dimanche 17 novembre 2019

Tu peux m'passer la perche de bois de saule pour attacher le toit de chaume ?





Ah ! le toit de chaume aspire au repos ! Elle aspire au repos, la minime flamme dansante sur l'étang morne ! Il aspire au repos, l'esprit vigilant qui se débat dans la chair des hommes depuis le commencement du monde.



Dialogues d'ombres, 1955
Georges Bernanos

Georges Bernanos,
20 février 1888 - 5 juillet 1948















Bonjour à toutes et tous !


Ces deux dernières semaines , nous évoquions les étymons celtiques provenant de notre sublime, fantastique, formidable *ueh1-i-, “tisser, tresser...”...





Il est temps, ne trouvez-vous pas, de passer aux étymons slaves qui en sont issus.





Comme je vous le mentionnais la semaine dernière dans un style et un phrasé très, disons, politicien, dans une remarquable langue de bois,




non, l'article précédent n'était pas court, il s'agit plutôt d'un article de transition.



Car le celtique *wēti-, “brin d'osier” nous met sur la voie sémantique de certains des dérivés slaves de notre vigoureuse racine *ueh1-i-“tisser, tresser...”.

 Je me hasarderais même à dire qu'en l’occurrence, il nous branche sur lesdits dérivés.


Car voilà, 

on
- ou plutôt, nommons-le : Rick Derksen !

















attribue à l'étymon slave *věja-, issu bien évidemment de *ueh1-i-“tisser, tresser...”
- sinon, je n'en parlerais pas maintenant, hein ? on suit ! - ,
le sens de ... branche.
(Je me fonderai, pour les dérivés baltes et slaves de *ueh1-i-, sur les deux (!) dictionnaires de Rick DerksenEtymological Dictionary of the Slavic Inherited Lexicon et Etymological Dictionary of the Baltic Inherited Lexicon)

D'où le 
- Ouiiiiiiii ! -

vieux slavon d'église вѣꙗ, věja-, “branche”.

Ou alors, dans les langues slaves méridionales, le slovène vḝja“brindille, feuillage”.






Pour sortir du cadre strict des langues slaves, si d'aventure vous vouliez un beau cognat sanskrit au slave commun slave *věja-
- qu'à cela ne tienne -,
je vous donnerais - et avec grand plaisir - le sanskrit वया, vayA, (notamment) “branche, brindille, feuillage”.


bouleau de l'Himalaya


Je préciserai encore que l'on passe de notre délicieuse *ueh1-i- au slave commun *vějapar une forme indo-européenne de timbre o *wohy-éh.



**************

*ueh1-i-, “tisser, tresser...”
timbre o *wohy-éh
proto-slave *věja-, “branche
vieux slavon d'église вѣꙗ, věja-, “branche”,
slovène vḝja“brindille, feuillage

**************


Mais il est encore possible de retrouver un autre étymon slave issu de notre jolie *ueh1-i-, “tisser, tresser...”. 

Eh oui ! C'est la fête, aujourd'hui !





Enfin... Vu que l'on fait de cet étymon le père de dérivés slaves mais aussi baltes, on va plutôt le qualifier d'étymon ... oui, balto-... oui, et ensuite ? slave, voilà ! 



Voici donc, issu de ueh1-i- par la forme de timbre (ou degré) zéro 


- oui mon chéri, il est parti, monsieur *e ; 'a p'us le *e pivot -,
voici donc, issu de ueh1-i- par la forme de timbre zéro, disais-je ... *uhi-ti-s-,
le balto-slave ... *wɁitis-, ...

[Euh, rappelons peut-être que ce Ɂ - qui n'est absolument pas un ?, regardez-le bien -, représente le fameux coup de glotte
ou consonne occlusive glottale, pour les vrais amateurs et autres pervers polymorphes -,
et correspond à une interruption du flux d'air, un peu comme dans la ridicule et vomitive scansion du Ho Ho Ho attribuée (par Coca Cola, je suppose ? - ici c'est bien un ?) à Santa Claus, le Saint-Nicolas 
- ou Père Noël, pour ceux que l'allusion religieuse dérange et/ou qui vivent en République - 
nord-américain.]



Et maintenant - c'est malin, je m'égare -, je reprends :

Voici donc le balto-slave *wɁitis-, désignant “quelque chose de tressé, de tourné

 à l'origine, 
  • par l'étymon slave *vitъ-...,
dans les langues slaves orientales,
  • du russe вить, vitj', “quelque chose qui a été tressé”,

dans les langues slaves occidentales,
  • du slovince ...
(ou vieux-poméranien, langue hélas aujourd'hui disparue ; je vous renverrais volontiers, les loulous, à ne confondons pas "les croisières en mer Baltique" et "les croisades baltes", où TOUT était dit sur le slovince)
loulou de Poméranie
... vjīc, qui désignait très précisément une ... perche de bois de saule pour attacher un toit de chaume,
[Admirez ici la sobre et soucieuse économie de cette langue, où la seule éructation de vjīc suffisait à faire comprendre à tout votre entourage que vous faisiez allusion à une perche de bois de saule pour attacher un toit de chaume...]

  •  et du polonais wić, “brindille, osier”,

et dans les langues slaves méridionales,
  • du serbo-croate pȁvit, “vigne”,
  • et du slovène vȋt “vis, tour”,

et à l'origine,
  • par l'étymon balte, cette fois, *vytis-,
  • du lituanien vytìs, “brindille”.




Ouuuuuf.





Tiens, et si,
histoire de montrer que cet illustre blog traite de TOUTES les langues indo-européennes,
je vous proposais un gentil p'tit cognat avestique à notre balto-slave *wɁitis-, pour finir en beauté, peut-être ? 


Mmmh ?




Eh bien, voici l'avestique ... vaēti-“saule”.

Salix aegyptiaca, ou saule de Perse




 Allez, une p'tite récap' du parcours de *ueh1-i-, “tisser, tresser...” par le balto-slave *wɁitis-, et on en restera là pour aujourd'hui...




**************

*ueh1-i-, “tisser, tresser...”
forme de timbre zéro *uhi-ti-s-
proto-balto-slave *wɁitis-
proto-slave *vitъ- et proto-balte *vytis-

*

proto-slave *vitъ-
russe вить, vitj', “quelque chose qui a été tressé”,
slovince vjīc, perche de bois de saule pour attacher un toit de chaume,
polonais wić, “brindille, osier”,
 serbo-croate pȁvit, “vigne”,
slovène vȋt “vis, tour”

*

proto-balte *vytis-
lituanien vytìs, “brindille

**************



C'est dingue, non ?

Vous auriez imaginé, vous,  que pour désigner une perche de bois de saule pour attacher un toit de chaume, les Slovinciens employaient un magnifique cognat de notre français vin ??

Que ces deux mots vjīc et vin sont étroitement apparentés ?

Et que l'avestique ... vaēti-“saule est leur cousin ?





Ben oui, j'pense qu'on peut remercier l'indo-européen, non ?





Chères lectrices, chers lecteurs, 

Merci de me lire, merci de votre fidélité, merci de vos commentaires.

Je vous souhaite un EXCELLENT dimanche, et une très heureuse semaine !





À ... dimanche prochain,






Frédéric






******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter


- bon, j'allais vous trouver une composition classique ou romantique lituanienne,
ou alors un bon Rachmaninov,

mais non -,

je suis tombé presque par hasard sur cette bande annonce d'époque de

River Of No Return,

avec, bien entendu,

Marilyn.


Et elle chante si bien ...
Elle a une voix si douce ...
Et une prononciation si ...

 - aaaaaaaah -




Down In The Meadow,
par Marilyn Monroe



et ici, avec les sous-titres, pour le karakoé :



******************************************


Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/


2 commentaires:

Jean Lhuillery a dit…

Excellent d'érudition, comme d'hab', et -cerise sur le gâteau- toujours aussi drôle! Merci encore !

Frédéric Blondieau a dit…

Oh ! Grand merci, Jean, du fond du coeur !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...