- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 9 août 2015

Mmmh, enveloppante, cette rhapsodie...






Mon grand-père l’avait repérée, ils avaient dansé, et tout le monde avait pu constater une harmonie entre leurs genoux. Ensemble, ils étaient comme une rhapsodie des rotules. Leur évidence se transforma en mariage.

Les souvenirs 





Bonjour à toutes et tous!


Cela fait maintenant quelques semaines que nous passons en revue les racines dérivées de la racine proto-indo-européenne *wer-3, “tourner”.


Mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin
Et en ce dimanche, nous traiterons de la dernière de ces racines.









Je sais.

Allez, pour - très rapide - rappel,

*wer-3, et sa racine dérivée IX. *wrmi- / *wrmo-
26 février 2012,
Serpents, vers et dragons. Ah, et aussi ophiolites. 


Quant à ses autres racines dérivées (il y en a neuf):

I. *wert-
21 juin 2015,
Convertir (au proto-indo-européen) en divertissant? Ca c'est une idée! Je n'y aurais JAMAIS pensé...!

II. *wreit- et III. *wergh-
28 juin 2015,
Un Anglais roulant en Jeep Wrangler (et non en Land-Rover) ? Wrong. Simplement wrong.

IV. *werg-  
5 juillet 2015,
"converge", ou "osons aborder l'hermaphrodisme"

V. *wreik-
12 juillet 2015,
De La bruyère à John Irving en passant par JS Bach. Pas mal non?

VI. *wrib- (racine germanique)
19 juillet 2015,
Dans nos cerveaux ribote un peuple de Démons (Les Fleurs du mal, Baudelaire)

VII. *werb- (ou *werbh-)
26 juillet 2015 et 2 août 2015,
I dannae if she can take any more, Captain! 
Une dernière p'tite verveine, avant d'aller allumer les réverbères, M'sieur l'allumeur?



Aujourd’hui, en ce beau dimanche, en ce 9 août 2015, nous clôturerons le sujet par la racine proto-indo-européenne …

VIII. *werp- 


Tourner. Peut-être enrouler.


Si vous aimez les métathèses, vous allez être servis!



Car c’est une forme métathésique de *werp-, *wrep-, qui sera à l’origine de notre premier dérivé.

Nous retrouvons *wrep- dans le germanique *wrap-, enrouler.

Nous suivons encore sa trace une fois passée dans le danois dialectal vravle, de même sens, via le vieux norois (aaaah) *vrappa, *vrappla.

C’est à partir d’une source perdue, mais vraisemblablement apparentée à ce vravle danois que s’est construit le moyen anglais wrappen, qui deviendra l’anglais… to wrap! Enrouler, emballer…


Nous remarquons dans certains dérivés de la racine un glissement de sens, comme dans le danois dialectal vrappe "farcir, fourrer", ou le frison septentrional wrappe "presser à l’intérieur".

Ici, l’emballage s’efface devant ce qu’il contiendra.
Dans l’emballage, on fourre, on glisse quelque chose.
Sinon - question salutaire -, à quoi bon avoir un emballage?

C’est bien ainsi qu’il faut comprendre l’anglais wrap dans son acception de “sandwich roulé”.
C’est le contenu, certes enveloppé, qui importe!

wraps


Comme souvent, il n’y a qu’un pas entre le proto-germanique et le francique
Comme ici, entre le germanique *wrap- et le vieux francique *wlappan, *wlappōn.

Vous savez déjà ce qui va suivre, non?

Que je vais vous dire que ...
par le francique, c’est un nouveau mot français qui est né, par la voie germanique.

En ancien français, il s’agissait de vloper, voloper, ou même voleper.

En bas latin, il devait être présent sous la forme *vuloppare, *guoluppare.
Car en vieil italien, il donnera *viluppare, goluppare.

Vous lui rajoutez le préfixe en-, à notre ancien français vloper, et vous aurez notre français moderne… envelopper!




Et tant qu’à faire, rajoutez-lui le préfixe dé-, et vous obtiendrez évidemment… développer.

à propos de développement durable

(Je ne veux pas faire de mon nez, mais pour beaucoup d'étymologistes francophones - et non des moindres -, l’ancien français voloper est “d’origine obscure”.
Ce qui se traduirait en visualisation encéphalographique par quelque chose comme...
(il s'agit en réalité d'un cardiogramme, mais vous voyez
ce que je veux dire)

Il serait peut-être bon qu’ils se penchent un peu plus sur les apports germaniques au français, par le francique
Oui, le latin et le grec c’est bien - c’est même très bien, hein Natacha! (private joke) -, mais il n’y a pas qu’eux, à l’origine de notre vocabulaire si riche…)

Plutôt que de mettre à mal les études dites classiques en France (politique regrettable, lamentable, voire tragique, et en tout cas éminemment triste), il serait peut-être nettement plus judicieux de les renforcer, de les enrichir!
 En y rajoutant le francique par exemple…
Mais bon, comme apparemment, pour les élites françaises, le proto-indo-européen est désormais un mythe 
- je vous rassure, pour le RESTE DU MONDE ce n'est pas vraiment le cas -,
c'est vraiment pas gagné...

Tiens, mais… Et le rapport entre envelopper et développer? 
Développer (ou plutôt desvoleper) signifiait tout simplement "sortir (quelque chose ou quelqu’un) de son enveloppe".

Quant à l’idée de “développement”, dans le sens de progrès, d’accroissement, que véhicule le mot à l’heure actuelle, elle vient de cette croyance, au XVIIème siècle, qu’un oeuf contenait l’animal miniature, déjà complètement formé, qui croissait - se développait - en grandissant en taille à mesure qu'il se défaisait de ses enveloppes successives, à l’imitation de la mue des lézards et des serpents.


c'était ça ou une mue de lézard
Vous pouvez me remercier


Quelques autres cognats?

  • Les italiens avviluppare, inviluppare
  • les scots lap, wrap, vrap, wraple...

(Il y en a plein d’autres! Et encore une fois, c’est du français que sont arrivés en anglais envelop, develop…)

Psss! Vous imaginez l’horreur pour l’anglais, si à l’époque, les Anglais avaient décidé de fonder un comité de défense et de protection de la langue anglaise (ou quelque chose du même acabit), et se seraient insurgés contre l’emploi des mots français?

Je dis ça, je dis rien.

Et je passe à la suite!


Par une forme au degré zéro (donc sans ?? “voyelle-pivot”, voilà! - vous voyez, quand vous voulez? -), notre vaillante racine proto-indo-européenne *werp-, devenue ainsi *wr̥p‑, ensemencera l’ancien grec.

ῥάπτω, rháptō, c’était… coudre, piquer.

Ouais, je connais déjà votre question: “Le rapport??”.
Vous êtes tellement prévisibles.

Je suppose qu’il faut y voir la forme de la couture, ces petit bâtonnets.
A ce titre, on pourrait alors rapprocher ῥάπτω, rháptō de *werb(h)- 
(voir dimanche dernier).



Ou alors, à l’origine du mot, le bâtonnet utilisé pour coudre: l’aiguille.

Selon une source, encore, le mot grec aurait pu signifier originellement “nouer”. Nouer en tournant? C’est un peu ce qu’on fait en cousant, il faut bien le dire. Alors pourquoi pas?

A vous de voir!


Ce qui nous intéressera plus, c’est que l’ancien grec a créé un composé sur ῥάπτω, rháptō: ῥαψῳδός, rhapsôidós, le… rhapsode.

De ῥάπτω, rháptô, coudre (on est d’accord), et ᾠδή, ôidế, chant.

Le rhapsode allait de ville en ville, chanter (déclamer) des pans entiers de l’Iliade et de l’Odyssée.
('faut vraiment n'avoir rien d'autre à f*tre.)

Il restituait ainsi une séquence ininterrompue de vers épiques, qu’il avait, en quelque sorte, cousus ensemble!

rhapsode


Cette récitation d’un poème épique, c'était la ῥαψῳδία, rhapsôidía, passée au latin en tant que rhapsodia (les Romains n'ont pas toujours eu beaucoup d'imagination), et toujours utilisée en français pour désigner cette forme musicale particulière, où plusieurs motifs sont présentés les uns après les autres, comme cousus ensemble... la rhapsodie!


Et sa version multimedia...

Au clavier, Valentina Lisitsa


Au grec ancien ῥάπτω, rháptô, coudre, nous devons également raphide ou rhaphide, en botanique, faisceau de cristaux en aiguilles qu'on trouve dans les cellules de quelques végétaux...
Le mot est précisément basé sur ῥαφίς, raphis, l’aiguille (à coudre!).

r(h)aphides


Enfin, sur ῥαφή, rhaphḗ, “couture”, la langue médicale a bâti quelques composés en -r(h)aphie, comme staphylorraphie (“suture du palais, pour réunir les bords d'une fissure palatine”), ténorraphie (“suture chirurgicale d’un tendon sectionné”)…



Aaah.
Eh ben voilà, on en a fini avec notre “super-racine*wer-3 (“tourner”), et ici sa jolie petite racine dérivée *werp-...


Et donc, l’anglais wrap, enveloppe et développer, rhapsodieTous proviennent d’une seule et même source, une racine toute mimi, *werp-.


Merci qui?
Le proto-indo-européen, pardi!


Allez, on se quitte sur une version live de Bohemian Rhapsody, de Queen





Je vous souhaite, à toutes et tous, un excellent dimanche, et une TRES bonne semaine!!!


Frédéric, en vacances… (mais plus pour longtemps <soupir>)

Le chien


Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...