- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 1 octobre 2017

d'une fille un peu stupide, on ne dit plus qu'elle est gentille, on dit qu'elle est organisée.


article précédent: Fiévreur et tremblements







Survivre c'est mourir. Il faut patiemment et sans relâche construire, organiser, ordonner.”

Michel Tournier,

Vendredi ou les limbes du Pacifique


Merveilleux roman initiatique,
que vous pouvez apprécier selon
plusieurs niveaux de lecture





Bonjour à toutes et tous!


Aujourd'hui, tout commencera par un mot.

Un mot soufflé par une lectrice - à qui je dis bonjour ! -, ou plutôt par une amie de cette lectrice à cette lectrice, qui me l'a alors soufflé.
Oui, je sais, mais la vie n'est pas toujours simple.

Et donc, ce mot, le voilà:


Organiser.





passionnant.


Pfff...

Rien de particulier, rien de grandiose, rien de très intéressant, finalement, dans ce mot. Hein?
Très banal, tellement courant. 
Fréquent et usité au point d'en devenir morne, utilitaire, anodin, voire insipide


Et pourtant, et pourtant...


Que peut donc nous en dire Le Grand Robert de la langue française ?
Commençons par là.
Organiser:
  1. Disposer les éléments de (une matière, un corps) de sorte que les propriétés de la vie et des organismes s'y manifestent.
  2. (Fin XVIIIe). Doter d'une structure ou d'une constitution déterminée, d'un ordre, d'un mode de fonctionnement, d'administration.
  3. Soumettre à une méthode, à une façon déterminée de fonctionner.
  4. Préparer (une action, une suite d'actions) pour qu'elle se déroule dans les conditions les meilleures, les plus efficaces.
  5. Constituer en organisme ou en organes différenciés.


Pour bien comprendre ce que signifie réellement organiser, et surtout d'où nous arrive ce mot, il convient de se pencher sur le substantif dont il est le déverbal savant: organe.




En tant que déverbal d'organe, notre organiser est attesté circa 1380.
Et le français organe, lui, est un emprunt, attesté au début du XIIème, au latin classique... organum.

- Organum, l'orgue ??
- Ouuuuui, et .... nooon.

Car le latin organum désignait, d'une façon générale, un instrument. 

- Un instrument de musique, donc !!
- Nooon, pas nécessairement.

Il désignait plutôt un ustensile, un outil, si vous préférez. Au figuré, le ressort, le moyen.

Par conséquent, il pouvait parfaitement désigner - et il s'agit d'une spécialisation de son sens - un instrument de musique, et donc, oui, pourquoi pas, un orgue

Et OUI, c'est de organum que nous arrive le français orgue. Mais n'allons pas trop vite.
On y reviendra.

Car, je me dois de vous le dire, le latin classique organum n'était, lui aussi, qu'un emprunt.

Au grec ancien, évidemment: orgue Hammond. Euh non, pardon: ὄργανον, órganon.


Ça, c'est un orgue Hammond


Ce que ὄργανον, órganon désignait ?

L'instrument de travail, l'outil, spécialement l'instrument de musique, ou encore, en anatomie, l'organe.

On le retrouvait même en philosophie, où l'ensemble des traités logiques d'Aristote seront repris sous le titre d'Organon, l'Instrument..


Organon d'Aristote
(Pas sûr que ce soit une édition originale)


Mais revenons à notre français organiser...

Notre organiser, dérivé verbal de organe, aura tout d'abord (fin du XIVème) le sens de “rendre apte à la vie”, pour ensuite signifier (début du XVIème) “pourvoir (un corps) d'organes”.

Ce n'est que (bien) plus tard - fin du XVIIIème ! - que le verbe prendra le sens figuré de “doter d'une structure” dans le cadre de l'organisation politique, d'où “arranger, préparer (une composition artistique)”, et encore plus tard (début du XXème, carrément), en emploi pronominal, “se soumettre à une façon efficace de vivre ou de penser”.


Mais il est encore un sens disparu d'organiser, usité au XVIème, que vous ne soupçonneriez pas...

Pour l'apprécier, sachez qu'au Moyen Âge, en latin ecclésiastique, le sens du latin organum se spécialisera, pour signifier “orgue à vent” (mais aussi “chant” ; organe pouvant signifier voix, acception toujours actuelle).




C'est d'ailleurs précisément ce latin ecclésiastique organum que nous avons emprunté pour créer orgue.
Dès son apparition, au XIIème siècle, le mot désignera un grand instrument à vent composé de plusieurs tuyaux. 

Un orgue, quoi.

Le genre du mot sera, disons... quelque peu indécis, flottant, du XIIème au XVIIème, pour ne commencer à se fixer qu'au XVIIIème ! 
Eh oui, voilà pourquoi on parle d'un orgue, et de grandes orgues... , reliquat d'une longue époque d'indécision.

Fondé sur cet organum chrétien médiéval, “orgue”, le latin chrétien créera organizare, proprement “jouer d'un instrument de musique”, “jouer de l'orgue”.

Et notre brave organiser reprendra le sens d'organizare, au XVIème, pour signifier de même “jouer d'un instrument de musique”, “jouer de l'orgue” !
Un organiste organise, c'est somme toute assez logique.


Surprenant, non, le parcours de notre organiser, qui nous paraît de prime abord tellement inintéressant.



Allez, quelques dérivés de organiser?

Sur organiser, nous avons créé, notamment, 

Organisation, fin du XVème, qui désignait d'abord l'état d'un corps organisé, et par métonymie, l'état de l'ensemble des organes. Dans ce sens, organisation sera supplanté par ... organisme.


Le siège de l'Organisation des Nations Unies à New York.


Et aussi

Organisateur, qui apparaît sous la Révolution, dans le domaine de l'activité politique.


Citons encore le très récent organigramme, 1952, “tableau schématique des différents services d'une administration, de leurs rapports mutuels”.




Bon. 

Voilà pour organiser et quelques-uns de ses dérivés, organe, et même orgue.


Et maintenant, retournons aux sources.

Le grec ancien ὄργανον, órganon, était construit sur le nom ἔργον, érgon, “oeuvre, action, travail, tâche...”, l'órganon étant l'instrument, l'outil, l'ustensile permettant de mener à bien la tâche, le travail.

En dialecte dorique, on retrouvait ἔργον, érgon, sous la forme ϝέργον, wérgon.
Et en éléen, sous celle de ϝάργον, wárgon.

Alors oui, c'est toujours plaisant d'étaler sa culture. 
J'en connais certains qui font ça admirablement bien.
Mais si je vous parle ici de ces deux formes dialectales, c'est qu'elles vous permettent de réaliser d'où vient le grec ἔργον, érgon...

Du proto-hellénique ... *wérgon.

Oui, avec un beau w.

Et... 

OUIIII !!

... le proto-hellénique *wérgon- provenait,
par le substantif indo-européen *wérǵom-, “travail”, issu de son timbre o,
d'une racine indo-européenne toute mimi,


*werǵ-,

dont le sens devait être “faire”.   



Vous l'aurez compris, nous allons donc nous intéresser dans les semaines qui viennent à la jolie indo-européenne *werǵ-faire”, qui risque de vous surprendre par l'éventail français mais aussi multilingue de ses dérivés...


Un rapide résumé de ce que nous venons de découvrir?



*werǵ-“faire”

forme au timbre o 
*worǵ-

nom indo-européen *wérǵom-, “travail”

 proto-hellénique *wérgon-

grec ancien ἔργον, érgon, “oeuvre, action, travail, tâche...”

grec ancien ὄργανον, órganon, “instrument, instrument de musique, organe...”

latin classique organum, instrument...

français organe

organiser



latin classique organum, instrument...

latin ecclésiastique organum, orgue à vent, chant

français orgue




Je vous souhaite, à toutes et tous, un excellent dimanche, et une très bonne semaine!


La semaine prochaine, vous aurez encore droit à une solide dose de 
*werǵ-, “faire”.









Frédéric




L'éminent Robert S. P. Beekes, auteur d'un de
mes dictionnaires préférés.
Haarlem, 2 septembre 1937 – Oegstgeest, 21 septembre 2017




******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom:
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…).
******************************************


Et pour nous quitter,

De l'orgue.
De l'orgue Hammond. 

Le B3, l'orgue de jazz et de blues par excellence,
sans qui les années 60 n'auraient pas sonné de la même façon.


le Hammond B3


Voici le mythique B3, accompagnant ici Serge Gainsbourg & Jane Birkin, 
dans le sulfureux Je t'aime moi non plus.




******************************************
Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen 
dès sa parution? Hein, Hein? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur souscrire. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (indésirables).
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen: https://www.facebook.com/indoeuropeen/
******************************************
Enregistrer un commentaire

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...