dimanche 18 décembre 2011

lune, lumière et mesure






Le proto-indo-européen avait une racine pour désigner "la lune", mais curieusement, le mot français "lune", tout en étant parfaitement issu du proto-indo-européen, est dérivé d'une toute autre racine, désignant, elle,  "la lumière"...

La lune vue par les grands malades du "Mighty Boosh"


En effet, "lune" en passant par le latin luna, provient du proto-indo-européen *leuk-: "lumière", "clarté".

"Lunaire", évidemment, "lunatique", mais aussi "lunettes" en sont directement issus...

Cette racine *leuk- , qui a également donné, en passant par le vieux germanique leuk-to, l'allemand "Licht" ou l'anglais "light", a surtout créé de nombreux dérivés en latin, repris par la suite dans d'autres langues telles le français, l'allemand, le néerlandais ou même l'anglais.

On lui doit ainsi:
  • le latin lux, qui donnera "Lucifer" le porteur de lumière, mais aussi "luciole", et "luzerne" (en raison de l'aspect brillant des graines de la plante!) 
  • le latin lumen (également "lumière" dans un sens plus restreint), d'où l'on déclinera "luminaire", "lumineux", "illuminé"  
  • le latin lustrare, qui donnera "illustrer
  • et même le latin lucubrare ("travailler de nuit à la lumière d’une lampe").
    A l'origine, ce mot désignait donc un travail de nuit, long et pénible.
    Mais il en est venu à prendre un tout autre sens, péjoratif: celui d'une théorie laborieusement construite, obscure et peu sensée... Les "élucubrations"!

- Mais, quid alors de cette fameuse racine indo-européenne qui désignait "la lune"?
- Oui oui, on y arrive! On n'est pas aux pièces non plus...

La racine proto-indo-européenne qui signifiait "lune" *meHn- (ou *meHs-, *menes-) - et c'est là que ça devient intéressant - est un dérivé du verbe *me-, "mesurer" (qui a donné le français mesurer, l'anglais measure...).

Car oui, la lune permet de mesurer le temps qui passe, avec comme unité le mois (le mot français "mois"étant, lui, bien dérivé de *menes-, tout comme l'italien "mese" ou l'espagnol "mes").

La proximité phonétique des termes anglais month (mois) et moon (lune) n'est évidemment pas fortuite, les deux mots étant bâtis sur une seule et même racine.


Alors que les langues latines n'ont conservé de *menes- que la notion de "mois", les langues germaniques ont conservé les deux notions, en les distinguant par des formes différentes.

Dans le cas de "mois", le mot germanique était "*maenoth" qui est devenu en allemand "Monat", en néerlandais "maand", en suédois "manad", en danois "maaned" ...


Mais donc, mois et mesurer sont issus d'une même racine.

Mais saviez-vous que remède, médecine, médication, mais aussi méditation sont également construits sur cette même racine?

Car, finalement, tout est question de mesure, de dosage, d'équilibre...




Frédéric


article suivant: du passage des ans

1 commentaire:

LeScrat a dit…

Mesure du temps à grande échelle aussi quand on "songe" au calendrier purement lunaire (le calendrier hégirien ou "Hijri" =calendrier musulman) qu'utilisent tous les agriculteurs, ou luni-solaires (chinois, hébreu, p.e).
Mesure à l'échelle hebdomadaire également car après le Dimanche Indo-Européen (Bloody Sunday ?) vient inévitablement... LE jour dont-on-ne-peut-prononcer-le-nom, celui qui fait froid dans le dos..et je mesure mes paroles.
Mais il semblerait qu'en chantant ça aille nettement mieux. Ainsi le "lundi(lunae dies) au...soleil" (C.François), "Monday Monday" pour les Mamas and The Papas", "Maandag" (De Mens), "Lunedi" (Vasco Rossi), "Lunes (Estopa), ou encore un frénétique "Manic Monday" (The Bangles) ... j'en passe et des meilleurs.
Quant au Russe "понедельник" (paniédiélnik), il ne se base pas sur "lune" mais sur la contraction de "poslié" (après) "niédiélia (semaine) ou encore après -"не делать" (niédiélatj), ne rien faire, le jour après le dolce farniente !!!
C'est suffisamment clair, mon ami..Pierrot ? En résumé, CE JOUR-LA, comme l'un dit et l'autre m'a re-dit "on est encore dans la lune".
Bises aux Antoine et leurs élucubrations. Rendez-vous la veille du mardi gras à Eupen ou à Koln, pour "la vie en rosen..montag" pour un ...atterrissage en douceur(s).