- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 25 décembre 2011

du passage des ans


article précédent: lune, lumière et mesure





« Au commencement était le Verbe. »
 Saint-Jean l'Evangéliste





Bonjour à toutes et tous!

En ce jour si particulier- ne fêtons-nous pas la naissance de l'enfant Lumière!, il m'apparaît primordial de penser à la racine *ei-: "aller, sortir".

- Mais quel est le rapport, grands dieux??

*ei- a notamment donné le russe ИДТИ / ЕХАТЬ ("idti" / "iéxhatj"): "aller", le gallois littéraire wyf: "je suis", lit.: "je vais", le latin exitium, initium, ("sortie", "commencement"), les français itinéraire, issue, initiation, ambition, circuit ...


Dans sa forme allongée, cette racine *ei- a donné *ya- qui a dû désigner une très ancienne divinité dont le nom précis est hélas perdu, mais qui a perduré pour devenir le Janus des Romains.

Janus

- Oui, et alors??

Eh bien, Janus, dieu à deux faces, l'une regardant vers le passé, l'autre vers l'avenir, représentait le passage.

- Certes, mais venons-en au fait, voulez-vous?

Nos lointains ancêtres connaissaient les grands cycles naturels ; ils en avaient probablement même une conscience plus aiguë que la nôtre.

Et ce dieu indo-européen qui allait, bien plus tard, devenir Janus était célébré... aux solstices!

Vous commencez à voir le point commun avec la Noël?

Car Janus (Iānus), dieu des passages, présidait aux solstices: passage des ténèbres à la lumière (entendez le solstice d'hiver, ce moment très particulier de l'année où les jours sont les plus courts et vont enfin se rallonger), et passage de la lumière aux ténèbres (entendez le solstice d'été, où les jours sont les plus longs et vont progressivement se raccourcir).

C'est d'ailleurs Janus qui se cache sous la date de célébration des deux Saint-Jean du christianisme: on fête Saint-Jean l'Evangéliste le 27 décembre, et Saint-Jean le Baptiste le 24 juin, aux solstices...

Les deux Jean sont toujours les deux faces de Janus...


Et ce n'est pas non plus pour rien que l'on a fixé le 25 décembre comme jour de naissance de "l'enfant-Lumière" le Christ, évidemment.

Quel plus beau symbole que celui de la lumière qui revient peu à peu parmi les hommes...


C'est sur cette même racine *ya- que le latin, très pragmatiquement, a formé janua: la porte.
De la racine *ya- provient l'anglais "janitor": le portier, le concierge.

Janus, dans la Rome Antique, dieu des passages, est naturellement devenu le dieu des portes...


Et c'est toujours à partir de *ya- que s'est formé le français "janvier"!
Car le mois de janvier est la porte de l'année nouvelle...


- Tiens, et "solstice"? Rien d'indo-européen là-dessous, mmh?

Eh bien si!

"Solstice", "arrêt du soleil", provient, par le latin solstitium, de la combinaison de deux racines proto-indo-européennes...

  • *sawel-: "soleil", qui, outre le français soleil via le latin sol, a donné le sanskrit "सूर" (sūra), l'anglais sun, le néerlandais zon, l'allemand Sonne, le russe солнце ("solntsé") ... 

et 

  • *stā-: notamment "être debout, immobile", "arrêt".




Joyeux Noël, très bon solstice à toutes et tous! Passez bien la porte...!




Frédéric

article suivant: que d'eau!
Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...