- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 7 octobre 2018

le soir est aux Hespérides ce que le matin est aux magiciens







In consequence of an agreement between the sisters, Elizabeth wrote the next morning to her mother, to beg that the carriage might be sent for them in the course of the day. But Mrs. Bennet, who had calculated on her daughters remaining at Netherfield till the following Tuesday, which would exactly finish Jane’s week, could not bring herself to receive them with pleasure before. Her answer, therefore, was not propitious, at least not to Elizabeth’s wishes, for she was impatient to get home. Mrs. Bennet sent them word that they could not possibly have the carriage before Tuesday; and in her postscript it was added, that if Mr. Bingley and his sister pressed them to stay longer, she could spare them very well. Against staying longer, however, Elizabeth was positively resolved—nor did she much expect it would be asked; and fearful, on the contrary, of being considered as intruding themselves needlessly long, she urged Jane to borrow Mr. Bingley’s carriage immediately, and at length it was settled that their original design of leaving Netherfield that morning should be mentioned, and the request made.


  The communication excited many professions of concern; and enough was said of wishing them to stay at least till the following day to work on Jane; and till the morrow their going was deferred. Miss Bingley was then sorry that she had proposed the delay; for her jealousy and dislike of one sister much exceeded her affection for the other.The communication excited many professions of concern; and enough was said of wishing them to stay at least till the following day to work on Jane; and till the morrow their going was deferred. Miss Bingley was then sorry that she had proposed the delay; for her jealousy and dislike of one sister much exceeded her affection for the other.


Jane Austen,

Pride and Prejudice, Chapitre XII


Comme il avait été convenu entre les deux sœurs, Elizabeth écrivit le lendemain matin à sa mère pour lui demander de leur envoyer la voiture dans le cours de la journée. Mais Mrs. Bennet qui avait calculé que ses filles resteraient une semaine entière à Netherfield envisageait sans plaisir un si prompt retour. Elle répondit donc qu’elles ne pourraient pas avoir la voiture avant le mardi, ajoutant en post-scriptum que si l’on insistait pour les garder plus longtemps on pouvait bien se passer d’elles à Longbourn.

Elizabeth repoussait l’idée de rester davantage à Netherfield ; d’ailleurs elle ne s’attendait pas à recevoir une invitation de ce genre et craignait, au contraire, qu’en prolongeant sans nécessité leur séjour elle et sa sœur ne parussent indiscrètes. Elle insista donc auprès de Jane pour que celle-ci priât Mr. Bingley de leur prêter sa voiture et elles décidèrent d’annoncer à leurs hôtes leur intention de quitter Netherfield le jour même.

De nombreuses protestations accueillirent cette communication et de telles instances furent faites que Jane se laissa fléchir et consentit à rester jusqu’au lendemain. Miss Bingley regretta alors d’avoir proposé ce délai, car la jalousie et l’antipathie que lui inspirait l’une des deux sœurs l’emportaient de beaucoup sur son affection pour l’autre.

Traduction de V. Leconte et Ch. Pressoir


Jane, la plus jolie des filles Bennet, incarnée ici au
cinéma par Rosamund Pike.

Rosamund Pike qui est en train de lire pour moi
Pride and Prejudice dans sa version livre sonore,
pur bonheur qui me ferait passer toute la journée
en métro ; c'est tout dire.




























Bonjour à toutes et tous !




*uekspero-

Ou même *ue-k(ʷ)sp-er-o-.



Comme nous l'avons découvert dimanche dernier 
- relisez donc "Утро вечера мудрее" (le matin est plus sage que le soir), proverbe russe -,
ce mot indo-européen, qui, pris littéralement, correspondrait à (ce qui s'étend) vers la nuit”, devait désigner le soir !


le soir dans notre country house



C'est lui qui est à l'origine de l'étymon balto-slave *wekeros, de qui descendront les mots baltes et slaves
- je sais, c'est surprenant -
utilisés pour désigner le soir, certes, mais aussi hier

Ce rapprochement sémantique entre soir et hier est intéressant, ne trouvez-vous pas ?
Surtout quand on le compare à cet autre binôme que l'on retrouve dans la sémantique des langues indo-européennes que forme le couple matin - demain.

Nous en avions parlé le 17 novembre 2013
demain matin
Cet article un peu à part, d'il y a près de cinq ans, ne traitait pas à proprement parler d'une racine indo-européenne, mais bien des mots véhiculant les notions de matin et demain employés dans les langues indo-européennes actuelles.
Même si ces mots ne proviennent pas d'une seule racine indo-européenne - nous en avions décompté au moins trois -, il faut constater que bien souvent, dans un groupe linguistique, ou dans une langue en particulier, c'est la même racine qui a servi à créer les mots qu'on y trouve pour matin et demain.

C'est évidemment le cas du français, où notre demain est un dérivé direct du latin “de mane”, “du matin”, issu de l'indo-européenne *ma-1 , ce qui est bon”.

L'anglais, qui, lui, utilise la racine indo-européenne mer-1 / *merk-, use du même stratagème: le joli (mais archaïque ou poétique) morrow désigne le matin, ou le jour suivant. Tomorrow, to-morrow ressemblant furieusement, quant à la forme, à notre de-main.


Et c'est pour la présence de ce beau and till the morrow their going was deferred que je vous ai livré cet extrait de Pride and Prejudice en exergue...

Même topo en russe, mais ici avec des dérivés de la racine *aus-associée à l’est.
Le russe pour matin, c'est son lointain dérivé утро (outra”), et le demain russe, c'est le composé за (za) -  утро (outra”): завтра (zavtra”).


  • mer-1 / *merk- a donné morning ou morgen, le matin (l’aube, la lumière naissante)
  • *ma-1 a donné matin comme “le moment propice”.
  • *aus- a donné aurore, associée à l’est: “là où la lumière commence à briller”

Et donc, on ne peut que le constater, pour nos langues indo-européennes, le matin correspond plutôt au matin du lendemain, du jour qui vient. Ou, si vous préférez, le lendemain n'est que le jour qui arrive avec le matin suivant.  

Même logique pour le soir, et le jour d'avant, du moins pour le groupe balto-slave... 
Où le soir n'est que le dernier moment avant la nuit précédente, ou, vu d'un autre angle, hier, ce jour d'avant aujourd'hui, n'est que ce jour que le dernier soir que nous avons vécu a cloturé...

Nous ne faisons qu'avancer... Hélas, peut-être... 
Inéluctablement, nous avançons vers notre seule certitude, ce que nous appelons la mort.
Mais irrésistiblement, nous attendons la naissance d'un nouveau jour. Nous espérons tous que le soleil reviendra après la nuit, non ?
Le matin, ainsi, représente l'espoir, un jour nouveau: la vie.

Inconsciemment, peut-être, mais toujours dans cette même perspective, nous faisons du soir non plus un synonyme de vie, mais plutôt de mort. De repos, en tout cas. Le soir qui n'appelle que la nuit, faite pour le repos. En ce sens, on préfère qu'il soit passé. Qu'il soit du passé. En attendant la promesse d'un nouveau jour, avec le matin...





Géographiquement parlant, cette fois, nous l'avons vu
orientons-nous -,
nos langues ne sont pas neutres non plus, renvoyant le soir à l'ouest, et le matin à l'est...

Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que dans la tradition chrétienne, l'Orient représente le Christ.

Et nous voilà tous, chacun d'entre nous, là, ici et maintenant, au milieu, entre l'Orient et l'Occident, le soir et le matin...



et la France est au centre du monde, tout le monde le sait


Or donc !

L'étymon balto-slave *wekeros a lui-même engendré deux couples de formes, 
d'un côté...

  • les proto-slaves *večerъ (“vietcher”)soir et *vьčera (“vtchira”)hier

et de l'autre...

  • les proto-baltes *vākaras, soir” et vākar, hier”.


Commençons donc par les formes slaves...
Ah oui: TOUS les dérivés de *večerъ signifieront bien soir”, sans exception.
Du slave *večerъ, soir est issu, par exemple
- OUIIIIII !!!! -,
le vieux slavon d'église (attesté, lui) večerъ.




















Mais en proviennent également...
  • le russe ве́чер (vietcher),
  • l'ukrainien ве́чір (vietchir),
  • le bulgare ве́чер (vietcher),
  • le serbo-croate ве̏че̄р, ве̏че̄vȅčēr, vȅčē,
  • le tchèque večer, 
  • le polonais wieczór, ou - soyons fous -, 
  • le bas sorabe wjacor, jacor.


La Place Rouge, le soir...


Du slave *vьčera (“vtchira”)hier”, on retiendra...


le - OUIIIIIIII !!!!! - vieux slavon d'église vьčera,
le russe вчера́ (“vtchira”), ou
le tchèque večer.

Tous, sans exception, signifiant hier”.


Du balte azar euh non vākaras, soir sont issus... 

  • le lituanien vākaras, soir”, et 
  • le letton (mais l'est-on VRAIMENT ?) vakars, soir”.


Quant à la descendance du proto-balte vakarhier”,
nous retiendrons...
  • le lituanien vākar, hier”, et
  • le letton (oui, mais... l'est-on... vraiment?) vakar, hier”.


Et voilà ! 



Mais, malgré tout, c'est le grec ancien qui aura le dernier mot ...

Car *ue-k(ʷ)sp-er-o- lui a légué
- via le proto-hellenique *ϝέσπερος, *wésperos -
l'adjectif ἕσπερος, hésperosdu soir, vespéral”, mais qui pouvait s'entendre aussi comme “occidental”.

Substantivéἕσπερος désignera tout simplement ...
- allez, je vous aide, c'est comme soi, mais avec un r en plus-
le soir ! Bravooo !

Ou même - et c'est tellement beau - l'astre du soir, Vénus (ellipse de ἕσπερος ἀστήρ, hésperos astḗr).


la Lune, et Vénus...



Ἓσπερος, Hesperos, est aussi la personnification de l'astre du soir.
Oui, de Vénus, si vous suivez toujours.


Et puis, et puis, 
ce brave Hesperos (que l'on nomme aussi Hesperus), a eu, selon certaines sources
- les gens sont comme ça - 
des filles...

Ἑσπερίδες, Hesperídes, les Hespérides...
Les Nymphes du Couchant...


Les Nymphes dans leur jardin



Récap' !


élément *ue-“vers?” + racine indo-européenne  k(ʷ)sep-r/n-, “nuit”
mot composé indo-européen *ue-k(ʷ)spero-“soir” ((ce qui s'étend) vers la nuit”)
balto-slave *wekeros
proto-slave *večerъ (“vietcher”) et proto-balte vākarassoir”,
proto-slave vьčera (“vtchira”) et proto-balte vākar, hier

---

proto-slave *večerъ (“vietcher”), soir
vieux slavon d'église večerъ, russe ве́чер (vietcher), tchèque večer, soir”...

---

proto-balte vākarassoir
lituanien vākaras, soir”, letton vakars, soir”.

---

proto-slave vьčera (“vtchira”), hier
russe вчера́ (“vtchira”), tchèque večer, hier ...

---

proto-balte vākar, hier
lituanien vākar, letton vakar, hier

---

élément *ue-“vers?” + racine indo-européenne  k(ʷ)sep-r/n-, “nuit”
mot composé indo-européen *ue-k(ʷ)spero-“soir” ((ce qui s'étend) vers la nuit”)
proto-hellenique *ϝέσπερος, *wésperos-
ἕσπερος, hésperosdu soir, vespéral”, occidental”...

Ἑσπερίδες, Hesperídes, les Hespérides

---




Je vous souhaite, à toutes et tous, un excellent dimanche, et une très, très belle semaine !

À dimanche prochain !




Frédéric



PS: dans ces articles, les passages de texte en bleu, vous l'aurez compris, traitent d'éléments de linguistique.

******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…).
******************************************

Et pour nous quitter, 

évidemment, hélas,

"Hier Encore",

Charles Aznavour,
22 mai 1924 – 1er octobre 2018




******************************************
Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
******************************************

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...