- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 1 janvier 2012

que d'eau!


article précédent: du passage des ans




C'est la nouvelle année!

Je lève mon verre à ce recommencement, et à votre santé!


Ce qu'il y a dans mon verre? Mais, de l'eau bien sûr. 





"Eau" provient du latin "aqua" ("eau"), lui-même provenant de la racine proto-indo-européenne *akʷ-ā- (ou *hekʷ-eh-), signifiant également "eau", mais plutôt dans son acceptation topographique: rivière, fleuve, étendue d'eau.

Le latin aqua s'est notamment dérivé en l'espagnol agua, l'italien acqua, le roumain apă... 
Nous lui devons bien entendu les français aquarium, aquatique, aqueux, aqueduc...

Mais la racine *akʷ-ā-, par le proto-germanique *ahwō- cette fois, a donné, en vieux haut-allemand, aha, duquel s'est décliné l'allemand Ache, à qui Aachen (Aix-la-Chapelle) doit son nom. 

"Aix" venant quant à lui du aqua latin! 

Bluffant!



Par le vieux anglais ēa*ahwō- a évolué en ea

Eton, cette petite ville surtout connue pour son collège très "posh", est mot-à-mot, depuis le moyen anglais, Ea Tun, la "ville (tun allant donner "town") sur le fleuve".


La variante proto germanique *awjō- (“chose sur l'eau”), par le vieux norrois ey ("île"), a quant à elle donné le suffixe anglais -ey, que l'on retrouve dans le nom de pas mal d'îles ou presqu'îles de Grande-Bretagne: Anglesey, Guernsey, Jersey, Orkney ("l'île aux phoques", par le vieux norrois) ... 


Mais une autre racine proto-indo-européenne désignait également l'eau, cette fois plutôt en tant qu'eau en mouvement, le flot, la vague, le courant


*wod- (ou *wódr-), *wed- (mouillé). 


Nous lui devons le latin unda, d'où découle le français onde, mais aussi...

ondulerondoyer, inonder, redondant, abondance, goutte, outre ...  

Ou même l'anglais surround (étendre, entourer ; à l'origine: inonder, déborder).

Bien sûr, l'anglais wet (mouillé) en est le descendant direct.

Le grec hudôr, hudatos provient de la même racine ; nous en avons conservé les préfixes hydr- et hydro- (hydravion, hydrate, hydrogène...).


Mais l'anglais lui doit encore, probablement en passant par le gaélique uisge (eau), quelques noms de rivières (ou de villes le long de rivières), comme la rivière Usk au Pays de Galles, les rivières Esk (il y en a plusieurs!) dans le Yorkshire, en Ecosse, au Pays de Galles), la rivière Exe dans le Devon, à qui la ville d'Exeter doit son nom ...


Tout cela est fort beau. Et j'en suis toujours à remplir mon verre d'eau.


Oui, mais!

Le polonais woda, ou le russe вода ("voda"), signifiant tous les deux "eau" en... euh... découlent

Et le suffixe russe -ka n'est finalement que l'équivalent du -ke brusseleir (le parler bruxellois, pour les non-Belges), comme dans "une petite Madameke"). 

Appeler sa boisson préférée водkа ("vodka"), c'est lui donner un "petit nom", affectueux, familier, qui sonne un peu comme "ma petite eau à moi".   


Et puis, l'Akwavit scandinave, c'est de l'eau! Littéralement de l'eau de vie!

Ce concept d'"eau de vie" (mais quelle belle expression!) est également présent en gaélique, où l'on retrouve Uisge beatha (litt. "eau de vie"). 

Qui fut réduit en "uiskie" quelque part au XVIIe siècle. 

En 1715, on en vint à nommer ce divin breuvage "whiskie"; le mot "Whisky" apparaissant pour la première fois aux alentours de 1736.


Et donc, OUI, je ne bois que de l'eau! 



A votre santé!! (Slàinte en gaélique écossais)




Je vous souhaite, à toutes et tous, un annus mirabilis (oh, rien de scatologique, rassurez-vous, simplement une année remarquable, merveilleuse!




Frédéric



article suivant: sécheresse torrentielle


Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...