, le 25 avril, une série de dérivés germaniques de notre *ueik-, “vaincre, triompher de”, dont notamment 
  • le gotique 𐍅𐌴𐌹𐌷𐌰𐌽, weihanse battre”,
  • le vieil anglais wīganse battre, faire la guettre, batailler”, d'où...
  • les vieux anglais... oferwīgan, “l'emporter au combat, conquérir”, 
  • wīgend, “soldat, guerrier”, et 
  • wigian, “se battre”,
  • le vieil anglais wīġ, “guerre, bataille” et son composé ānwīġ
  • duel
  • le vieil anglais poétique wiga“guerrier, combattant”, “héro, homme”, 
  • le vieux francique *wīg, combatsecond terme du prénom *Mārīwīg, fameux (*mārīau combat(*wīg)”, latinisé pour devenir... Meroveus, d'où Mérovingiens,
  • le vieux norois vegase battre”, dont seront issus...
    • le danois archaïque vejeoccire, tuer au combat”, l'islandais vega...,
  • le vieux norois... vígcombat, bataille, homicide, meurtre” dont descend probablement le prénom Viggo, Wiggo,
Oft ic wig seo, frecne feohtan, 25 avril 2021.
 
Le 2 mai, il était question des dérivés celtiques de *ueik-,
ou pour être précis, de sa forme de base et au degré zéro *uik- (ou *wyk-),


au nombre desquels nous pourrions citer :

  • le vieil irlandais fichid,
     se battre, combattre”,
  • le moyen gallois amwyn, “entourer, défendre”,
  • le gaulois 
    Adcovicus, qui est fortement avec les vainqueurs”,
  • le gaulois Blandovicu, qui combat avec douceur”,
  • le gaulois Exalbiovix, qui combat en dehors du monde céleste”, 
  • l'ethnonyme gaulois Lemovices(ceux qui) combattent / vainquent avec l'orme”,
  • le celte Aquincum, qui a eu la victoire rapide”...


Le 9 mai, nous abordions les dérivés italiques et romans de *ueik- (ou *wyk-), passés en proto-italique par l'étymon *wink-(e/o-)lier, plier” puis l'emporter sur :
  • le latin vincō, vincere, “vaincre...”,
  • l'osque uincter“prouver la culpabilité de quelqu'un (emprunt probable au latin),
  • le pélignien uicturei“vainqueur” (emprunt au latin),
  • l'osque vikturrai, “victoire” (emprunt au latin),
et puis, issus du latin, citons, dans les langues romanes...
  • le français vaincre,
  • le catalan vèncer,
  • l'espagnol vencer,
  • l'italien vincere,
  • (Gérard) le normand veincre,
  • le picard vinke,
  • le portugais vencer,
  • ...
Jules César, On l'appellait Jules César, Il mettait pas d'falzar - Le Grand Jojo, 9 mai 2021.


Le 16 mai, nous étions en plein dans les dérivés latins de *ueik-, avec le latin 
vincō, vincere, 
“vaincre...” et ses propres dérivés, 
  • le français vaincre
  • l'anglais vanquish“vaincre...”,
  • le latin victor, conquérantvainqueur ; victorieux, triomphant...”,
  • le latin victōria“victoire”, et ses dérivés comme le français victoire et l'anglais victory,

Buona pulcella fut Eulalia ; Bel avret corps, bellezour anima., 16 mai 2021.


Le 23 mai, nous poursuivions notre étude des dérivés latins de la belle *ueik-“vaincre, triompher de”, ainsi que des mots - notamment - français qui en provenaient :
  • vincibilis, “qui peut être vaincu ; qu'on peut vaincre ; (d'un procès) facile à gagner”
    • d'où notre français vincible,
  • invincibis,
    • d'où invincible,
  • convincō, “prouver la culpabilité de...”,
    • d'où l'acception française d'amener quelqu'un à reconnaître sa culpabilité,
  • convictio,
    • d'où notre conviction, action de prouver la culpabilité de quelqu'un, et de preuve de culpabilité”,
  • convictus“dont la culpabilité à été prouvée...”,
    • d'où le moyen français convicter, au sens (juridique) de convaincre,
      • d'où l'anglais convict déclarer coupable”, “prisonnierdétenu”,
  • pervincō, pervincere, “venir à bout de”, “vaincre complètement”, “finir par persuader quelqu'un de”, “amener (quelqu'un) à croire, à vouloir, à faire...”,
    • d'où le roumain obsolète previnge“triompher sur, conquérir, vaincre...”,
  • le latin pervicāx, “déterminé, tenace“entété, tétu, obstiné, archarné...”n
    • d'où des emprunts 
      • en portugais : pervicaz,
      • en italien : pervicace,
      • en anglais (rare) : pervicacious.
  • le latin evincere, “triompher de”“déposséder juridiquement”,
    • d'où notre emprunt savant évincer,
  • le latin evictio“recouvrement d'une chose par jugement”,
    • d'où notre éviction,
  • les latins victus, vaincu”, et invictus, invaincu”.


Le  30 mai, nous découvrions
  • le verbe latin vinciō, “lier, attacher, courber, plier...”, probablement issu également de notre ueik-“vaincre, triompher de”. 
Nous avons emprunté son dérivé vinculum.

Et en descendent encore probablement...
  • le français pervenche,
  • l'italien et le catalan pervinca.

En revanche, n'en descendent PAS...
  • ni province
  • ni victime.
🜛🜛🜛


L'article de ce jour sera une nouvelle fois du goût de ceux qui adorent les articles très courts.

Une amie à moi, que je remercie chaleureusement, sur laquelle je peux compter pour, notamment, la relecture des articles du blog, mais qui me propose aussi parfois des pistes à creuser, et dont l'une des langues est l'italien, me précise que...

le latin vinciō, vincīre, “lier, attacher, courber, plier...”, est toujours bien présent en italien
- par le biais de certains de ses dérivés qui lui furent empruntés -,
avec, par exemple,
  • l'expression vincoli di parentela, les “liens de parenté”,
mais aussi avec 
  • svincolo, pouvant désigner cet acte notarié qu'est la mainlevée, mais aussi le déliement, ou même, carrément, l'échangeur d'autoroute, la bretelle, reprenant bien le sens de l'étymon latin : courber pour (re)lier.
bretelles et échangeurs : des courbes qui relient...

Et puis, il y a aussi l'italien vinco, dérivant d'une forme précédente vinchio, créée, elle, sur le latin... vinculum, qui désigne certaines variétés de saules utilisés pour la vannerie et l'attachage de la vigne, et, par métonymie, les rameaux flexibles de ces arbustes.

Vincastro, dérivé de vinco, est devenu, de rameau de saulela houlette du berger,


et par extension, 

la... crosse pastorale (voire épiscopale).  

(illustration trouvée sur - et je ne mens pas -
https://www.vaticanum.com)


Mon amie continue : 

La présence de saules le long de leur parcours a donné leur nom aux ruisseaux Vincio di Montagnana et Vincio di Brandeglio (dans la province de Pistoia), ainsi qu'à la commune de Vinci, à vingt-cinq kilomètres à l'ouest de Florence à vol d'oiseau.

Et là, ébahissement : oui, il s'agit bien de la commune de naissance de... Leonardo...


Non, et je vous remercierai de ne pas m'interrompre ; je reprends - ça vous apprendra, 

il s'agit bien de la commune de naissance de... Leonardo... da Vinci.


Ce qui, finalement, tombait assez bien, reconnaissons-le.

Et c'est même mieux que ça : c'est parce que sa commune natale était à vingt-cinq kilomètres à l'ouest de Florence à vol d'oiseau que Léonard, qui adorait se rendre à Florence, imagina une machine à voler sur le modèle des oiseaux.



Voilà pour les dérivés latins de notre racine indo-européenne *ueik-, “vaincre, triompher de”.


Allez, poursuivons !


J'ai passé de nombreuses heures à rechercher en grec ancien, et rien que pour vous, des dérivés de notre belle racine.

Hélas, trois fois hélas, même si le grand linguiste et philologue classique allemand Wilhelm Schulze

Wilhelm Schulze,
1863 - 1935

avait cru pouvoir rapprocher, il y a bien longtemps, le grec ancien εἴκω, eíkō“céder, se rendre”, du latin 
vincō, vincere, 
“vaincre...”, l'on n'y croit plus guère. 

Mais à sa décharge, il n'était vraiment pas tombé très loin...

En effet, Robert Beekes (Etymological Dictionary of Greek) rapproche le grec εἴκω d'une racine indo-européenne qui, formellement, lui ressemble très fort, *ṷeig-, au sens de “céder, se rendre”.


Oui mais... et quid de ἔοικα, éoika, alors ?
Ce verbe, que l'on peut traduire par ressembler”, provient, formellement (selon les lois de la phonétique historique), d'une racine indo-européenne... *ueik-. 

Mais voilà, le (très) grand Pierre Chantraine...

Pierre Chantraine,
15 septembre 1899 – 30 juin 1974

... lui-même le disait à propos d'ἔοικα, éoika - et dieu sait s'il voyait clair -,
(...) il n'y a aucun rapprochement vraiment plausible dans d'autres langues indo-européennes. 

Beekes, qui n'était pas fou, le suivra, avec sa remarque, que je vous traduis ici :

Il n'y a aucun cognat certain (à ἔοικα, on suit) en-dehors du grec ancien. 

Entendez donc que même si certains mots grecs anciens descendent d'une racine indo-européenne que l'on reconstruirait sous la forme *ueik-, il ne s'agit nullement de notre *ueik-.

Donc, pour ce qui est du grec ancien, ben... moi qui suis pourtant certainement plus proche de la folie que d'autres, je m'en tiendrai aux études de ces spécialistes, pour vous dire que - jusqu'à nouvel ordre - on n'y retrouve rien que l'on puisse rapprocher de notre *ueik-, “vaincre, triompher de”.

C'est comme ça ; c'est la vie ; 'faut faire avec.




Mais bon, pour me faire pardonner, et en guise de viatique, je vous livre un mot grec ancien de cette même famille qui s'est retrouvé en ... russe ! 

Mais oui, le grec classique εἰκών, eikôn, image” fut emprunté en grec byzantin, avec εἰκόνια, eikonia (prononcé avec i initial). 

C'est précisément au grec byzantin εἰκόνια, eikonia, que fut emprunté le russe икона, ikonaimage (religieuse)”.



Le français icône (ou icone), dans cette acception, est un emprunt au russe que l'on date de 1838.


Quant à notre autre,
et nettement plus récent,
icone, désignant lui, en informatique, un petit pictogramme représentant une action, un objet, un logiciel, un type de fichier... dans les interfaces utilisateur graphiques, nous l'avons repris de l'anglais didactique icon.

C'est au grand sémiologue et philosophe américain Charles Sanders Peirce que nous devons cet anglais icon, au sens de...
Signe qui renvoie à ce qu'il dénote (l'objet) en vertu de ses caractères propres et qui a donc avec l'objet des caractères (abstraits, relationnels) communs.
Oh, merci, ©Le Grand Robert de la langue française.
 




Nous avions déjà parlé d'icône, dans son composé iconostase, en janvier 2017 :
- Et la Stasi, alors ? - Non, RIEN à voir.

Si vous êtes en manque de grec ancien, plongez-y, cet article en regorge ! 


Quant à Peirce, nous l'avions déjà cité en 2020, ici :

“L’enseignant est celui qui suscite deux idées là où auparavant il n’y en avait qu’une seule.” - Elbert Hubbard


Mais donc
- je préfère le répéter -
entendons-nous bien : il n'y a, à ma connaissance, AUCUN mot en grec ancien qui soit dérivé de notre malicieuse *ueik-, “vaincre, triompher de”


C'est triste, mais maintenant, au moins, vous pouvez rapprocher Léonard de Vinci de Ludwig van Beethoven.

Et dans le doute, on relit Oft ic wig seo, frecne feohtan.



Protégez-vous, prenez soin de vous et de vos proches, 
Portez-vous bien.




Frédéric


******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom :
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,

un peu de gaieté.

(Je suppose que j'y suis arrivé par l'expression icone gay ? Allez savoir.)


Voici un petit bonbon à croquer,

la reprise par Tracy Ullman, en 1983, de

They don't know.


Avec en prime le caméo d'un p'tit gars de Liverpool bien sympathique 

https://youtu.be/f9un119lq4c

******************************************

Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par email dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
******************************************