- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 3 mars 2013

Ah mes aïeux!


article précédent: Tu quoque, Brutis, belli-fili mi




"Nous descendons tous d'un roi et d'un pendu"
Jean de La Bruyère


Jean de la Bruyère


Bonjour à toutes et tous!


Nous sommes toujours en train de rechercher les étymologies des noms des membres de la famille.

La semaine dernière, nous avions traité du mot bru.

Aujourd'hui, intéressons-nous donc à nos aïeuls



La bénédiction de l'aïeul, Édouard Moyse


Aïeul nous vient du latin avus ("grand-père"). 

Avus avait donné en latin populaire le diminutif aviolus, à l’accusatif: aviolum
Au XIIIème siècle, aviolum devient aiol, qui deviendra, au XVIème siècle: aïeul.

Et le latin avus, OUI, provenait d'une racine proto-indo-européenne: 

*awo-


Alors, disons-le tout de suite, il semble difficile d'affirmer que *awo- désignait spécifiquement le grand-père; certains linguistes ne se mouillent pas trop, et se contentent de dire que *awo- "pouvait s'appliquer à tout adulte mâle autre que le père"…

On pourrait peut-être resserrer le filet, et dire que *awo- c'était tout adulte mâle autre que le père, le fils ou le frère, et qui serait plutôt d'une génération précédente...

Mon grand-père maternel, Joseph Buyse, aux commandes
de sa Type 38

Quoi qu'il en soit, on retrouve notre racine *awo- dans les germaniques *awô ("grand-père") et *awǭ ("grand-mère"), ou dans le vieux norrois afi ("grand-père") ... 

En gothique, avô désignait la grand-mère.

Grand-mère gothique

En italien, avo c'est l'ancêtre; en hittite, ḫu-uḫ-ḫa-as c'est le grand-père


Si le latin avait avus pour désigner le grand-père, il connaissait aussi abavus, pour le père du grand-père: l'arrière-grand-père
Le préfixe ab- est ici utilisé pour marquer l'éloignement, la séparation.

Le abavus latin avait un diminutif: *abaviolus.
C'est de lui que nous vient le mot espagnol pour grand-père: abuelo.

Et en Droit civil américain, abavus désigne toujours l'arrière-grand-père, abavia désignant l'arrière-grand-mère.


Mais revenons au latin: l'idée de la filiation, le respect des ancêtres était fortement ancré en latin. 
Jusqu'à avoir un mot pour désigner le père du père du grand-père, en d'autres termes l'arrière-arrière-grand-père: ătăvus.
Au pluriel, ătăvi, il en venait à désigner les ancêtres, d'une façon plus générique.

Ca vous dit quelque chose, non?

Ben oui! En génétique, un atavisme est un caractère primitif qui réapparaît après une ou plusieurs générations, sans se manifester dans les générations intermédiaires.
Au sens figuré, atavisme signifie encore la transmission héréditaire de certains traits physiques ou moraux.

Le latin ătăvus est construit sur avus, mais cette fois précédé du suffixe at-, au sens étymologique de "outre, au-delà"

Si l'aïeul est notre grand-père, le bisaïeul est notre arrière-grand-père
Savez-vous qu'en suivant la même logique, nous avons certes le trisaïeul, mais aussi le quadrisaïeul, le pentaïeul (ou quinquaïeul, ou même quintaïeul), le sextaïeul, le septaïeul, l'octaïeul et enfin le nonaïeul!!

Tiens, et connaissez-vous la différence entre aïeuls et aïeux?
Au pluriel, aïeuls désigne précisément le grand-père paternel et le grand-père maternel.
En revanche, on dira aïeux, et non aïeuls, pour désigner d'une façon plus générale ceux qui ont vécu dans les siècles passés, ou alors, ceux dont nous descendons, "nos ancêtres".




Un bon dimanche, une bonne semaine à toutes et tous!
Et… A dimanche prochain!




Frédéric

article suivant: Benjamin, ou d'Amérique


Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...