dimanche 31 mai 2020

le vieil Islandais brûla un feu au volant de son Scania




Aki maður gegn rauðu ljósi má hann eiga von á sekt.
Að aka bifreið er harla ólíkt því að aka hestvagni.

Vers tirés du célèbre Umferðarlög,
recueil de poèmes islandais.

(Dont le titre pourrait se traduire en français par “Code de la route”) 

Selon l'antique tradition orale, il serait possible de rouler
en Islande dans un véhicule non équipé d'un verrouillage
du différentiel



















Bonjour à toutes et tous ! 


En ce dimanche 31 mai 2020, nous poursuivons notre étude des dérivés de la formidable racine indo-européenne...


*heǵ-e/o-“conduire, diriger”.







De ses dérivés, nous connaissons déjà,


passés par les latins gerō, gerēreporter, transporter” et agō, -ere“mouvoir, (se) conduire, faire, agir...”...


  • digeste, gérer, gérondif, gestation, geste, indigeste, suggérer, 
un exemple de gérondif ? "En digérant".16 février 2020,
  • agir, agiter, ambages, ambigu, cailler, coaguler, cogiter, exiger, exigu, 
exiger de s'agiter sans ambages, c'est un peu ambigu, non ?, 23 février 2020,
  • acte, acteur, action, actually, actuel, actuellement, agence, agent, agissements, 
et... action !, 1er mars 2020,
  • aurige, cacher, cachet,
et la statue de l'aurige, celle qu'on vient de retrouver à Delphes, on va l'appeler COMMENT ???, 8 mars 2020, 
  • décati, squat, squatter,
l'anglais squatte le français, 12 avril 2020,
  • l'espagnol et le portugais cuidar, nos français essai, essaim, exact, exaction, examen, exiger (pour compléments d'informations), outrecuidant,
l'apiculteur, passionné, procéda à un examen d'essaim, 19 avril 2020,
  •  agile, (et des bouts des composés) fatiguer, litige, nager, naviguer, et transiger,
si le capitaine du paquebot n'avait pas transigé avec la sécurité, on ne serait pas là en train de nager, 26 avril 2020,
  • un terme des composés châtier, châtiment, fumigation, purger,
Fiodor Mikhaïlovitch, arrêtez de vous mortifier, pleeeease., 3 mai 2020,

et puis, passés par le grec ancien ἄγω, ágōguider, diriger, mener...”,

  • agonie, agoniste, paragogé, pédagogue et protagoniste,
c'est qui, l'acteur principal, dans ce film angoissant sur des phénomènes paranormaux ?, 10 mai 2020,
  • antagonisme, antagoniste, mystagogue, stratagème, stratège, synagogue, 
Et la mystérieuse Antigone, elle était juive, et elle avait une armée ??, 17 mai 2020,

et enfin, passés par le proto-celtique *ag-o-, “conduire”,

  • le vieil irlandais ág, “combat, lutte”, le gaulois ago-, “combat, lutte”, le vieux gallois hegit, “aller”, les moyen breton et cornique a, “aller”, les gaulois axat, “qu'il emmène”, et actos dans amb(i)-actos, “serviteur, envoyé”, dont découlera ambassade,
avec cet incroyable vieil Irlandais, tout menait à des gauloiseries, 24 mai 2020.



**********

racine proto-indo-européenne *heǵ-e/o-“conduire, diriger

proto-italique 
*ag-e/o-faire, agir

latin 
agō, -ere“mouvoir, (se) conduire, faire, agir...



**********

racine proto-indo-européenne *heǵ-e/o-“conduire, diriger

racine post-indo-européenne 
*hǵ-es-“transporter

proto-italique 
*ges-e/o-, “transporter

latin 
gerō, gerēreporter, transporter


**********

racine proto-indo-européenne *h“conduire, diriger

proto-hellénique 
*ágō-guider, conduire

grec ancien 
ἄγω, ágōguider, diriger, mener...


**********

racine proto-indo-européenne *h“conduire, diriger

proto-celtique 
*ag-o-, “conduire

vieil irlandais ág, “combat, lutte”, gaulois ago-combat, lutte”, vieux gallois hegit“aller”, moyen breton et cornique a, aller”, gaulois axat, qu'il emmène”, actos dans le gaulois amb(i)-actos, serviteur, envoyé”, dont découlera ambassade


**********



Pas trop mal, non, pour une racine indo-européenne, si mimi, si petiote...





En ce beau dimanche de déconfinement mais pas trop, nous allons nous plonger dans l'étude des dérivés... germaniques de notre douce *h“conduire, diriger”.


Le formidable Guus Kroonen me prêtera main forte ; comme de coutume quand nous parlons de langues germaniques.







Bon, allons-y.


Notre sémillante *heǵ-“conduire, diriger”,
par sa forme *héǵ-e-,
se retrouve dans un étymon germanique, que Guus Kroonen reconstruit en

*akan-,

et auquel il attribue un sens équivalent à celui de départ :

conduire.



Disons-le clairement, et d'entrée de jeu, on n'en retrouve guère de descendant - si ce n'est par emprunts - en dehors des langues nordiques.


Qui dit nordique sous-entend...
- ouiiiii !!! -
vieux norois.

Vieux Norois


C'est en effet le vieux norois aka“conduire (un chariot, par exemple)”, qui est à l'origine des mots du jour.






Nous lui devons...

  • l'islandais aka“(se) déplacer, conduire
d'où ces superbes lignes en exergue : 
Aki maður gegn rauðu ljósi má hann eiga von á sekt, 
“Si un conducteur brûle un feu rouge, il peut s'attendre à une amende (litt. Si un être humain conduit à l'encontre d'un feu rouge...)
et
Að aka bifreið er harla ólíkt því að aka hestvagni, 
“La conduite d'une voiture est très différente de celle d'une calèche(litt. Conduire un véhicule automobile est très différent de conduire une calèche).

  • le féroiën aka“conduire”, mais aussi “pousser (un dauphin à se jeter dans ses filets ?), enfoncer (un harpon dans un bébé-phoque ?)”,
conduire sur les Féroé est épouvantable. Alors, on se venge sur les phoques

  • l'elfdalien åka“conduire”, sens que tous les cognats repris ci-dessous ont conservé
- pour rappel, l'elfdalien, ou dalécarlien, est un groupe de dialectes suédois dont on est à peu près sûr que ses locuteurs ne se comprennent pas entre eux (j'exagère à peine), s'éructant se parlant dans le nord de la province de..., de...  Dalécarlie, oui ! -,

en rouge, hein,
la Dalécarlie,
pour les mal-comprenants et/ou
mal-réveillés

rouler au mois d'août en Dalécarlie

  • le norvégien nynorsk aka, ake,
  • le norvégien Bokmål ake, åke,
  • le vieux danois akæ,
bon vieux Danois
  • d'où le danois age.


Et ainsi de suite
- on va pas les faire tous -
jusqu'au scanien (parlé en Scanie, où conduire n'est pas un vain mot) aga.






Aga, qui n'a STRICTEMENT AUCUN rapport avec les célèbres, impayables mais sublimes cuisinières en fonte AGA, auxquelles certains font même référence sous le vocable pianos de cuisson (!) ; AGA étant l'acronyme suédois de Aktiebolaget Svenska Gasaccumulator, “Société suédoise d'accumulation de gaz”.


la magnifique AGA qui nous attendait dans un cottage du nord de l'Écosse



Notons enfin deux emprunts,

  • par le scots oag, hoag, aik,
d'où le scots...
He aiked 'e horse on a stook Il dirigea son cheval dans une moyette (mais oui, oh, une petite meule de foin, bande de citadins),

route d'Écosse

et
  • en dialecte anglais du nord de l'Angleterre, aik,

toujours au sens de conduire.


route du nord de l'Angleterre (Yorkshire)




Eh bien... voilà.

Un nouveau chapitre à notre histoire de la racine indo-européenne *heǵ-“conduire, diriger” s'achève...


Devions-nous jamais résumer schématiquement l'article de ce dimanche, nous pourrions nous le représenter ainsi...



**********

racine proto-indo-européenne *h“conduire, diriger

forme *héǵ-e-


proto-germanique *akan-conduire
vieux norois aka“conduire
islandais aka“(se) déplacer, conduire”, norvégien nynorsk aka, ake, danois age, ...
et par emprunts
le scots oag, hoag, aik et l'anglais dialectal du nord aik, “conduire



**********




Et donc, OUI
- et vous vous en rendez compte ! -, 
l'islandais aka, le danois age sont des cousins proches
- allez oui, puisque vous insistez, je vais le faire : des cousins... germains -

de mots bien de chez nous, nos digeste, agile, aurige... !!!


L'auriez-vous cru ?

Et que notre français ambassade est étymologiquement lié à pédagogue, fumigation, châtiment, ou carrément au vieil irlandais ág, “combat, lutte”, hein, hein, hein ????


Je sais, c'est fou.


Pensez bien à remercier l'indo-européen





Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous souhaite un excellent dimanche, une très belle semaine.
Surtout, prenez bien soin de vous.





Frédéric
******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom :
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,

la délicieuse Danoise

Myrkur (“Obscurité”)

nous interprète la première strophe de

Ramund Hin Unge,

une vieille chanson folklorique de son pays (circa 1600),

en s'accompagnant sur sa Nyckelharpa, instrument traditionnel suédois.


Ramund var sig en bedre mand
Om han havde bedre klæder.
Dronningen gav hannem klæder på stand
Af blågarn, bast og læder.
"Sådant vil jeg ikke ha, " sagde Ramund.
"Sådant står mig ikke bra, " sagde Ramund hin unge.

Ramund (Raymond) aurait été un meilleur homme
s'il avait été mieux vêtu.
La Reine lui donna de beaux habits
de fil bleu, de raphia et de cuir.
“Je n'en veux pas”, dit Ramund.
“Ils ne me vont pas”, dit le jeune Ramund.

(...)

(l'histoire finit par le sang qui gicle du corps du Roi, décapité par le facétieux jeune Ramund)





******************************************
Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/
******************************************

dimanche 24 mai 2020

avec cet incroyable vieil Irlandais, tout menait à des gauloiseries





Is fearr an t-ágh maith ná éirigh go moch

(Mieux vaut avoir de la chance que de se lever tôt),

dicton irlandais qui contredit allègrement notre si rigoriste
Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt,

auquel je préfère personnellement

Le monde appartient à ceux dont les ouvriers se lèvent tôt.

Coluche

Michel Colucci,
28 octobre 1944 - 19 juin 1986

















Bonjour à toutes et tous ! 


En ce dimanche 24 mai 2020, nous poursuivons notre étude des dérivés de la formidable racine indo-européenne...


*heǵ-e/o-“conduire, diriger”.






De ses dérivés, nous connaissons déjà,


passés par les latins gerō, gerēreporter, transporter” et agō, -ere“mouvoir, (se) conduire, faire, agir...”...


  • digeste, gérer, gérondif, gestation, geste, indigeste, suggérer, 
un exemple de gérondif ? "En digérant".16 février 2020,
  • agir, agiter, ambages, ambigu, cailler, coaguler, cogiter, exiger, exigu, 
exiger de s'agiter sans ambages, c'est un peu ambigu, non ?, 23 février 2020,
  • acte, acteur, action, actually, actuel, actuellement, agence, agent, agissements, 
et... action !, 1er mars 2020,
  • aurige, cacher, cachet,
et la statue de l'aurige, celle qu'on vient de retrouver à Delphes, on va l'appeler COMMENT ???, 8 mars 2020, 
  • décati, squat, squatter,
l'anglais squatte le français, 12 avril 2020,
  • l'espagnol et le portugais cuidar, nos français essai, essaim, exact, exaction, examen, exiger (pour compléments d'informations), outrecuidant,
l'apiculteur, passionné, procéda à un examen d'essaim, 19 avril 2020,
  •  agile, (et des bouts des composés) fatiguer, litige, nager, naviguer, et transiger,
si le capitaine du paquebot n'avait pas transigé avec la sécurité, on ne serait pas là en train de nager, 26 avril 2020,
  • un terme des composés châtier, châtiment, fumigation, purger,
Fiodor Mikhaïlovitch, arrêtez de vous mortifier, pleeeease., 3 mai 2020,

et puis, passés par le grec ancien ἄγω, ágōguider, diriger, mener...”,

  • agonie, agoniste, paragogé, pédagogue et protagoniste,
c'est qui, l'acteur principal, dans ce film angoissant sur des phénomènes paranormaux ?, 10 mai 2020,
et

  • antagonisme, antagoniste, mystagogue, stratagème, stratège, synagogue, 
Et la mystérieuse Antigone, elle était juive, et elle avait une armée ??, 17 mai 2020.



**********

racine proto-indo-européenne *heǵ-e/o-“conduire, diriger

proto-italique 
*ag-e/o-faire, agir

latin 
agō, -ere“mouvoir, (se) conduire, faire, agir...



**********

racine proto-indo-européenne *heǵ-e/o-“conduire, diriger

racine post-indo-européenne 
*hǵ-es-“transporter

proto-italique 
*ges-e/o-, “transporter

latin 
gerō, gerēreporter, transporter


**********

racine proto-indo-européenne *h“conduire, diriger

proto-hellénique 
*ágō-guider, conduire

grec ancien 
ἄγω, ágōguider, diriger, mener...

**********



Bon, c'est pas tout ça, mais le latin, le grec, j'ai rien contre, hein, mais... quand on parle de linguistique indo-européenne, il y a peut-être d'autres langues à envisager, ne trouvez-vous pas ? Hein, hein ?


Fini, aussi, les petits jeux de confinement.


En ce jour, on reprend sérieusement le cours normal des choses,




puisqu'il semble qu'il est à présent question de confinement.

Et de toute façon, nous n'allons pas aller bien loin...

Car en ce dimanche, nous nous intéresserons aux dérivés... celtiques de notre formidable petite...

*h“conduire, diriger.



Je suivrai principalement, pour l'occasion, les avis de deux éminents experts, Xavier Delamarre et Ranko Matasović, en me fondant sur leurs remarquables ouvrages, respectivement le

Dictionnaire de la langue gauloise, Une approche linguistique du vieux celtique continental,


de Xavier Delamarre,


et

Etymological Dictionary of Proto-Celtic (Leiden Indo-European Etymological Dictionary Series),


de Ranko Matasović.



Alors !


On retrouve, en proto-celtique, hérité de notre délicieuse *h,
l'étymon *ag-o-, au sens de “conduire”.


Dans les langues gaéliques, il nous a donné le vieil irlandais ág, dont le sens était très proche de l'un de ceux déjà portés par le grec ancien ἀγών, agốn : “concours, lutte”.
Mais oui, oh ! Relisez c'est qui, l'acteur principal, dans ce film angoissant sur des phénomènes paranormaux ?.

En effet, le vieil irlandais ág signifiait “combat, lutte”, voire
- n'oubliez pas que nous sommes chez les Celtes -


“ardeur meurtrière”.

D'où l'irlandais ágh,  bataille, concours, prouesse, danger..., mais aussi chance, succès”.
(C'est maintenant que l'on remonte jusqu'à la citation en exergue, que l'on relit avec d'autres yeux.)


Et c'est un très beau cognat de ce vieil irlandais ág que l'on retrouve au sein des langues celtiques continentales, avec le gaulois ago-combat, lutte”.

Sur ago- s'est construit l'anthroponyme Comagius, composé de *com- (avec) et de ãgo, pour signifier littéralement "celui qui est avec dans le combat”.

Xavier Delamarre le traduit donc comme le compagnon de lutte, de combat.


Brothers in arms, en fait


Avec ses variantes Comagus et Comagia, notre Comagius est attesté sur de multiples inscriptions, chez les Rutènes 
- peuple de la Gaule celtique du sud du Massif central, dont le territoire s'étendait grossièrement (c'était des Celtes, ne l'oubliez pas) sur les actuels départements du Tarn et de l'Aveyron, entre, au nord, le plateau de l'Aubrac et, au sud, les confins de la montagne Noire. C'est de leur nom que provient celui de la ville de Rodez -,


et les Insubres
- peuple celte d'Italie du Nord, auquel, par ailleurs, on attribue la fondation de Milan.-
Allium insubricum, l'ail de Lombardie, est une espèce d'ail
ornemental poussant en... Lombardie. 

jusqu'en Dalmatie !







Dans les langues brittoniques, à présent, l'étymon *ag-o-, au sens de “conduire”, nous a légué le vieux gallois hegit“aller”.

Dont est issu
- oui, oui ouiiiiiiiiii !!! -
le verbe moyen gallois dont la sobriété, l'économie, le dépouillement et la concision sont à admirer, a“aller”.
Ah là là, ça faisait longtemps, non, qu'on n'avait plus parlé de moyen gallois !?

Toujours dans les langues brittoniques, le celtique *ag-o-, “conduire” a donné...
  • le moyen breton a, aller”,
et enfin
  • le cornique a, de même sens. Oui, c'est ça : aller”.




Mais... revenons, voulez-vous, au groupe celtique continental...


Le gaulois a encore de petites surprises à nous offrir...
(Merci à Xavier Delamarre)


Dans une formule de Marcellus de Bordeaux


ah ça, quand on boit trop de Bordeaux en marcel...

- Marcellus de Bordeaux, dit Marcellus Empiricus, est né - vous ne le croirez jamais - à Bordeaux, vers le milieu du IVème siècle.
 
Il fut carrément le médecin de l'empereur Théodose Ier (379-395), et c'est sous le règne de Flavius Arcadius, Théodose II, petit-fils de Théodose Ier (son père était l'empereur Théodose I 1/2) qu'il rédigea De medicamentis, un important recueil de prescriptions et de pharmacopée -,

dans une formule de Marcellus de Bordeaux, disais-je, destinée à chasser de l'oeil les corps étrangers :
in mon derco marcos axat ison,
que l'on peut traduire par 
que Marcos enmène cela (qui est) dans mon oeil, 
cet axat, qu'il emmèneest la troisième personne du singulier du subjonctif d'un verbe construit sur le radical ag-, mener, emmener, conduire”, qui pourrait bien correspondre à notre celtique *ag-o-, “conduire”...



Enfin, 

et toujours en gaulois,

il existe un mot pour serviteur, envoyé...



Ambactos.



Il s'agit d'un composé, créé sur...
  • ambi, “autour, alentour”, ici élidé en amb-,
et sur...
  • actos, participe passé de... *ag-, “aller, mener”.


Au sens littéral, celui qui circule alentour.


Ce mot, mes amis, va vivre une histoire incroyable...




Et vous le connaissez toujours sous une forme nettement plus moderne...


Vous le devinerez, sous cette nouvelle forme ?


On pense que ambactos a, en un premier temps, transité du celtique au germanique,
où il donnera,
par un étymon germanique non attesté *ambahtaz, 
  • le vieux haut allemand ambahti, ambaht, d'où 
  • le moyen haut allemand ambahte, ambehte, ambet, ammet, ampt, ambt, amt, d'où 
  •  l'allemand Amt“fonction”.


C'est depuis le germanique qu'il serait alors passé en latin médiéval !

Sous la forme... ambactia“service, fonction”.


Une idée du mot à trouver ?



Du latin médiéval ambactia, il sera emprunté en ancien provençal, où l'on retrouvera un dérivé de cet emprunt de départ : ... 

Une idée, avant de continuer ???

...ambaissada. Oui, l'ancien provençal ambaissada.


Il passera alors à l'italien, ambasciata, et à l'espagnol, embajada.


C'est enfin de l'italien ambasciata que nous l'emprunterons à notre tour, sous les formes ambasce (1299), puis embassee
- qui sera repris par l'anglais pratiquement littéralement, en tant que ambassy, puis embassy .

Le vieux français embassee sera remplacé vers 1355 par ambaxade et enfin, enfin, enfin, attesté en 1387,... ambassade.



Eh oui ! Ambassade.


Et en un étourdissant raccourci, admirez ci-dessous
- cliquez pour la haute résolution -
LE SUPERBE Arrivo degli ambasciatori inglesi presso il re di Bretagna,

l'Arrivée des ambassadeurs anglais auprès du roi de Bretagne,

peint quelque part entre 1490 et 1500 par Vittore Carpaccio...


source


Dites, maintenant, entre nous...
Vous auriez imaginé, vous, que notre ambassade était à ce point lié à nos ambages, ambigu, mais aussi à (notamment)...
digeste, gérondif, coaguler, cogiter, action, aurige, cacher, cachet, décati, squat, squatter, l'espagnol et le portugais cuidar, essai, essaim, exact, exaction, l'anglais actually, examen, outrecuidant, agile, fatiguer, litige, nager, naviguer, hâtier, châtiment, fumigation, purger, agonie, antagonisme, antagoniste, stratagème, stratège, synagogue, et l'allemand Amt ???


Ben oui.

Merci qui ?

L'indo-européen, bien entendu.



Résumons ?



**********

racine proto-indo-européenne *h“conduire, diriger

proto-celtique 
*ag-o-, “conduire

vieil irlandais ág, “combat, lutte”, gaulois ago-combat, lutte”, vieux gallois hegit“aller”, moyen breton et cornique a, aller”, gaulois axat, qu'il emmène”, actos dans le gaulois amb(i)-actos, serviteur, envoyé”, dont découlera ambassade


**********



Chères lectrices, chers lecteurs,

Je vous souhaite un excellent dimanche, une très belle semaine.
Prenez bien soin de vous.

Da boch chi, diraient les Gallois : portez-vous bien, au revoir.




Frédéric



Emma,
12 janvier 2006 - 19 mars 2020
elle me manque


















******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom :
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter,

une oeuvre interprétée à domicile, en mode confiné

le superbe

If ye love me,

du grand Thomas Tallis
(c. 1505 – 23 novembre 1585)

ici, par The King's Singers.





Et puis, si vous trouvez comme moi qu'il y a bien peu de voix féminines sur ce morceau,

je vous en propose une délicieuse avalanche, 

avec

Down to the River (to Pray),

une chanson traditionnelle américaine,
ici par un bien beau choeur virtuel...




******************************************
Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/
******************************************

article suivant : le vieil Islandais brûla un feu au volant de son Scania

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...