- Paraît chaque dimanche à 8 heures tapantes, méridien de Paris -

dimanche 9 janvier 2022

Un loup en hiver

      





    Mae'r ffermwr yn siomedig gyda'r cynhaeaf eleni.


    Gallois pour Le fermier est déçu de la récolte, cette année”,

    litt. Mae'r (mae (est) + y(r), article défini) / ffermwr : fermier / yn : introduit un adjectif attribut du sujet / siomedig : déçu / gyda'r ( gyda (avec) + y(r), article défini) / cynhaeaf : récolte / eleni : cette année.

    (traduction corrigée, merci au relecteur, qui se reconnaîtra !)




feu Idris Jones, fermier gallois (à Llanwrtyd Wells)





Chers amis lecteurs,

Nous sommes toujours en train d'étudier la descendance de la forme indo-européenne...

*ǵʰ(e)i-m-“hiver”.


Le point ?

🜛🜛🜛



🜛

Le 12 décembre, nous avons (notamment) appris que le latin classique 
hiems, hiemis“hiver, tempête
, en descendait, avec, à sa suite,
  • les latins bīmus, “âgé de deux ans”, trīmus, “âgé de trois ans”, quadrīmus, “âgé de, de quatre ans”, et quadrīmulus, “qui n'est âgé que de quatre ans”,
  • l'adjectif latin classique 
    hibernus
    “hivernal”, et
  • son emprunt en français, hiver.


D'hiver, les Divers Jeux rustiques ?, 12 décembre 2021

🜛

Le 19 décembre, nous passions en revue quelques-uns des emprunts laissés par le latin hibernum dans les langues romanes :
  • le roumain iarnă,
  • le catalan hivern,
  • l'occitan ivèrn,
  • le normand hivé,
  • le wallon ivier,
  • l'asturien iviernu, hibiernu,
  • le piémontais invern,
  • le dalmatien inviarno,
  • l'talien inverno,
  • le sicilien nvèrnu,
  • le portugais inverno,
  • l'espagnol invierno,
  • le romanche enviern.
Nous avons ensuite traité de la descendance de la forme *ǵʰ(e)i-m-, 
hiver”, e
n grec ancien avec :
  • χεῖμᾰ, kheîma
    “hiver, froid, gel, tempête”,
sur lequel se sont construits :

  • χειμών, kheimónhiversouffrancedétresse”,
  • χιών, khiốn,neige, neige fondue, eau glacée”, d'où
    • Χιόνη, Khiónê, Chioné, déification de la neige,
  • χίμαιρα, khímairachimère. 
Nous avons enfin mentionné quelques mots germaniques désignant bien l'hiver, mais ne descendant pas de *ǵʰ(e)i-m-, 
hiver” :
  • le gotique wintrus,le vieux norois vetr, d'oùle féroïen vetur,
  • l'elfdalien witter,
  • le vieux frison winter,
  • le néerlandais winter,
  • le vieil anglais winter,
    • d'où l'anglais winter.

Avec le vent du nord..., 19 décembre 2021

🜛

Le 26 décembre, nous avons entamé l'étude des dérivés germaniques de notre *ǵʰ(e)i-m-, 
hiver”, avec...
  • Le vieux norois 
    gói, 
    gœ, “fin de l'hiver”, d'où...
    • l'islandais góa, “fin de l'hiver”,
    • le norvégien nynorsk gjø, go, “fin de l'hiver”,
    • le féroïen gø, “fin de l'hiver”,
  • le composé vieux norois gómánaðr, “mois de la fin de l'hiver”, d'où...
    • le vieux suédois göyomånat, “février”, dont est issu...
      • le suédois désuet göjemånad“février.
Góa er næstseinasti mánuður vetrarmisseris, 26 décembre 2021

🜛

Le 2 janvier, nous terminions le chapitre germanique des dérivés de *ǵʰ(e)i-m-, 
hiver”, avec l
es composés vieux bas franciques (latinisés)...
  •  ingimus“animal d'un an”,
et
  • tuigimus, “animal de deux ans”.
 🜛🜛🜛 




Chers lecteurs, en ce beau(?) dimanche, de notre *ǵʰ(e)i-m-, 
hiver”, 
nous allons aborder les dérivés... celtiques.


À nos côtés, rien de très surprenant,

Ranko Matasović !





Sachez que je me sers également - et me servirai désormais - d'un formidable outil numérique, le DiACL, Diacronic Atlas of Comparative Linguistics, auquel collaborent une pléthore d'Universités, de celle de Lund, en Suède, à celle de Pavie..., et dont l'éditeur responsable n'est autre que Gerd Carling. 

Gerd Carling, nous l'avions déjà citée, ici : ptāñäkte ñom klyoṣluneyā

La linguiste Gerd Carling,
de l'université de Lund



On y va ?

Selon la reconstruction que nous en donne 
Ranko Matasović, c'est de la forme indo-européenne *ǵʰyem-, 
hiver” que descendent les dérivés qui nous intéresseront, via un étymon proto-celtique (reconstruit) *gyemo-, 
hiver...

Schématisons ?

indo-européen 
*ǵʰ(e)i-m-“hiver
forme indo-européenne *ǵʰyem-, 
hiver
celtique 
*gyemo-, 
hiver
dérivés celtiques attestés



Resituons rapidement les langues celtiques ?
  • continentales : gaulois, celtibère, lépontique, galate… 
  • insulaires :
    • gaéliques :  irlandais, manxois, écossais
    • brittoniques : breton, cambrien, cornique, gallois

(source)






Dans les langues gaéliques

nous retrouvons notre forme indo-européenne en vieil irlandais,
avec gam (ou ses variantes gem et gaim, cette dernière étant reprise dans le Dictionary of the Irish Language),
 “hiver”.
Pour l'anecdote, le
 
Dictionary of the Irish Language (DIL) est une publication de la Royal Irish Academy, et s'intéresse aux origines de la langue irlandaise. Il en existe à présent une version électronique particulièrement fouillée : le eDIL.

Toujours en vieil irlandais, et gravé sur une pierre levée 

la pierre en question (qui ne fait que 80 cm de hauteur)
(source)

faisant partie d'un petit cairn
- un tumulus de terre et de pierres, destiné à recouvrir les sépultures mégalithiques -
cairn que voici






... l'on peut encore déchiffrer ceci :



Oui, c'est de l'ogham (ou ogam), un alphabet
 utilisé principalement pour l'écriture de l'irlandais primitif (du IVème au VIème siècle), et plus tard, pour le vieil irlandais (du VIème au IXème).

un bon ogham, ça n'a jamais fait de tort à personne



La translittération de ces marques (qui se lisent théoriquement de bas en haut, parfois de gauche à droite) nous donne 
le composé GAMI-CUNAS

Ce GAMICUNAS serait un nom de personne, GAMI renvoyant à hiver, et CUNAS (, au génitif conà loup.

Psss, nous avons déjà évoqué la racine à l'origine de ce mot pour loup, chien-loup, chien, en 2013 : Aux Canaries, par cette canicule ? Quel cynisme, gros canaillou !

un loup en hiver....




C'est du vieil irlandais 
gam, gem, gaim
“hiver”, 
qu'est issu l'irlandais geimhreadh 
[guivre]
hiver, et ce via le vieil irlandais gemred, gaimred, littéralement 
saison d'hiver
”.


vieil irlandais
 gam, gem, gaim,
 hiver
vieil irlandais gemred, gaimred, litt. 
saison d'hiver
irlandais geimhreadh
hiver



En descendent également...
  • le gaélique écossais geamhradh [guéhoreuχ], geamhraichhiver”,
et
  • le manxois geurey [guiarohe], hiver”.



l'Écosse en hiver...



Nous pouvons encore épingler, dans la descendance de ce vieil irlandais 
gam, gem, gaim
“hiver”,
  • le vieil irlandais fogamar
    automne, récolte”.

Une explication, peut-être ? Le préfixe fo- signifie notamment 
dans la direction de, vers...” L'automne, saison des récoltes, était donc qualifié de saison qui annonçait l'hiver.

Du vieil irlandais fogamar sont issus...
  • l'irlandais fómhar [foveur]automne, saison des récoltes, récolte”,
  • le gaélique écossais foghar [foχar], “récolte, automne,
et enfin
  • le manxois fouyr [falleu]“automne, récolte”.


Et dans les langues 
brittoniques, me direz-vous ?

En vieux gallois, nous retrouvons gaem, qui donnera, en
- oh oui oh oui oh oui -


 moyen gallois, gayaf, gaeaf, désignant (toujours) l'hiver.


le Pays de Galles en hiver (Snowdonia, ça dit tout)



C'est de ce
 moyen gallois gayaf, gaeaf
 que découle
  • le gallois gaeaf [guéhev]
    hiver”, sur lequel s'est construit...
    • le gallois cynhaeaf [kinhayev]récolte”, ou même, dans une acception hélas désuète, automne”.

Si cynhaeaf désignait naguère l'automne, vous pouvez aisément en déduire que cynhaeaf est un composé (cyn+gaeaf).
Ce gallois cyn signifie ici... avant, pré-..., l'automne étant la saison d'avant l'hiver. 


Et en vieux breton, nous avions guoiam,
d'où sera issu le moyen breton gouaff,
d'où le breton goañvgouañv , toujours... hiver”.


Enfin, en vieux cornique, hiver se disait goyf.
En sera issu le cornique gwav, de même sens, sur lequel sera construit,
à l'image du gallois cynhaeaf,
le cornique kynnyav, kydnyadhautomne”.


Et ici, l'acception n'est pas désuète, certes, mais pour une raison bien triste : la langue n'a plus vraiment évolué, car pendant longtemps, elle ne s'est tout simplement plus... parlée. 

On l'a d'ailleurs considérée comme une langue morte.

Des efforts ont été entrepris pour la ressusciter, et à l'heure actuelle, à la grosse louche, il doit y avoir 500 ou 600 locuteurs qui l'ont -apprise.




l'automne dans les Cornouailles



Un rapide résumé de tout ça ?

   
indo-européen 
*ǵʰ(e)i-m-“hiver
 
forme indo-européenne *ǵʰyem-, 
hiver
celtique 
*gyemo-, 
hiver
vieil irlandais
 gam, gem, gaim,
 hiver
 
irlandais geimhreadh
hiver”,
irlandais fómharautomne, saison des récoltes, récolte”,
gaélique écossais geamhardh, geamhraichhiver”,
gaélique écossais foghar, “récolte, automne,
manxois geureyhiver”,
manxois fouyrautomne, récolte


celtique 
*gyemo-, 
hiver
vieux gallois gaem
hiver
moyen gallois gayaf, gaeaf,
 
hiver
gallois gaeaf
hiver
gallois cynhaeafrécolte ; (désuet) automne


celtique 
*gyemo-, 
hiver
vieux breton guoiam
moyen breton gouaff
breton goañvgouañv, hiver


celtique 
*gyemo-, 
hiver
vieux cornique goyf, hiver
cornique gwavhiver
cornique kynnyav, kydnyadhautomne



Mais... Et en gaulois ?

Aaaah, oui, il y a plein de choses à dire sur la descendance gauloise de notre *ǵʰ(e)i-m-, 
hiver”...
. Et certaines risquent de vous surprendre...

Mais ça, ce sera pour la prochaine fois.





Sur ce, amis lecteurs,

Je vous souhaite un excellent dimanche, et une très belle semaine. 





******************************************
Attention,
ne vous laissez pas abuser par son nom :
on peut lire le dimanche indo-européen
CHAQUE JOUR de la semaine.
(Mais de toute façon,
avec le dimanche indo-européen,
c’est TOUS LES JOURS dimanche…)

******************************************

Et pour nous quitter,

vous n'y couperez pas,


VOCES8,

dans un motet en trois parties,
publié pour la première fois en 1589 dans le recueil Cantiones Sacrae II

voici,

de William Byrd,
1539/40 - 4 juillet 1623

Laudibus in sanctis,

Prima pars : Laudibus in sanctis
Secunda pars : Magnificum Domini
Tertia pars : Hunc arguta


******************************************

Vous voulez être sûrs (sûrs, mais vraiment sûrs) de lire chaque article du dimanche indo-européen dès sa parution ? Hein, hein ? Vous pouvez par exemple...
  • vous abonner par mail, en cliquant ici, en tapant votre adresse email et en cliquant sur “souscrire”. ET EN CONFIRMANT le lien qui vous arrivera par email dans les 5 secs, et vraisemblablement parmi vos SPAMS (“indésirables”), ou

******************************************

article suivant : Tip, tip, le soleil, je l'entends déjà, Il n'est pas loin, il est là, derrière le bois

4 commentaires:

Thierry Hoornaert a dit…

Frédéric,

Décidément, nous pouvons dorénavant reconnaître un loup (ingimus ou pas) en hiver, mais en plus nous avons en bonus un alphabet secret pour dérouter les "hackers".

Merci Frédéric et bonne semaine à tous.

P.S.: j'ai pas eu le mail, mais j'ai trouvé l'article.

Frédéric Blondieau a dit…

;-)
Bonjour, Thierry,

Pour le mail, j'ai vérifié : ton adresse a été reprise dans la db automatiquement (après le changement d'outil de mailing), mais tu ne sembles pas avoir confirmé que tu souhaitais bien recevoir les mails.
Je suppose que c'est ça.
Pourrais-tu ré-encoder ton adresse depuis le blog (https://indoeuropeen.blogspot.com/p/entrez-votre-adresse-email-nombre.html) ?

Merci, et bonne semaine !

Bien à toi,
Frédéric

Aymeric a dit…

Merci beaucoup, Frédéric ! Toujours un régal que de vous lire.

Frédéric Blondieau a dit…

Aymeric,

Merci de votre fidélité à ce blog, et pour le coup de pouce gallois !

Frédéric