- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 19 août 2012

The Queen, une femme comme les autres




"Der Hölle Rache kocht in meinem Herzen,
Tod und Verzweiflung flammet um mich her!"

"La vengeance de l'enfer brûle dans mon coeur,
Mort et désespoir m'embrasent!"

Der Königin der Nacht
début de l'Aria de la Reine de la Nuit
Die Zauberflöte, KV.620, Mozart & E. Schikaneder




Diana Damrau: à mes yeux - et mes oreilles - et mon coeur -
une des plus grandes "Reine de la Nuit"...


Nous savons déjà (voir Mort, nectar et liquidation de dette, ou des Bantous aux Teutons, ou encore une nuance plus blanche de pâleur), que c'est à la racine proto-indo-européenne *reg-1, qui portait l'idée de "mener", de "rectifier", que nous devons "rex", "roi", "rajah"…

C'est sur elle aussi que se sont créés, en toute logique, "reine", et aussi le féminin de rajah: rani
Le grand roi, en sanskrit, c'était le Maharadjah, et la grande reine, la Maharani. (Maha à rapprocher du latin Magnus par exemple)

Et cette racine *reg-1, nous la retrouvons dans de très nombreux dérivés, avec le sens de "rectifier, droiture", ou de "mener": recteur, royaume, Reich, règne, régalien, règle … …

Le français "riche" vient même de là, via le francique *riki ("puissant").
En ancien français, le mot avait encore gardé ce sens de "puissant"; ce n'est qu'au cours du XIIIe siècle que le sens de "prospère" l'a emporté, car le riche, c'était le puissant… 
Nihil novi sub sole comme dirait l'autre…


Mais alors, et l'anglais King, alors? Ou les allemands König / Königin, les néerlandais koning et koningin...

Oui: tous ces mots germaniques en "K" n'ont pas de lien avec *reg-1.

… Mais bien avec une autre racine proto-indo-européenne, dont nous avions relevé d'autres dérivés dans Tour de France et Tour de Babel

*genǝ-

Je ne peux que vous conseiller de relire ce billet… 
Mais pour rappel, *genǝ- véhiculait les notions de "donner naissance, enfanter, engendrer". 

Tous ceux de la "même naissance", de la même lignée, mais c'est la famille
En germanique, *genǝ- s'est dérivée en *kunjam: la famille. 

Et le germanique *kuningaz, à l'origine de King, König, basé sur *kunjam…, signifiait "le roi", probablement dans le sens de celui qui régnait sur la famille (pensons aux chefs de Clans écossais), ou alors parce qu'il désignait celui qui était issu d'une famille particulière, une famille régnante, le titre étant déjà transmis de père en fils, en suivant la lignée…

Le proto-slave *kъnęzь ("kniez") provient de cette souche germanique, sur lequel notamment le russe князь ("kniaz") s'est bâti. 
Vous connaissez certainement Князь Игорь: le Prince Igor, l'opéra de Borodine



Notez que "Prince" n'est peut-être pas la meilleure traduction qui soit: Князь désigne en fait un rang de noblesse royale, que l'on pourrait très bien traduire par "roi", ou "duc"...

Tiens, et le son "g" si typique du germanique a disparu en slave?

Eh bien, oui et non: car on le retrouve dans le russe княгиня (kniaguinia: la Princesse).


Bon, et "Queen"? C'est une simple altération de King?

Eh bien non, PAS DU TOUT!

"Queen" provient d'une toute autre racine proto-indo-européenne, qui n'a aucun rapport avec *genǝ-

*gʷen-

*gʷen-, mais c'est ... la femme

C'est *gʷen- qui a donné le grec ancien γυνή, gunê: "femme". 
Qui nous a à son tour donné tous les mots en gyné-, de gynécée à gynécologue

C'est également *gʷen- qui est à l'origine du persan zan: femme.

Ou du vieil irlandais ben: "femme", qui se retrouve dans "Banshee": "la femme des sídhe": Ban - femme, shee - sídhe; les sídhe étant les collines et sommets qui parsemaient le paysage irlandais, réputés pour servir de résidence aux créatures surnaturelles. 

On racontait qu'une Banshee, par ses lamentations, prévenait de la mort d'un proche…

Selon la mythologie écossaise, on voyait une Banshee nettoyer les traces de sang sur les vêtements ou l'armure de celui qui allait bientôt mourir de ses blessures au combat…

La Banshee


Et donc, "Queen", c'est aussi la femme
Passé du proto-indo-européen par le germanique *kwēniz: femme, épouse, reine.

Photo du Couronnement de sa Très Gracieuse Majesté

Dans la culture indo-européenne oh combien patriarcale, il y a souvent confusion entre la femme et l'épouse (ou en d'autres termes, une femme n'est vraiment considérée qu'à partir du moment où elle est épouse!)…
Il suffit de penser au français "femme", qui signifie tout autant "femme" qu'"épouse"…

Et donc, "Queen" devait probablement s'entendre comme "la femme", certes, mais pas n'importe laquelle: la femme… du Roi… 




Frédéric

Pssst! Lisez aussi...
Quel foin pour une femme en faon...


Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...