- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 11 août 2013

Une semaine en septembre...




Tiens-toi à sept pas de l'éléphant, à dix du buffle, à vingt d'une femme et à trente d'un homme ivre.
Proverbe indien


(et à deux cents d'un éléphant ivre)



Bonjour à toutes et tous!


Passons donc, sans autre forme de procès, au nombre suivant de notre étude sur les nombres proto-indo-européens:

Sept.





Le français sept nous arrive d'une racine proto-indo-européenne...

*septm̥-

Qui voulait dire: sept.


Alors, vous êtes parfaitement en droit de vous demander le sens de ce symbole sous le "m".

En phonétique, on explique que le m français est une consonne 1. occlusive 2. nasale 3. bilabiale 4. voisée.

Qu'en d'autres termes pour produire le son "m"…

  1. on obstrue l'air du canal vocal: on bloque complètement l'écoulement de l'air au niveau de la bouche, du pharynx ou de la glotte, et on relâche soudainement ce blocage.
  2. on laisse l'air s'échapper par le nez
  3. on l'articule avec les deux lèvres
  4. on l'articule avec les cordes vocales.


Eh bien, le signe diacritique sous le m, qui donne ce curieux signifie que le m dont on parle ici est une consonne occlusive nasale bilabiale, certes, mais NON voisée!

Autrement dit, sourde: le son produit ne provient pas de la vibration des cordes vocales.

Un petit exemple de "m" en mode non voisé?
Sa prononciation dans le mot "asthme".

Pour un son "n" cette fois, mais toujours non voisé, vous pourriez aussi penser à la prononciation du "n" final de Gordon par certains anglophones, où le "on" reste curieusement dans la gorge… ("Gordnnn")


Mais revenons donc à notre racine proto-indo-européenne *septm̥-!

*septm̥- est à la base du français sept, mais aussi de tous ces mots pour "7" dans pratiquement toutes les langues indo-européennes, comme par exemple, parmi tant d'autres...

  • l'anglais seven
  • l'irlandais seacht
  • le gallois seithfed
  • l'allemand sieben
  • l'islandais sjau
  • l'espagnol siete
  • le grec ancien ἑπτά, heptá
  • le russe семь ("siém")
  • l'avestique hapta
  • le tocharien A spät
  • le sanskrit सप्तन् - saptán
  • … 


Le français sept, lui, nous arrive du latin sĕptem "sept".

Tout comme septennat, désignant un mandat de sept ans...


Un autre dérivé français du latin sĕptem, c'est ... semaine!

Semaine est un mot de la fin du XIème siècle qui nous vient du latin ecclésiastique septimania (Code de Théodose), qui signifie "groupe de sept jours"; septimania étant le féminin substantivé de septimanus: relatif à sept. Ou plus précisément, septmatins, le mot étant construit sur sĕptem (ben, sept) et mane (matin).

Théodose II, 401-450,
empereur romain d'orient

Sur semaine, nous avons créé semainier, qui désigne un feuillet distribué chaque semaine dans les paroisses, ou encore, en ébénisterie, un chiffonnier à sept tiroirs, ou en bijouterie, un bracelet à sept anneaux.







Mais, curieusement, l'adjectif qui correspond à semaine ne nous vient pas de sĕptem!

Hebdomadaire - c'est bien de lui qu'il s'agit - nous vient lui du latin hebdomadarius, qui signifiait semainier, emprunté au grec ancien ἑβδομάς - hebdomas: sept.
Lui-même basé sur *septm̥-...

Utilisé comme nom, le terme désigne à présent une publication paraissant chaque semaine.


Mais bon, sĕptem nous a aussi apporté …

Septembre.

Du latin september, le septième mois.

- Euh, mais septembre, c'est le neuvième mois??
- Oui, assurément, si ce n'est qu'à l'origine, l'année commençait en mars, et que donc le septième mois, c'était septembre

C'est du moins comme cela que le premier calendrier romain que nous connaissons, celui de Romulus nous a été transmis.
Ce calendrier ne comportait que 10 mois, se basant ainsi plus que probablement sur le calendrier étrusque, et commençait donc en mars!

Comme les mois qui le composaient faisaient bien 30 ou 31 jours, il restait environ 61 jours pour terminer l'année, hors calendrier.

Ces jours ne comptaient pas, littéralement!
On s'arrêtait de compter les jours durant l'hiver, en attendant les jours plus heureux des calendes de mars, qui marquaient la première lune du printemps…




Et puis - spécialement pour Lescrat - sĕptem nous donné, outre ce repère temporel dans le cycle de l'année qu'est septembre, un autre repère, géographique, qui nous permet de nous guider en nous basant sur le nord, même s'il est à présent désuet dans le langage courant:

septentrion!

Du latin Septentrio, de sĕptem et triōnēs, pluriel de trio: bœuf de labour.

Oui, car la constellation de la Grande Ourse était aussi appelée la constellation des sept bœufs, les Romains y voyant sept bœufs tirant une charrue.





Et là-dessus, je vous souhaite, à toutes et tous, un très bon dimanche, et une très bonne semaine, c'est le moins que je puisse faire!





Frédéric

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...