- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 16 décembre 2012

Mes parents? Là sur le rempart, sous le parasol.


article précédent: Home, sweet home



Si vis pacem para bellum
Célèbre adage latin, se traduisant par "si tu veux la paix, prépare la guerre",
ce qui est quand même assez cynique...



Bonjour à toutes et tous!
Les fêtes de fin d'année se préparent? 

Fêtes qui sont souvent l'occasion, du moins pour la Noël, de se retrouver en famille…

Noël approche, la dinde le sait

Tiens, mais ça alors! Oui, nous avions, dans le cadre de notre grand cycle "les mots basiques", parlé de la famille! Comme signifiant étymologiquement l'ensemble des habitants de la maison, la maisonnée.
Eh bien, restons en famille! Et commençons par les parents!

Le mot "parent", désignant le père et la mère, nous vient du latin parentem, accusatif de parens ("père ou mère"), issu de parere ("engendrer, enfanter, produire ...").




Et parere, me direz-vous, il vient de quoi??

Eh bien OUI! Le latin parere descend d'une racine proto-indo-européenne, en l'occurrence:
*perə-1

Les différents signifiés de *perə-1?
Engendrer, porter un enfant, enfanter, produire, procurer

Et c'est sous une forme participiale, suffixée: *par-ent, que *perə-1 s'est mué dans le latin parere / parens


Mais *perə-1 ne s'est pas décliné que dans "parent'. Oh que non!

Sous une forme suffixée *par-ā, *perə-1, via le latin paro / parāre: préparer, équiper, apprêter, ou encore organiser, disposer, arranger … nous a donné…
  • parer, d'où parade
  • appareiller, d'où appareil
  • impératif, empereur, impérial: tous mots dérivant tous du latin impero (commander, ordonner, enjoindre), composé de in- et paro.
De leur PARADE nuptiale à leur longue marche,
la vie des EMPEREURS est un combat féroce
pour leur préservation et leur survie


Nos mots français préfixés en para- viennent bien entendu de paro: citons notamment parachute, paravent ou parasol.

Saut en parachute pour un pilote de chasse, je suppose


Mais rempart en est aussi un dérivé!

Rempart de la ville de Binche
Rempart nous vient de l'ancien français remparer (“défendre, fortifier, ceinturer d'un rempart”), remparer étant construit lui-même sur re- (le "re-" de “à nouveau”) et emparer (“défendre, fortifier, entourer"). 
Quant à emparer, le verbe est créé à partir de en-  et parer (“défendre”).

S'emparer avait donc originellement le sens de "défendre, fortifier"; ce n'est que dans la première moitié du XVIème siècle que le mot a pris le sens moderne de "prendre, occuper, exercer une domination entière sur, prendre possession de".

Parent sur les remparts de St-Malo, par un bel après-midi.
Avec un parasol.

D'autres verbes basés sur paro? Mais certainement:
préparer, réparer, ou même séparer...

Et sous une forme *par-yo, par le latin parere, parīre: enfanter, nous devons à *perə-1...
parturiente: accouchée, femme qui accouche.

Future parturiente blonde
Je sais, j'ai déjà fait mieux.

Plus surprenant est la parenté de la racine *perə-avec répertoire: le mot vient du latin repertorium: inventaire, créé sur re- et perio ("trouver, retrouver").
Perio étant une simple altération de pario ("mettre au monde").

Un peu comme si retrouver un objet disparu, c'était le remettre au monde, le faire revivre. 
Intéressant comme concept, non? 

La vipère, c'est ce serpent "qui porte ses jeunes en vie" et dont nous avons déjà parlé dans DON'T PANIC, 42 et toutes ces sortes de choses, pur bonheur linguistique car finalement composé de DEUX racines proto-indo-européennes, *gʷeiǝ- ("vivre"), et bien sûr *perə-1.


Nous pouvons encore citer au nombre des descendants de notre racine *perə-1 les mots en -pare: vivipare ou ovipare


Enfin, sous une forme *par-ikā, *perə-1 a permis de créer le latin Parcae: les Parques, désignant ces  divinités romaines qui présidaient au destin, celles qui assignaient le destin à la naissance de tout un chacun...

Les trois Parques, tissant le fil de notre destin...


Ah oui: si vous vous attendez à un prochain dimanche indo-européen traitant du mot "enfant", ben c'est râpé. 
Car nous avons DEJA traité du mot, dans parole: préhistoire avec plutôt qu'histoire sans.

Si vous vous en souvenez, "enfant" nous vient de la racine proto-indo-européenne *bha- ("parler").

L'enfant, c'est, étymologiquement celui qui ne parle pas! (Par le latin infans, provenant de fari - parler, précédé du privatif in-).


Amusant: alors que *perə-1, qui nous a donné "parent", a également permis de créér Parca, la Parque, la racine proto-indo-européenne *bha- qui,  de son côté, a permis de créer "enfant", est à l'origine de l'autre petit nom des Parques: fata; fata que nous connaissons toujours sous le vocable fées
(Pour en savoir plus, relisez parole: préhistoire avec plutôt qu'histoire sans, je ne le dirai plus)




Bon dimanche, bonne semaine à toutes et tous!
Merci de votre fidélité au dimanche indo-européen.




Frédéric

article suivant: C'est Noël!


LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...