- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 1 juillet 2012

By Jove, Olrik


article précédent: en attendant *gheu-*dyeu-


"By Jove, Olrik!"
Mortimer, in Blake et Mortimer, Edgard P. Jacobs


Blake et Mortimer


Avant de poursuivre avec notre divin sujet entamé la semaine dernière...

...Avez-vous déjà entendu le prénom Didier prononcé par un bon Wallon?
Selon les prononciations, vous pourriez entendre l'équivalent de l'anglais "D.J.": "Didjé".

Didier le DJ

Et puis, vous le savez très certainement, le J et le I sont finalement très proches.
La lettre J n'existait pas en latin, qui ne connaissait que le I; le J n'arrivant que plus tard, du côté du 13ème siècle, pour permettre de transcrire d'autres langues que le latin...

Enfin, dans certaines de nos langues indo-européennes modernes, la prononciation du J va du son "J" de "je" à "dje", comme dans "Django".
Comparez "jeune" avec son équivalent italien: "giovane".
Ou encore "Jean" avec "John".
Phonétiquement, il n'y a qu'un tout petit pas entre J et DJ... Ou DI...

En gardant cela en tête, maintenant, poursuivons!

La racine proto-indo-européenne *dyeu- était associée à l'idée de "clarté", de "brillance".
La clarté du jour, le soleil qui brille, radieux...

Basé sur cette racine, *deywos devait être, d'après ce que l'on peut reconstruire, le nom du Dieu du ciel clair, le Dieu qui était à la tête du panthéon indo-européen.

En latin, il devint Iuppiter (Jupiter, évidemment, le Roi des Dieux, le roi du ciel et du tonnerre) ; on retrouve mieux la forme originale *dyeu- dans son génitif: Iovis.

Carracci: Jupiter et Junon

Mais pourquoi cette transformation en "Iuppiter"?
Pourquoi une telle différence entre son nominatif et le génitif?

Iuppiter proviendrait, selon les études linguistiques, d'une forme précédente *Iou-pater, elle-même dérivée de l'expression vocative composée proto-indo-européenne:

*dyēu-pəter 

que l'on pourrait traduire par:

"Oh Père Dieu du ciel".


Zeus (nominatif: Ζεύς / Zeús ; vocatif: Ζεῦ / Zeû ; accusatif: Δία / Día ; génitif: Διός / Diós ; datif: Διί / Dií) est la version grecque de la même racine proto-indo-européenne *dyeu- / *deywos, transmise par le grec ancien Ζεύς.

Mais en latin, *dyeu- / *deywos a également donné "deus": dieu.

Et nous retrouverons également trace de la racine originale dans le sanskrit द्यु dyu ("Dieu"), tout comme dans द्याउः (dyāu),"ciel lumineux".

En latin, toujours, *dyeu- a donné diēs: jour, journée (pensez à l'idée de clarté associée au jour, à la journée).

Il était de coutume, chez les Romains, de prêter serment, en Cour de Justice, en jurant par Jupiter.
Le "By Jove" de l'anglais Mortimer vient de là...
L'expression est à présent archaïque, mais toujours usitée.

Le nom "Jupiter" a bien entendu servi à baptiser la plus grande des planètes de notre système solaire.
Mais saviez-vous que l'adjectif "jovial" désignait à l'origine ceux qui étaient nés sous l'influence de la planète, réputés pour être gais, optimistes, plein d'entrain...

Jupiter


En français, nous lui devons bien évidemment...
dieu, déité, diva, divin... Mais diurne aussi!

Ou encore jour, journée, journal

Et jeudi!

Jeudi est un cas vraiment très particulier (peut-être même unique?)... car il s'agit d'un double dérivé de la même racine,*dyeu-, puisqu'il provient à la fois des latins Jovis ("Jupiter", dérivé en "jeu-") et dies ("jour", dérivé en "-di"), pour signifier "le jour de Jupiter".

Juillet - ça tombe bien non? - est le mois de Iulius (César), prénom qui originellement signifiait probablement "celui qui est descendu de Jupiter", ou encore "dévoué à Jupiter", basé sur Jovilius.

D'autres dérivés?

Deva est le mot sanskrit pour "divinité", tandis que devi, c'est la déesse...

Nanda Devi, la Déesse Joyeuse


Enfin, en anglais, le terme "dial" en est un descendant un peu curieux.
Dial, c'est le "cadran", to dial, c'est "composer un numéro de téléphone", par exemple ; c'est l'idée d'agir sur le cadran...
Tout simplement parce qu'à l'origine, quand on parlait du cadran dial, il s'agissait du sundial: le cadran solaire, qui devint plus tard le cadran de l'horloge; dial venant du latin diālis: journalier, ou relatif à la journée.



Joviale journée à toutes et tous, en ce mois divin!

Frédéric

1 commentaire:

lescrat a dit…

Ah ! Mais le revoilà donc ce cher Didier, nom d’un chien ! Affublé de son clone “Ditché” (avec un joli « tch » comme dans « Tchérry Van Cauberg » ) .
Sur le même modèle, nous avons, moins édulcoré que « By Jove » : « Nom de D.. » , pas l’émission d’Edmond Blattchen sur la RTBF depuis plus de vingt ans, non, non, pas celui-là.
Je pense à ce qui, dans la bouche de certains, est devenu une espèce de ponctuation aux multiples variantes. Ainsi, et pour rester dans le 7ème et le 9ème art, de Bruxelles à Champignac, nous trouvons le «rgntudju » de Monsieur Aimé de Mesmaeker (Franquin - Spirou et Fantasio), le « nomdidja » (à ne pas confondre avec « Non ? Déjà ? »), « nommdèzo de nommdèzo » , « nomtetchîîî » ou encore le plus méridional « Nom di D’iou » http://www.youtube.com/watch?v=ho_YiIpsBUk (1)
Ensuite, il y a le céleste « Par moi » dans les Douze Travaux d’Astérix de R.Goscini et A.Uderzo (avec la collaboration de Pierre Djernia.. mais sans celle de Gérard ..De par dieu) (1976) (2)
Et encore le génial « Nom de Zeus » de Back to The Future - R.Zemeckis – 1985 (3)
Tiens, comme ça, entre 4 Z’ yeux, dans la version originale le Prof. Emmet Althrop Brown (en lisant à l’envers les syllabes de ses prénoms (em-it lathrop) , on obtient curieusement « tim-e-por-tal») ne s’exclame pas « By Jove » mais « Great Scott !!» que l’on retrouve chez Mark Twain ou dans la bouche de Sherlock Holmes et Superman. En revanche, dans la version italienne, cette exclamation est devenue « Bontà Divina » en alternance avec « Grande Giove ».
Mais revenons en Wallonie et au Borain (qui est du Picard et non du Wallon) … où l’on invoque plus volontiers le nom du diable que celui de Dieu. Ainsi « Nom dè Djû” sera délaissé au profit de « Fat’Djap » sale diable, ou...sacré ou satané diable.
Que diable ! A un « L » (une aile ??) près le sanskrit « devi » se transformait en … l’anglais ..(je vous le laisse)
Mais, laissons-ça car le troisième commandement précise « Tu n’invoqueras pas le nom de Dieu en vain » ?
En vin ? Et bien, c’est ce que les italiens ignorent divinement avec leur «Perbacco ! » (Par Bacchus !!! )
Allez, une petite intox pour terminer : Saviez-vous que le titre original du tableau de Carracci était « Je n’ai d’yeux que pour toi » mais qui n’a pas été jugé crédible de la part de cet infidèle de Jupiter … ????


(1) - La Soupe aux Choux de J.Girault – 1981
(2) http://www.youtube.com/watch?v=Zdzr3iMdqBU (à 2m :20s)
(3) http://www.youtube.com/watch?v=DYH4Q2AQxs4
(4) http://www.youtube.com/watch?v=XixMyRpGeig


Merci pour votre écoute! C’était Le Scrat en compagnie de Hamster Jovial – en direct de l’ lle d’Yeu – A vous les studios !
(hors antenne "On se tient au jus, Peter!"

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...