- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 24 novembre 2013

Jouons un peu avec *per-1


article précédent: demain matin



- Marie-Sophie, je vous propose un jeu sur l'étymologie de la racine proto-indo-européenne  *per-1 
- Mais Jacques-Heeeeeenry, voyons, ici? Mais il y a du monde! 
- Oui, et alors mmmm? 
- Oh mais Jacques-Heeeeenry, Jacques-Heeeeenry!



Bonjour à toutes et tous!


En ce dimanche, continuons l’exercice commencé la semaine dernière, et intéressons-nous à quelques dérivés de la racine proto-indo-européenne *per-1.

Pour rappel, *per-1 devait avoir comme sens original "en avant", ou "au travers", sens qui s'est étendu par la suite à des notions comme "en face de", "avant", "tôt", "vis-à-vis de", "chef", "contre", "à côté de", "chez", "autour" …

Et toujours pour rappel, un dérivé important de cette racine, c’est le latin prō (ou, en tant que préfixe, prŏ-): à cause de, pour le compte de, pour, avant, à la place de, à propos de, selon


Sur le latin prŏ-, nous avons créé quelques mots dont l’étymologie n’est pas si immédiate ; en voici quelques exemples…

Commençons par … Oh, et puis non, vous allez le deviner!


Il s'agit de trouver un mot français, un nom commun féminin...

Je vous donne six indices...  Prenez votre temps à chaque indice ; lisez-les tranquillement, et essayez évidemment de trouver la solution en vous aidant du moins d'indices possible!


Et voici même - je suis décidément trop bon - un indice en image...

Le viaduc de Millau


Je lance le décompte...
6. 
Le mot dont je parle trouve sa source latine chez prōd-, une variante archaïque de prŏ-.

5.
On retrouve en latin un composé de prōd- et eo (aller), prōdeō, que l’on pourrait traduire par “avancer, paraître en public, sortir, aller de l’avant, progresser”.

4. 
Sur ce verbe s’est créé un comparatif, prodius: “au plus près, en s'avançant plus près

3.
Par le bas latin *prōdis, prodius est devenu en ancien français prode
Pour se transformer en … preux!
Oui, preux comme le preux chevalier: hardi, valeureux
Preux chevalier

2.
Le mot que je voudrais vous faire trouver, basé sur preux, désignait un acte de bravoure, de courage

1.
Désormais, il ne s’emploie plus que pour désigner un tour de force, comme dans le domaine technique …


Trouvé??


Oui: prouesse!

Et vous aurez fait le lien avec le viaduc de Millau, prouesse technique, évidemment.



C’est de la même source que nous arrive l’anglais proud (fier), à l’origine signifiant plutôt brave, galant


Tiens, et vous connaissez le féminin de preux?









Prude!

Eh oui, si le chevalier était censé être brave, hardi, vaillant, la gente dame, elle, était appelée à être sage, honnête, vertueuse... En un mot: prude!

- Oh, Jacques-Heeeeenry!


Allez, une autre devinette, avec cette fois cinq indices.

Mais d'abord, une petite introduction:

- Mais je, Ja Jacques-Heeeenry???

Il s’agit ici d’un verbe ou d'un nom commun anglais, étymologiquement composé de deux parties, et emprunté au français via l’anglo-normand.

Il provient toujours de notre racine proto-indo-européenne *per-1, par le latin, mais avec une petite nuance:
C’est sur le latin per- qu’il se base pour sa première partie, per- utilisé comme préfixe intensif et étroitement apparenté à prŏ-.


Une photo indice?



OK? Alors go go go!

5.
La deuxième partie du mot provient du bas latin *captiare, construit sur captus, lui-même de capio, capere (“prendre”).
Le verbe capio, quant à lui, est composé de co- et apio (“prendre”)
Il nous arrive de la racine proto-indo-européenne *kap-: saisir.

Une idée?

Continuons…

4.
Le per- latin est devenu en ancien français pour-.

3.
Et toujours en ancien français, le latin vulgaire *captiare est devenu… … … chacier.


Je continue?

- Ooh, Jacques-Heeeenry...

2.
Le mot donc, en vieux français, était pourchacier: chercher à obtenir, voire provoquer (pour obtenir quelque chose). C’était d’ailleurs le premier sens de ce mot anglais à trouver.

1.
Il a continué sa course en français, et - vous l’avez deviné - est devenu… pourchasser!

Quant au mot anglais, l’avez-vous retrouvé?


Oui, c’est … purchase! Acheter, acquérir… Ou achat, en tant que nom.
D'où l'image de l'entrée d'un shopping mall...

Sur le sens original de purchase s’est greffée la notion de “gain”, et de fil en aiguille, celle d’acheter!




Allez, encore un p't dernier...
Mais si, pour la route!

Il s’agit encore d’un verbe anglais, datant du 16ème siècle, construit sur de l’anglo-normand, calqué sur le français, basé sur le latin.

Rien de bien neuf!


Le bas latin *prōdis, celui-là même qui a donné le français preux, évoquait aussi la notion d’avantage, de profit.
Notez, rien de surprenant, le preux chevalier est aussi celui qui prenait l’avantage sur l’ennemi.

Cette notion de profit est passée dans un autre mot français, un peu désuet (quoique), que nous n’utilisons plus vraiment que dans une seule locution…

Pensez à preux, le mot en est proche...

2.
C'est sur ce mot français que se base le mot anglais à trouver...

Je vous laisse chercher?







Ce mot français, c'est ... 

Prou! (sans t)

Oui, le prou de peu ou prou: “prou” vous renvoie, à l’origine, à la notion de quantité, certes, mais gagnée, comme un avantage

1.
Le verbe anglo-normand par lequel le mot a traversé la Manche, c’est emprower.
Qui voulait dire faire profit, ou quelque chose comme ça.
Il s’est éteint en français, mais a bien continué en anglais, jusqu’à aujourd’hui, pour devenir… … …

Yes!:

Improve!

De l’idée originale de “faire du profit”, il en est venu à signifier "améliorer, faire des progrès"…


Trop fort!
- Mais c'est diiiingue! 
- Calmez-vous, maintenant, Marie-Sophie.


Allez, on continuera avec quelques autres dérivés de *per-1 dimanche prochain!



Bon dimanche à toutes et tous, passez une bonne semaine, et ...
A dimanche prochain!




Frédéric

Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...