dimanche 13 septembre 2020

le pouvoir de l'avestique, la force du sanskrit

   






J'appelle sage celui qui, tout innocent qu'il est, supporte les injures et les coups avec une patience égale à sa force.

Bouddha



Bouddha, l'éveillé





Bonjour à toutes et tous !


Nous sommes le dimanche 13 septembre 2020.

Inlassablement, nous aurons poursuivi l'étude de la provocante racine indo-européenne jusque ce dernier article, qui nous permettra de lui dire au revoir en beauté...




*seǵʰ-e-, “dominer, posséder...”.





On refait le point ?




De ses dérivés, nous connaissons déjà...

emprunté au latin schŏla, lui même emprunté au grec ancien σχολή, skholê, “repos, loisir,
  • école


**********

racine proto-indo-européenne *seǵʰ-e-, “dominer, posséder...

grec ancien ἔχω, ékhō“tenir, retenir, maintenir...
nom verbal σχολή, skholê, “repos, loisir” puis “activité intellectuelle faite à loisir
glissement de sens
en grec hellénistique, “étude, école philosophique
emprunt
latin classique schŏla, lieu où l'on enseigne
emprunt
ancien français escole, lieu où l'on enseigne
français école

**********


toujours passés par le grec ancien ἔχω, ékhō“tenir, retenir, maintenir...
  • schéma et Hector

**********

grec ancien ἔχω, ékhō“tenir, retenir, maintenir...
ἕκτωρ, héktōrqui tient bon, qui tient ferme” ,
skhêma, “attitude, forme, apparence...”

**********



passé cette fois par le proto-celtique *sego-“victoire, force”,
  • Segovia (Ségovie)



**********

racine proto-indo-européenne *seǵʰ-e-, “dominer, posséder...

proto-celtique 
*sego-“victoire, force
celtibère Segouia“La (Très) Forte
espagnol SegoviaSégovie

**********


toujours par le proto-celtique *sego-“victoire, force”, des composés, noms de lieux ou de personnes, qui nous donneront notamment
  • Segorbe, Seveux, Suin...
et

  • les gallois hy et hyder, le gaulois Segestica, d'où le grec Σεγεστική Segestikḗ


enfin, par le proto-germanique *segiz-“victoire”,
  • les gotiques 𐍃𐌹𐌲𐌹𐍃, sigis, “victoire” et 𐍃𐌹𐌲𐌹𐍃𐌻𐌰𐌿𐌽, sigislaun, “butin”,
  • le vieux norois sigr, “victoire”, d'où sigrún et Sigrún,
  • le vieil anglais sigor, “victoire
  • le vieux saxon sigidrohtin, “seigneur de la victoire”
  • le vieux frison sige, sī,
  • le 
    vieux néerlandais, sigi“victoire”, d'où le moyen néerlandais sēge, d'où le néerlandais zege“victoire”,
  • le vieux haut allemand sigi / sigu“victoire”, d'où le moyen haut allemand sige“victoire”, d'où l'allemand Sieg“victoire”,
ainsi qu'...

une série de prénoms : Ségolène, Siegfried, Sigebert, Sigiswald, Sigmund, Sigurd...



 

**********

racine proto-indo-européenne *seǵʰ-e-, “dominer, posséder...
neutre de radical en s- *seǵʰ-es-, “victoire
proto-germanique *segiz-“victoire
gotique 𐍃𐌹𐌲𐌹𐍃, sigis“victoire”,
vieux norois sigr, “victoire” (et dérivés),
vieil anglais sigor, “victoire, triomphe, succès
vieux frison sige, sī,
vieux néerlandais, sigi“victoire”, d'où moyen néerlandais sēge, d'où néerlandais zege“victoire”,
vieux haut allemand sigi / sigu“victoire”, d'où moyen haut allemand sige“victoire”, d'où allemand Sieg“victoire”,
prénoms : Ségolène, Siegfried, Sigebert, Sigiswald, Sigmund, Sigurd

**********



Avant de continuer, revenons un instant à l'article de la semaine dernière.




J'y avais mentionné le vieux haut allemand wald, issu du proto-germanique*waldą, qui désignait la puissance, l'autorité.

Et une lectrice (assidue !) de s'interroger sur l'allemand Wald“forêt”.

Question judicieuse. 

L'allemand Wald vient bien d'un vieux haut allemand wald, mais on ne parle pas du tout du même mot !

Homonyme parfait de notre vieux haut allemand wald“puissance”, cet autre wald“forêt”, est donc d'un sens totalement différent. Il n'y a aucun rapport entre les deux ; wald“forêt”, provenant d'ailleurs d'une tout autre racine indo-européenne. 

Je note ; nous en ferons un beau sujet, plus tard... 



Et maintenant, reprenons !

Après les dérivés grecs anciens, celtiques et germaniques de notre indo-européenne *seǵʰ-e-, “dominer, posséder..., je vous propose de nous attaquer

- et cela constituera la dernière partie de notre étude, la plus colorée, la plus chatoyante, la plus exotique

à ses dérivés... indo-iraniens !



Aaaah...

Vous qui me lisez depuis un certain temps, vous devez le savoir,

les langues indo-iraniennes 

(source)


ont vraiment tout pour me faire rêver...









Alors !

Pour réussir ce dernier repas en compagnie de la redoutable *seǵʰ-e-, “dominer, posséder...”, il nous faudra un soupçon d'avestisque, et beaucoup, beaucoup de sanskrit...


Le grand groupe des langues indo-iraniennes est composé de trois sous-groupes :


(proto-)indo-européen

_____langues indo-iraniennes_____
⇓                            ⇓                           
langues indo-aryenneslangues iraniennes, langues nouristanies

Et si nous les peuplions, ces trois sous-groupes ?

  • Dans les langues indo-aryennes, vous trouverez par exemple le sanskrit, le prâkrit, le pali, le pendjabi (et PLEIN d'autres).
  • Au nombre des langues iraniennes, citons le vieux-perse, l'avestique, le pachto, le kurde, le sogdien...
  • Enfin, pour ce qui est des langues nouristanies (parce que parlées, notamment, dans la province du Nouristan, en Afghanistan), vous les connaissez évidemment toutes, de l'ashkun au waigali, en passant par le kamviri, l'inévitable kati ou l'indispensable prasun, qui se la pète face au tregami.



Bon, reprenons !


Par l'étymon indo-iranien (reconstruit) *sáȷ́ʰas-, 
issu de ce mot indo-européen dont je vous ai abreuvés pendant plusieurs articles, seǵʰ-es-, “victoire”, et
passé ultérieurement par un étymon iranien *hájah-,

nous nous émerveillerons devant le substantif avestique 𐬵𐬀𐬰𐬀𐬵‎, hazah“violence, pouvoir...”.

 

**********

racine proto-indo-européenne *seǵʰ-e-, “dominer, posséder...
neutre de radical en s- *seǵʰ-es-, “victoire
proto-indo-iranien *sáȷ́ʰas-“pouvoir, force
 
proto-iranien hájah-
 
avestique 𐬵𐬀𐬰𐬀𐬵‎, hazah“violence, pouvoir...
 
**********  
 
Et toujours dans la famille des langues iraniennes, toujours issus de l'étymon iranien hájah-
citons encore, dans la sous-famille des langues kurdes...
  • le gurani ھازی, hāzī,
  • le kurmandji hêz, ou encore
  • le laki (parlé par les Laks, si si ! Là, on est carrément au Daghestan, dans le Caucase septentrional !!!) ئاز, az.


Laks


Ce même étymon indo-iranien *sáȷ́ʰas“pouvoir, force nous a donné l'étymon indo-aryen *sáźʰas-.

En seront issus, notamment,

  • le sanskrit सहस्, sáhas“force, pouvoir, victoire...”,
  • l'hindi सह, sah, ou enfin
  • le népalais सह, saha. 

**********

racine proto-indo-européenne *seǵʰ-e-, “dominer, posséder...
neutre de radical en s- *seǵʰ-es-, “victoire
proto-indo-iranien *sáȷ́ʰas-“pouvoir, force
 
proto-indo-aryen *sáźʰas-
 
sanskrit सहस्, sáhas“force, pouvoir, victoire...”, 
hindi सह, sah, 
népalais सह, saha
 
 
**********  


Si le substantif sanskrit सहस्, sáhas, désigne la puissance, la victoire...
- au même titre que son cognat gotique sigis !, vous ferai-je remarquer -,
la forme verbale sanskrite सहते, sáhate,
issue, par l'indo-aryen sáźʰati, 
de l'indo-iranien *sáȷ́ʰati, peut se traduire par il soumet, il conquiert
 


सहस्, sáhas est associé à la puissance ?

Eh bien, l'adjectif antonymique
- et construit avec le préfixe अ-, a- superbe cognat de l'alpha privatif grec !-
असाक्षिन्, asAkSin, nous renvoie à l'incompétence, en qualifiant celui dont le témoignage n'est pas recevable (incompétent en tant que témoin).




Enfin, enfin, passé par l'indo-iranien *sáždʰā-,
puis par l'indo-aryen *sáẓḍʰā-,
il y a le sanskrit साढृsā́ḍhṛ, qui désigne un conquérant.

OUIIII !!!, il s'agit bien d'un cognat du grec ancien ἝκτωρHéktōr !



Vous rendez-vous compte ?
Non mais, sans rire ?

Voyez-vous, sous vos yeux éblouis, tous ces liens apparaître, toutes ces relations invisibles qui maintenant se font jour entre tous ces mots d'apparence si disparates ?

Auriez-vous jamais fait le lien entre notre français école, les grecs anciens schéma et Hector, Ségovie, Seveux, les gallois hy et hyder, le grec Σεγεστική, Segestiké, l'allemand Sieg, “victoire”, et tous ces beaux prénoms, germaniques ou d'origine germanique que sont Ségolène, Siegfried, Sigebert, Sigiswald, Sigmund, Sigurd ?

Et puis, auriez-vous jamais imaginé que tous ces mots avaient des cousins lointains, en avestique (𐬵𐬀𐬰𐬀𐬵‎, hazah“violence, pouvoir...”), et en sanskrit, avec par exemple सहस्, sáhas“force, pouvoir, victoire... ?

Que le népalais सह, saha est particulièrement proche du gaulois sego ?
Oui, un mot népalais ?!

Que le grec ancien ἕκτωρ, héktōr, “qui tient bon, qui tient ferme”, a un parfait cognat en sanskrit, साढृsā́ḍhṛ,  conquérant ?


Allez, ça ne vous fait pas rêver, vous ? 
Elle est pas belle, la vie ?

Merci à qui ?
Ben, au proto-indo-européen, bien sûr.


La semaine prochaine, nous passerons à un autre sujet...



Passez un excellent dimanche, une très belle semaine.
Portez-vous bien, 





Frédéric, 



******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom :
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)
******************************************

Et pour nous quitter...

Quoi de plus naturel que d'écouter la douce musique d'Anoushka Shankar ?

Lasya, 

du nom de la danse cosmique de la déesse Parvati,
qui exprime le bonheur, la grâce, la beauté...


https://www.youtube.com/watch?v=wLAXfkK-DPg


******************************************
Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, Hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par mail dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou
  • liker la page Facebook du dimanche indo-européen : https://www.facebook.com/indoeuropeen/
******************************************


Aucun commentaire: